Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DAUMAL RENÉ (1908-1944)

Né à Reims en 1908, fils d'un instituteur qui ne dédaignera pas la plume, René Daumal semble avoir été porté très jeune à une forme d'hermétisme dont son œuvre portera toujours la trace. Il pressent que l'essentiel est ailleurs, sans doute dans les univers parallèles qu'il sait exister. Cette conviction, il la fait partager aux rares condisciples du lycée de sa ville natale avec lesquels il se sent en communion : Roger Gilbert-Lecomte, Robert Meyrat et Roger Vailland. Ensemble ils vont constituer une espèce de fratrie – les « Simplistes » –, embryon du futur Grand Jeu. Ils se nomment « Phrères » et usent de surnoms : Daumal sera Nathaniel, « phils » spirituel de Gilbert-Lecomte. Au-delà de l'aspect potache de ce groupe de jeunes gens, il y a, sous l'influence de Daumal, une quête qui annonce déjà celle du Grand Jeu : retrouver la connaissance intuitive de l'enfance, modifier, y compris par des moyens artificiels (drogues, tétrachlorure de carbone), les états de conscience habituels afin de se donner la chance d'entrevoir l'au-delà de la vie.

Brillant esprit, « puits de science » selon ses compagnons et ses professeurs, Daumal quitte Reims en 1925 pour Paris, où il entre au lycée Henri-IV. Il lit énormément – ouvrages mystiques, théosophiques, occultistes – et entreprend seul l'étude du sanskrit, ce qui, quelques années plus tard, lui permettra de devenir l'un des meilleurs traducteurs français de textes indiens. Dans le même temps, il poursuit son expérimentation des mondes parallèles et, peu après, se lance dans des expériences de vision paroptique ou extra-rétinienne.

À partir de 1927, Daumal, Gilbert-Lecomte et Vailland vont mettre en pratique les théories élaborées durant les années simplistes. Une revue s'impose : ce sera Le Grand Jeu. Daumal assume presque seul la réalisation du premier numéro qui paraîtra en juin 1928 (Gilbert-Lecomte est absent, et les nouveaux venus – Maurice Henry, Artür Harfaux ou encore André Rolland de Renéville, ne sont pas à Paris). Il y publie, à côté de notes de lecture, Liberté sans espoir, texte dans lequel il ébauche sa théorie de la modification des états de conscience, celle-ci étant « le suicide perpétuel ». Et Daumal d'ajouter : « L'homme ou la société doit être à tout moment sur le point d'éclater, à tout moment y renoncer, et refuser toujours de s'arrêter à une forme définie. » En somme il lui faut être un « éveillé », parce que « l'éveil n'est pas un état, mais un acte ».

Le deuxième numéro du Grand Jeu, qui paraît au printemps de 1929, ne comporte pas de texte majeur de Daumal, exception faite du « Casse-dogme » qu'il signe avec Gilbert-Lecomte. Cette année est marquée par la première secousse sérieuse atteignant le groupe : le « procès » intenté par Breton et ses amis, lequel aboutira à terme au retrait de Vailland qui, par un article élogieux pour le préfet de police Jean Chiappe publié dans Paris-Midi, mettait à mal l'unité du groupe. Les deux textes importants de cette année, « La Pataphysique et la révélation du rire » et « De l'attitude critique devant la poésie », paraîtront respectivement dans Bifur et Les Cahiers du Sud.

Dès le troisième et dernier numéro du Grand Jeu (1930), Daumal revient avec un texte hautement symbolique : « Nerval le nyctalope ». Symbolique parce que Nerval sera toujours pour lui, comme d'ailleurs pour Gilbert-Lecomte et Rolland de Renéville, un auteur de prédilection qu'il ne cessera d'interroger. Symbolique encore parce que Daumal y relate son expérience des univers parallèles, expérience faite en compagnie de Robert Meyrat, à qui est dédié ce texte : la sortie de son corps pour atteindre son « Mont Analogue ». Il y publie aussi son admirable « Lettre ouverte à André Breton », laquelle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GILBERT-LECOMTE ROGER (1907-1943)

    • Écrit par François POIRIÉ
    • 489 mots

    Né à Reims dans un milieu bourgeois, Roger Lecomte (il ne deviendra Roger Gilbert-Lecomte qu'en 1928 pour se démarquer d'un père incompréhensif et inflexible) rencontre pendant ses années de lycée Roger Vailland et René Daumal avec lesquels il crée, encore adolescent, la revue ...

  • GRAND JEU LE

    • Écrit par Patrick KRÉMER
    • 1 936 mots
    Reims, 1922. Quatre lycéens (Robert Meyrat, Roger Gilbert-Lecomte, Roger Vailland et René Daumal), unis par de puissantes affinités mystiques, se regroupent en une fratrie : les « Phrères simplistes ». Rimbaldiens dans l'âme, ils entendent retrouver la simplicité de l'enfance, sa connaissance intuitive...
  • ROLLAND DE RENÉVILLE ANDRÉ (1903-1962)

    • Écrit par Patrick KRÉMER
    • 1 039 mots

    D'origine aristocratique, André Rolland de Renéville naît à Tours en 1903. Sa mère – qui tient salon et reçoit, autour d'Anatole France, nombre d'artistes et de musiciens – est férue d'occultisme et de spiritisme. Faut-il dès lors s'étonner de ce que l'œuvre de l'auteur de ...

  • SUARÈS CARLO (1892-1976)

    • Écrit par Marc THIVOLET
    • 818 mots

    Né à Alexandrie (Égypte), Carlo Suarès a fait des études d'architecture à l'école des Beaux-Arts de Paris. Il commence son activité littéraire en publiant, dans sa ville natale, à partir de 1926, la revue Messages d'Orient dont il partage la direction avec Elian J. Finbert....

Voir aussi