GILBERT-LECOMTE ROGER (1907-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Reims dans un milieu bourgeois, Roger Lecomte (il ne deviendra Roger Gilbert-Lecomte qu'en 1928 pour se démarquer d'un père incompréhensif et inflexible) rencontre pendant ses années de lycée Roger Vailland et René Daumal avec lesquels il crée, encore adolescent, la revue Apollo. Les trois amis obéissent alors à la doctrine du « simplisme », qui consiste à préserver obstinément l'esprit de l'enfance. Très tôt, dès 1923, le groupe s'initie aux drogues. Vailland sera hospitalisé en 1927 pour intoxication d'opium. Quant à Gilbert-Lecomte, il sombre dans une dépendance totale : « Lecomte était persuadé qu'une fatalité pesait sur lui, due à l'hérédité ; qu'il ne pouvait s'accepter tel qu'il était, se supporter, supporter la vie, sans la drogue », écrira Daumal en 1944. La drogue l'aide aussi à se « faire voyant » et à obéir ainsi au commandement rimbaldien. Dès le no 2 du Grand Jeu, revue qu'il fonde en 1928 avec, entre autres, Daumal, Vailland et le peintre Sima, Roger Gilbert-Lecomte dit son admiration pour Rimbaud : « Il montre la limite de tout individu parce qu'il vécut lui-même à la limite de l'individu. » Dans ce même texte, il condamne l'art pour l'art et les artistes frileux qui créent parcimonieusement, avec science et patience. Pour Gilbert-Lecomte, à travers l'art, ce sont l'absolu, le rare et une certaine démesure qui doivent être visés. N'avait-il pas lui-même affirmé : « Écrivant peu, je me promets de n'écrire que l'essentiel » ?

Il aura fallu attendre 1971, et un retentissant procès contre sa légataire, pour que soient enfin publiées ses Œuvres complètes. Elles se composent de poésies, d'écrits critiques et théoriques, voire doctrinaires, destinés au Grand Jeu, de fragments d'ouvrages abandonnés ou à venir. Pour la poésie, deux titres s'imposent : La Vie l'Amour la Mort le Vide et le Vent (1933) et Le Miroir noir (1938). On y retrouve son goût pour les jeux de mots, à côté d'une angoisse sourde et pure :

 — Qu'est-ce que la vie ?

 — L'amour du vent.

 — Qu'est-ce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GILBERT-LECOMTE ROGER (1907-1943)  » est également traité dans :

DAUMAL RENÉ (1908-1944)

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 148 mots

Né à Reims en 1908, fils d'un instituteur qui ne dédaignera pas la plume, René Daumal semble avoir été porté très jeune à une forme d'hermétisme dont son œuvre portera toujours la trace. Il pressent que l'essentiel est ailleurs, sans doute dans les univers parallèles qu'il sait exister. Cette conviction, il la fait partager aux rares condisciples du lycée de sa ville natale avec lesquels il se se […] Lire la suite

GRAND JEU LE

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 932 mots

Dans le chapitre « Naissance du groupe : du simplisme au Grand Jeu  »  : […] Reims, 1922. Quatre lycéens (Robert Meyrat, Roger Gilbert-Lecomte, Roger Vailland et René Daumal), unis par de puissantes affinités mystiques, se regroupent en une fratrie : les « Phrères simplistes ». Rimbaldiens dans l'âme, ils entendent retrouver la simplicité de l'enfance, sa connaissance intuitive et spontanée. Même si les commentateurs divergent quant à la date de naissance du « simplisme » […] Lire la suite

ROLLAND DE RENÉVILLE ANDRÉ (1903-1962)

  • Écrit par 
  • Patrick KRÉMER
  •  • 1 042 mots

D'origine aristocratique, André Rolland de Renéville naît à Tours en 1903. Sa mère – qui tient salon et reçoit, autour d'Anatole France, nombre d'artistes et de musiciens – est férue d'occultisme et de spiritisme. Faut-il dès lors s'étonner de ce que l'œuvre de l'auteur de Sciences maudites et Poètes maudits soit à ce point marquée par une constante interrogation des liens qui unissent la poésie […] Lire la suite

Pour citer l’article

François POIRIÉ, « GILBERT-LECOMTE ROGER - (1907-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-gilbert-lecomte/