MÉDICIS LAURENT DE, dit LAURENT LE MAGNIFIQUE (1449-1492)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État florentin, le 1er janvier 1449 à Florence, mort le 9 avril 1492 à Careggi, près de Florence.

En 1469, à la mort de son père, Pierre de Médicis, Laurent lui succède à la tête de la République de Florence, conjointement avec son frère cadet, Julien (1453-1478), annonçant qu'il va suivre la voie constitutionnelle adoptée par son père et son grand-père. Ce n'est en réalité qu'une façade. En 1471, il prive par exemple les assemblées populaires de tout soutien financier. La tyrannie qu'il exerce sur la république est néanmoins tempérée par les carnavals, bals et autres fêtes que le peuple florentin apprécie tant.

En 1474, la famille des Pazzi obtient la charge de trésorier du Saint-Siège, jusqu'alors tenue par les Médicis, qui réagissent en confisquant une partie de leur fortune aux Pazzi. Ces derniers, soutenus par le pape Sixte IV, son neveu Riario et Francesco Salviati, archevêque de Pise, fomentent alors une conspiration contre les Médicis. Ils projettent d'assassiner Laurent et Julien dans la cathédrale de Florence pendant la célébration pascale du 26 avril 1478, durant laquelle l'archevêque doit leur transmettre la seigneurie. Julien est tué, mais Laurent s'enfuit. L'archevêque aborde maladroitement le gonfalonier, qui le fait exécuter sur le champ. La foule, fidèle aux Médicis, s'empare des conspirateurs et les met en pièces. Sixte IV, oubliant le meurtre de Julien, refuse de considérer autre chose que l'exécution du prélat et menace Florence d'interdiction pontificale si elle ne lui remet pas Laurent. La ville et son clergé rejettent cette proposition. La situation est d'autant plus grave que le roi de Naples Ferrante (Ferdinand Ier) soutient le Saint-Siège. Laurent ne peut compter que sur l'aide très limitée de Milan et sur les encouragements du roi de France. Il se rend alors seul à Naples et parvient à faire céder Ferdinand, avec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  MÉDICIS LAURENT DE, dit LAURENT LE MAGNIFIQUE (1449-1492)  » est également traité dans :

ART ET HUMANISME À FLORENCE AU TEMPS DE LAURENT LE MAGNIFIQUE, André Chastel - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 019 mots
  •  • 1 média

L'ouvrage d'André Chastel (1912-1990) Art et humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique est la forme publiée de sa thèse, revue par ses soins une vingtaine d'années plus tard. Au sommet de sa carrière, il donnait ainsi une forme nouvelle à un travail considérable, portant sur le terrain de prédilection des chercheurs germanophones, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-humanisme-a-florence-au-temps-de-laurent-le-magnifique/#i_22322

FLORENCE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Charles-Marie de LA RONCIÈRE
  •  • 4 486 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Splendeur et fragilité du principat de Laurent »  : […] Après la mort de Côme (1464) et celle de son fils, Pierre le Goutteux (1469), le pouvoir échoit à son petit-fils Laurent. Bien des avantages, à première vue, consolident le pouvoir de Laurent : ses qualités personnelles, charme, culture, talent poétique ; sa formation diplomatique ; une assurance propre à qui a grandi dans la certitude du pouvoir. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-de-florence/#i_22322

MÉDICIS LES

  • Écrit par 
  • Charles-Marie de LA RONCIÈRE
  •  • 3 438 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Seigneurs de Florence (1429-1530) »  : […] À la suite d'une guerre malheureuse contre Lucques, en 1433, et de l'institution du cadastre en 1427, réforme fiscale nécessaire mais contestée, l'oligarchie au pouvoir est ébranlée, ses chefs, les Albizzi, déconsidérés, exilés. Le fils de Giovanni di Bicci prend le pouvoir sans coup férir. Dès lors, la destinée des Médicis se confond pendant soixa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-medicis/#i_22322

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Une vie entre la Florence de Laurent le Magnifique et la Rome de Pie IV »  : […] L'art de Michel-Ange, la hauteur de ses conceptions et l'originalité de ses œuvres apparaissent bien souvent sans commune mesure avec les données quotidiennes d'une vie retirée, frugale, plutôt sédentaire, timorée (n'a-t-il pas fui les armées étrangères ou les menaces qu'il croyait peser sur sa vie à six reprises ?), toute consacrée au travail soli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ange/#i_22322

PAZZI LES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 262 mots

Une conspiration ayant pour but de renverser le pouvoir des Médicis à Florence fut, en 1478, conduite par la famille des Pazzi, depuis longtemps rivale de celle des Médicis. Le prétexte immédiat en fut l'obtention (1474) par Francesco Pazzi de la charge de trésorier du Saint-Siège, tenue jusqu'alors par les Médicis, et qui provoqua la confiscation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-pazzi/#i_22322

PULCI LUIGI (1432-1484)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 1 454 mots

Dans le chapitre « L'auteur de Morgant le Géant »  : […] De l'enfance de Luigi Pulci, né à Florence, on sait peu de chose. De graves revers de fortune subis par sa famille le contraignent en 1459 à accepter les fonctions de secrétaire auprès de Francesco Castellani. Des spéculations malheureuses de son frère Luca aboutissent au bannissement de Florence de Luca et de son autre frère Bernardo. Devenu homm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-pulci/#i_22322

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La Florence de Laurent le Magnifique »  : […] La grande époque de Florence c'est, selon la tradition historiographique, celle de Laurent de Médicis (1449-1492). Maître « magnifique » d'une cité pacifiée, poète et politique, il se voue aux arts et aux études humanistes, formé par Cristoforo Landino, Marsile Ficin et Leon Battista Alberti (1404-1472). Ce dernier, principalement architecte, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_22322

VESPUCCI AMERIGO (1454-1512)

  • Écrit par 
  • Roberto ALMAGIA, 
  • Universalis
  •  • 646 mots

Navigateur italien né en 1454 à Florence, mort en 1512 à Séville. Après avoir reçu une éducation humaniste, Amerigo Vespucci entre au service de la banque de Laurent de Médicis. À la fin de l'année 1491, ce dernier l'envoie à Séville dans une de ses entreprises dirigée par un armateur du nom de Giannotto Berardi. Vespucci est probablement encore d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerigo-vespucci/#i_22322

Pour citer l’article

« MÉDICIS LAURENT DE, dit LAURENT LE MAGNIFIQUE (1449-1492) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-de-medicis/