FABIUS LAURENT (1946-     )

Homme politique français, Premier ministre de 1984 à 1986.

Jusqu'en 1988, tout a souri à Laurent Fabius. Né le 20 août 1946 à Paris dans une riche famille d'antiquaires, normalien, énarque, auditeur au Conseil d'État, il s'était fait connaître des téléspectateurs comme brillant participant d'un jeu télévisé au début des années 1970, « Cavalier seul ». À peine entré au Parti socialiste, en 1974, il dirige le cabinet de son premier secrétaire et ne cessera dès lors de bénéficier de la bienveillance et de la protection de François Mitterrand. Député d'une circonscription très à gauche de Seine-Maritime en 1978, porte-parole du P.S., ministre délégué au Budget en 1981, enfin en 1984, à trente-sept ans, il est « le jeune Premier ministre que j'ai donné à la France », dira François Mitterrand.

Il accompagne alors la conversion du P.S. au « modernisme » économique, calme le jeu sur les fronts sociaux et de l'éducation, traverse la tempête suscitée par le sabotage du Rainbow Warrior, en 1985, au prix de la démission de son ministre de la Défense, Charles Hernu. Mais il ne parvient pas à éviter la défaite de la gauche en 1986, même si celle-ci ne subit pas la déroute annoncée. Laurent Fabius fait dès cette époque figure de dauphin de François Mitterrand, qui lui a pourtant préféré le premier secrétaire du P.S., Lionel Jospin, pour mener la campagne des élections législatives. C'est le début d'une violente rivalité entre les deux hommes, qui trouvera son point culminant lors du congrès de Rennes, en 1990. En 1988, François Mitterrand à peine réélu, Jospin barre la route de Fabius pour le poste de premier secrétaire. Ce dernier est néanmoins élu président de l'Assemblée nationale, puis il conduit la liste socialiste aux européennes de 1989, où le P.S. obtient son meilleur score à ces élections : 24,3 p. 100. Sa tentative de prendre le P.S. échoue une nouvelle fois à Rennes, mais Pierre Mauroy lui laisse finalement la place en janvier 1992.

Cela aurait pu être la consécration. C'est au contraire le début d'un calvaire po [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FABIUS LAURENT (1946- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] sanguine et de la Direction de la santé sont condamnés par les tribunaux. Laurent Fabius, Premier ministre à l'époque des faits, Georgina Dufoix qui était sa ministre des Affaires sociales, et Edmond Hervé, son secrétaire d'État à la Santé, sont accusés de non-assistance à personne en danger. L'affaire fait beaucoup de bruit et contribue à donner […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-mitterrand-1981-1995/#i_23333

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 266 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vote-sanction lors des législatives anticipées de 1997 »  : […] social et Dominique Strauss-Kahn un grand ministère économique. Laurent Fabius est élu président de l'Assemblée nationale. Lionel Jospin va profiter d'une période de croissance économique inespérée. Sa politique est plutôt bien perçue par l'opinion et sa cote de popularité reste très élevée dans les sondages jusqu'à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-chirac-1995-2007/#i_23333

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 160 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gauche en quête d’un second souffle »  : […] des tensions avec le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l’Économie démissionne le 30 août. Auparavant, en février, Laurent Fabius, nommé à la présidence du Conseil constitutionnel, avait cédé sa place au Quai d’Orsay à l’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault, tandis que les écologistes, avec Emmanuelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2016/#i_23333

FRANCE - L'année politique 2005

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 253 mots

Dans le chapitre « À gauche : choc de projet et conflit des ambitions »  : […] Hollande et soutenue par les tenants du oui au référendum de mai ayant obtenu 53,7 p. 100, celle de Laurent Fabius 21 p. 100 et celle d’Henri Emmanuelli, ayant fait cause commune avec le Nouveau parti socialiste (N.P.S) d'Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, 24 p. 100. Alors qu'après le référendum, le principal opposant au traité, Laurent Fabius, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2005/#i_23333

FRANCE - L'année politique 2002

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 593 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tentatives de refondation du Parti socialiste »  : […] République, une identité plus socialiste que sociale-démocrate et une certaine réticence devant l'élargissement de l'Europe. Sans former à proprement parler une tendance, en raison de querelles de personnes, le numéro deux du P.S., Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Marie Bockel défendent une voie plus réformiste et sociale- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2002/#i_23333

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Relativement silencieux depuis la victoire de la gauche en juin 1997, Laurent Fabius sort progressivement de sa réserve. Il a été blanchi par la Cour de justice de la République, qui a fait ses premières armes avec le procès de trois anciens ministres pour l'affaire du sang contaminé, en février 1999. Fin août, il plaide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-1999/#i_23333

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 371 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] la succession de Mitterrand étant désormais ouverte. Le président tente d'imposer en vain Fabius à la tête du parti en remplacement de Jospin. Il se heurte à l'hostilité de ce dernier qui pousse la candidature de Mauroy, également soutenue par Rocard. Fabius se replie sur la présidence de l'Assemblée nationale dont il va utiliser la logistique pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_23333

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le virage social-libéral »  : […] et appliqué des politiques proches du social-libéralisme. En France, le gouvernement Fabius (1984-1986) a été placé sous la thématique de la « modernisation » industrielle et économique, les gouvernements Rocard (1988-1991) et Bérégovoy (1992-1993) ont été les précurseurs des politiques monétaristes poursuivies aujourd'hui par la social-démocratie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_23333

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « FABIUS LAURENT (1946-     ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-fabius/