FABIUS LAURENT (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français, Premier ministre de 1984 à 1986.

Jusqu'en 1988, tout a souri à Laurent Fabius. Né le 20 août 1946 à Paris dans une riche famille d'antiquaires, normalien, énarque, auditeur au Conseil d'État, il s'était fait connaître des téléspectateurs comme brillant participant d'un jeu télévisé au début des années 1970, « Cavalier seul ». À peine entré au Parti socialiste, en 1974, il dirige le cabinet de son premier secrétaire et ne cessera dès lors de bénéficier de la bienveillance et de la protection de François Mitterrand. Député d'une circonscription très à gauche de Seine-Maritime en 1978, porte-parole du P.S., ministre délégué au Budget en 1981, enfin en 1984, à trente-sept ans, il est « le jeune Premier ministre que j'ai donné à la France », dira François Mitterrand.

Il accompagne alors la conversion du P.S. au « modernisme » économique, calme le jeu sur les fronts sociaux et de l'éducation, traverse la tempête suscitée par le sabotage du Rainbow Warrior, en 1985, au prix de la démission de son ministre de la Défense, Charles Hernu. Mais il ne parvient pas à éviter la défaite de la gauche en 1986, même si celle-ci ne subit pas la déroute annoncée. Laurent Fabius fait dès cette époque figure de dauphin de François Mitterrand, qui lui a pourtant préféré le premier secrétaire du P.S., Lionel Jospin, pour mener la campagne des élections législatives. C'est le début d'une violente rivalité entre les deux hommes, qui trouvera son point culminant lors du congrès de Rennes, en 1990. En 1988, François Mitterrand à peine réélu, Jospin barre la route de Fabius pour le poste de premier secrétaire. Ce dernier est néanmoins élu président de l'Assemblée nationale, puis il conduit la liste socialiste aux européennes de 1989, où le P.S. obtient son meilleur score à ces élections : 24,3 p. 100. Sa tentative de prendre le P.S. échoue une nouvelle fois à Rennes, mais Pierre Mauroy lui l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FABIUS LAURENT (1946- )  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vote-sanction lors des législatives anticipées de 1997 »  : […] Jacques Chirac choisit comme Premier ministre un de ses proches, Alain Juppé, secrétaire général du R.P.R., ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995. Les fortes attentes générées par le discours sur la fracture sociale et la volonté de changement vont laisser place rapidement à l'amertume et à l'insatisfaction. Il n'y aura pas d'état de grâce. Les deux têtes de l'exécutif mènent, il est vr […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2016

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 158 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La gauche en quête d’un second souffle »  : […] Les turbulences qui secouent la gauche sont indissociables de celles qui touchent le gouvernement. Le lancement par Emmanuel Macron, en avril, de son mouvement En marche !, présenté comme devant transcender le clivage traditionnel gauche-droite, rendait à brève échéance sa présence au gouvernement difficile à assumer. Après plusieurs mois d’incertitudes, marqués par une opposition sourde à la poli […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2005

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 253 mots

Dans le chapitre « À gauche : choc de projet et conflit des ambitions »  : […] Les conflits internes au Parti socialiste ont précédé le référendum du 29 mai, puis accompagné la préparation du congrès du Mans des 18, 19 et 20 novembre 2005. Ils ont ainsi renforcé la visibilité des antagonismes en son sein non seulement sur l'Europe, mais également sur la plupart des sujets économiques et sociaux. Les divisions avaient notamment été étalées fin août lors de l'université d'été […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2002

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 592 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tentatives de refondation du Parti socialiste »  : […] À gauche, la défaite a laissé des traces. Le Parti communiste s'interroge sur son avenir à moyen terme, son président, Robert Hue, battu dans le Val-d'Oise, ayant annoncé son intention de renoncer à ses fonctions lors du XXXII e  Congrès d'avril 2003. Les Verts, lors du congrès du 15 décembre 2002 tenu à Nantes, étalent leurs divisions et ne parviennent pas à trouver un successeur à leur secrétai […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « Tempêtes sur la majorité plurielle »  : […] Ce sont les Verts qui font l'actualité à la fin de l'été de 1999. Ils réclament avec force un moratoire sur la construction de centrales nucléaires et l'introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Souvent embarrassée par les déclarations de ses amis, et notamment par celles de Daniel Cohn-Bendit, qu'elle voit sans plaisir revenir en France, Dominique Voynet menace même de démis […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 045 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L’ère mitterrandienne : entre succès et désillusion »  : […] L’élection de François Mitterrand en 1981 a été rendue possible par la constitution d’une machine électorale et militante puissante, qui a engrangé au cours des années 1970 de nombreux succès électoraux et renouvelé ses élites dirigeantes. Une nouvelle génération d’élus, largement issue du monde enseignant, compose la nouvelle et confortable majorité parlementaire socialiste de 1981 (le groupe so […] Lire la suite

PS (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le P.S. sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au P.S. qui n'en n'a […] Lire la suite

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le virage social-libéral »  : […] Dans les années 1980, les brèves expériences néo-keynésiennes du P.S. français (1981-1982) et du P.A.S.O.K. grec (1981-1984), poursuivies dans un environnement international hostile, se sont soldées par des échecs. La social-démocratie se retrouve sans cadre théorique et programmatique. Les partis sociaux-démocrates alors au pouvoir dans le sud de l'Europe mènent des politiques de désinflation co […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Nomination de Laurent Fabius à la présidence du Conseil constitutionnel. 19 février 2016

Le mandat de trois des neuf membres du Conseil constitutionnel venant à expiration au début du mois de mars, le président François Hollande nomme l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à la présidence de l’institution pour succéder à Jean-Louis Debré. Le même jour, le président […] Lire la suite

France. Remaniement gouvernemental. 11 février 2016

-Vincent Placé et Barbara Pompili, à des postes de secrétaire d’État. L’ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault remplace, au Quai d’Orsay, Laurent Fabius, pressenti pour présider le Conseil constitutionnel, avec le titre de ministre des Affaires étrangères et du Développement international […] Lire la suite

Conclusion d’un accord à la COP 21. 12 décembre 2015

affirmé par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui préside la COP 21. Le texte ne prévoit en effet pas de mécanisme de sanction en cas de non-application. […] Lire la suite

Syrie – France. Libération de quatre Français enlevés en Syrie. 19-20 avril 2014

en Irak et au Levant (E.I.I.L.), groupe djihadiste dissident d'Al-Qaida. Le 20, les quatre hommes regagnent Paris, où ils sont accueillis par le président François Hollande et le chef de la diplomatie Laurent Fabius. Depuis janvier, l'E.I.I.L. fait face, en Syrie, à l'offensive de l'Armée syrienne […] Lire la suite

France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls. 1er-29 avril 2014

au Logement et à l'Égalité des territoires et George Pau-Langevin à l'Outre-Mer. Laurent Fabius, Christiane Taubira, Marisol Touraine, Jean-Yves Le Drian, Marylise Lebranchu, Aurélie Filippetti et Stéphane Le Foll conservent leur portefeuille. Ce dernier devient en outre porte-parole du gouvernement. Le 8 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bruno DIVE, « FABIUS LAURENT (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-fabius/