Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VAILLAND ROGER (1907-1965)

À l'automne de 1945 paraît Drôle de jeu, roman de la Résistance et prix Interallié. Le héros en est François Lamballe, dit Marat. Dans le choix de ces patronymes l'un aristocratique, l'autre roturier (et de plus révolutionnaire) se trouve résumé tout le paradoxe et le drame de Roger Vailland. Promenant son profil d'oiseau de proie sur le champ de bataille, avec cet air revenu de tout qui caractérise le libertin, il « joue ». Quoi ? sa vie. Étant son premier spectateur, et le plus exigeant, il recherche, comme l'aficionado, le geste parfait. Le comment enveloppe le pourquoi. Cette esthétique du spectateur, ce « regard froid » (titre qu'il donnera à un recueil d'essais paru en 1963) définit une morale dégagée. En contrepartie, le libertin est « un homme seul ». S'il participe aux combats de ce monde, c'est comme Fabrice sur le champ de bataille de Waterloo, en personnage facultatif. Définissant ses liens avec la politique, celle du Parti communiste en l'occurrence, Vailland-Marat déclare : « Je suis fils de bourgeois. Je lutte contre ma classe de toutes mes forces, mais j'ai hérité de ses vices, j'aime son luxe, ses plaisirs. »

D'origine petite-bourgeoise (son père était architecte), Vailland fait partie au lycée de Reims d'un groupe de dissidents, les Phrères simplistes, qui se reconstitue à Paris sous le nom de Grand Jeu. Cette initiation à la littérature, à l'expérience poétique, malgré sa brièveté, marquera profondément le jeune Vailland qui participa à la rédaction des deux premiers numéros de la revue. Le groupe, auquel appartiennent Roger Gilbert-Lecomte, René Daumal et René Maublanc, aspire à « la révolution par la poésie », cette voie royale ; mais la volonté de préserver son indépendance le maintient en marge des surréalistes. En 1928, Vailland entre à Paris-Midi comme pigiste ; un article sur le préfet de police Chiappe lui vaut d'être « exclu » par les surréalistes. Il tourne alors le dos à la littérature : drogue, amours, dépressions, ennui, travaux « alimentaires ». La décision en 1942 de participer à la Résistance ouvre une nouvelle saison dans la vie de Vailland. C'est après avoir perdu le contact avec son réseau qu'il commence la rédaction de Drôle de jeu. En 1945, il est correspondant de guerre pour le journal Libération. Journaliste, il continuera jusqu'à sa mort à publier récits de voyages (Boroboudour, 1951) et reportages. En 1952, il s'inscrit au Parti communiste. Depuis longtemps compagnon de route du parti, il devient un stalinien convaincu, désarmant les communistes de la Résistance (ils se méfiaient de ce « libertin » qui avait au surplus travaillé pour les réseaux gaullistes). Il écrit une pièce consacrée à la guerre de Corée, Le colonel Foster plaidera coupable, qui est interdite en France (1952). Les révélations du XXe congrès du P.C.U.S. l'atteignent en plein cœur : don Césare, héros de La Loi (prix Goncourt 1957) exprime le désenchantement de Vailland qui, désormais, ne se départira plus de son attitude de « spectateur ».

Brillant essayiste et reporter, c'est néanmoins dans le roman que Vailland écrivain a donné toute sa mesure. Quel qu'en soit le sujet, combat singulier de deux êtres au soir de leur passion (Les Mauvais Coups, 1948) ou affirmation de l'ouvrière à l'âme bien faite, au cours d'une grève (Beau Masque, 1954), l'attitude du héros, engagée-désengagée, ramène le lecteur au romancier lui-même. Cette éthique romanesque définit un auteur « classique », proche parent par l'architecture et le style des prosateurs français du xviie et du xviiie siècle (Retz, Laclos, Chamfort). Représentation et en même temps conjuration des conflits, d'ordre « individuel » ou socio-historique, portés par l'écrivain, l'œuvre de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, chargé de cours à l'U.F.R. de musique et musicologie de l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DAUMAL RENÉ (1908-1944)

    • Écrit par Patrick KRÉMER
    • 1 149 mots

    Né à Reims en 1908, fils d'un instituteur qui ne dédaignera pas la plume, René Daumal semble avoir été porté très jeune à une forme d'hermétisme dont son œuvre portera toujours la trace. Il pressent que l'essentiel est ailleurs, sans doute dans les univers parallèles qu'il...

  • GILBERT-LECOMTE ROGER (1907-1943)

    • Écrit par François POIRIÉ
    • 489 mots

    Né à Reims dans un milieu bourgeois, Roger Lecomte (il ne deviendra Roger Gilbert-Lecomte qu'en 1928 pour se démarquer d'un père incompréhensif et inflexible) rencontre pendant ses années de lycée Roger Vailland et René Daumal avec lesquels il crée, encore adolescent, la revue ...

  • GRAND JEU LE

    • Écrit par Patrick KRÉMER
    • 1 936 mots
    Reims, 1922. Quatre lycéens (Robert Meyrat, Roger Gilbert-Lecomte, Roger Vailland et René Daumal), unis par de puissantes affinités mystiques, se regroupent en une fratrie : les « Phrères simplistes ». Rimbaldiens dans l'âme, ils entendent retrouver la simplicité de l'enfance, sa connaissance intuitive...
  • ROMAN - Roman et cinéma

    • Écrit par Jean-Louis LEUTRAT
    • 6 194 mots
    • 6 médias
    Les écrivains adaptant des écrivains, le résultat aboutit à une série d'emboîtements parfois très sophistiqués. Roger Vailland, par exemple, travaille à l'adaptation des Liaisons dangereuses (1960) de Roger Vadim : il est vrai qu'il avait écrit sur Laclos et le cardinal de Bernis, qu'il...

Voir aussi