FRANCEL'année politique 2005

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En France, 2005 est une année de tensions dont la portée dépasse largement la seule classe politique. Si la gauche comme la droite apparaissent divisées par des querelles de personnes, celles-ci prennent place au sein d'une société inquiète et parcourue par des visions différentes de son avenir comme de son passé. L'événement majeur, le rejet par le référendum du 29 mai du projet de traité constitutionnel européen, a pour conséquence interne immédiate le remplacement de Jean-Pierre Raffarin par Dominique de Villepin. Il dénote aussi une fracture profonde au sein de la gauche et, plus généralement, de la société. À l'automne, la « révolte des banlieues » comme la polémique sur la mémoire coloniale, née de l'article 4 de la loi du 23 février 2005 qui demande aux programmes scolaires de reconnaître « en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer », ou, sur un autre plan, sur le modèle social français révèlent aussi des dissensions durables.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2005 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2005/