RIVERS LARRY (1923-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De son vrai nom Yizroch Loiza Grossberg, Larry Rivers est né en 1923 dans le Bronx. Il est mort à Southampton dans l'État de New York en 2002. Il est l'un des artistes qui stimulèrent le plus l'esprit pop sans se couler dans le moule. Il était de toute façon d'une génération antérieure, celle des néo-dadas (Johns, Rauschenberg), et n'allait pas collecter des bandes dessinées, de la publicité ou des journaux : sa banque d'images déjà faites, c'était l'histoire de l'art. Son passé de saxophoniste – Rivers est son pseudonyme de musicien – le prédestinait à l'interprétation créative, à l'improvisation sur un thème connu – à quoi l'incitait également l'enseignement du peintre Hans Hofmann qu'il suivit en 1947. Dès 1950, il vient en France pour y voir des œuvres de Bonnard et des impressionnistes, il découvre alors Courbet dont il admire Un enterrement à Ornans. À son retour et contre l'expressionnisme abstrait triomphant, il devient peintre d'histoire, connaissant le succès avec Washington traversant le Delaware (1953, Museum of Modern Art, New York). Traiter un thème réaliste, un cliché national, avec une technique expressionniste, tel fut son défi. Dans les années 1954-1955, il peint des nus comme Le Double Portrait de Birdie (1955) où l'on voit deux occurrences de la même femme âgée, sa propre belle-mère, dans sa chambre, debout ou assise sur le lit, dans un décor qui évoque Manet. Il développe avant Warhol le procédé de l'image multiple.

À la même époque, Rivers fait de la sculpture figurative dans la tradition de Rodin et de Medardo Rosso. Plus généralement, il s'appuie sur le Duchamp cubo-futuriste, dans l'esprit de la fragmentation et de la simultanéité. En 1956, il peint sa réponse à Courbet avec L'Atelier, tableau de plus de cinq mètres de long où les groupes de figures, à la fois très dessinées et estompées au chiffon, s'articulent autour d'une femme nue, réminiscence des toiles tahitiennes de Gauguin. En 1959, c'est la photographie parue dans Life du dernier soldat de la guerre de Sécession dans son cercueil qui l' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  RIVERS LARRY (1923-2002)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_34837

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « RIVERS LARRY - (1923-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/larry-rivers/