GONFALONIER

Gardien du gonfalon, ou étendard, dans les communes médiévales italiennes, surtout en Toscane. À Florence, dès 1250, un gonfalonier commande chacune des seize compagnies citadines armées. Le gouvernement central de la ville, ou seigneurie, composé de neuf prieurs, ou chefs des arts (associations corporatives de métiers), est dirigé par le gonfalonier de justice qui, outre l'honneur de porter l'étendard de la commune, a le pouvoir de commander la force armée citadine et de présider le collège des prieurs, depuis les ordonnances de justice de 1293. Perdant en 1306 ses attributions militaires, le gonfalonier de justice reste le chef du gouvernement civil, même sous la tutelle des Médicis.

—  Michel BALARD

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  GONFALONIER  » est également traité dans :

FLORENCE RÉPUBLIQUE DE

  • Écrit par 
  • Charles-Marie de LA RONCIÈRE
  •  • 4 486 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Savonarole et la fin de la république (1494-1530) »  : […] Si les maladresses de Laurent et de Pierre ont compromis la situation des Médicis, la défaite de ceux-ci n'est pas sans appel ; ils conservent de nombreux fidèles. Les appuis qu'ils trouvent auprès des États voisins, tous monarchiques, leur permettront finalement de se rétablir ; mais les traditions communales ne sont pas mortes et, avant que disparaisse définitivement le sens de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-de-florence/#i_25106

Pour citer l’article

Michel BALARD, « GONFALONIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gonfalonier/