Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GRAND JEU LE

Le Grand Jeu face au surréalisme

Il existe, en dépit des apparences, un fossé entre le Grand Jeu et le surréalisme. Communauté initiatique, le premier repose sur le refus de tout dualisme et la quête de l'unité perdue. Au surréalisme et à son « vice originel » qui est de se constituer en machine à penser (onirisme, écriture automatique), le Grand Jeu oppose la perception du Verbe, cette parole échappant à toute volonté consciente. Aux manifestations provocatrices des surréalistes, il oppose sa « métaphysique expérimentale » (poussée très loin dans le cas de Daumal, par exemple) qui lui confère un aspect inquiétant, de nature à éloigner le plus grand nombre. À l'aspect ludique du surréalisme, enfin, il oppose la rigueur de son ésotérisme : d'un côté, la lumière, le rêve, l'ailleurs ; de l'autre, l'hermétisme, le retour aux sources, l'intériorisation. Face au surréalisme dont la recherche est définie par un seul homme, le Grand Jeu se veut « une union d'hommes liés à la même recherche ». Autant de facteurs qui ont largement contribué au succès du surréalisme et à la semi-occultation du Grand Jeu. Reste que pour les chercheurs d'absolu, ce mouvement éphémère propose une voie singulière, exigeante, actuelle dans la permanence de son inactualité.

— Patrick KRÉMER

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DAUMAL RENÉ (1908-1944)

    • Écrit par Patrick KRÉMER
    • 1 149 mots

    Né à Reims en 1908, fils d'un instituteur qui ne dédaignera pas la plume, René Daumal semble avoir été porté très jeune à une forme d'hermétisme dont son œuvre portera toujours la trace. Il pressent que l'essentiel est ailleurs, sans doute dans les univers parallèles qu'il...

  • GILBERT-LECOMTE ROGER (1907-1943)

    • Écrit par François POIRIÉ
    • 489 mots

    Né à Reims dans un milieu bourgeois, Roger Lecomte (il ne deviendra Roger Gilbert-Lecomte qu'en 1928 pour se démarquer d'un père incompréhensif et inflexible) rencontre pendant ses années de lycée Roger Vailland et René Daumal avec lesquels il crée, encore adolescent, la revue ...

  • HENRY MAURICE (1907-1984)

    • Écrit par Marc THIVOLET
    • 783 mots

    Le meilleur propagateur de l'esprit surréaliste par voie de presse fut sans doute Maurice Henry. André Breton n'a-t-il pas écrit, en 1946 : « L'idée-image surréaliste, dans toute sa fraîcheur originelle, pour moi continue à se découvrir en Maurice Henry chaque fois qu'un matin encore...

  • MAURICE HENRY, LA RÉVOLTE, LE RÊVE ET LE RIRE (N. Feuerhahn)

    • Écrit par Milovan STANIC
    • 1 092 mots

    Maurice Henry (1907-1984), authentique précurseur de l'humour nouveau qui se dessine à l'horizon avant la Seconde Guerre mondiale, fut peintre à ses heures ; il a également travaillé comme journaliste et critique d'art et de cinéma, il a illustré de nombreux ouvrages et inventé des objets surréalistes,...

  • Afficher les 7 références

Voir aussi