HOFMANN HANS (1880-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre allemand, né le 21 mars 1880 à Weissenberg en Bavière, mort le 17 février 1966 à New York.

Hans Hofmann entreprend des études d'art à Munich en 1898 puis, en 1904, s'installe à Paris pour parfaire sa formation. Il est alors profondément influencé par l'utilisation expressive de la couleur caractérisant la peinture d'Henri Matisse et celle de Robert Delaunay. De retour à Munich, il fonde sa première école d'art en 1915.

En 1930, Hans Hofmann émigre aux États-Unis. Il enseigne tout d'abord à l'Art Students League de New York puis ouvre son propre établissement, la Hans Hofmann School of Fine Art, qui devient rapidement l'une des plus prestigieuses écoles d'art du pays. À partir de 1939, il délaisse les paysages et les natures mortes expressionnistes qu'il peignait au début de la décennie pour adopter une manière abstraite et inventive, à la touche vigoureuse et aux couleurs saturées, utilisant des formes géométriques et irrégulières. Pionnier dans l'expérimentation des techniques d'improvisation, il ouvre la voie à la première génération de peintres américains d'après guerre qui développera l'expressionnisme abstrait. Son œuvre Spring (1940, « Printemps ») est l'une des premières toiles où intervient la technique du dripping, projection de peinture sur une toile posée à plat, associée à l'artiste américain Jackson Pollock. En 1958, Hans Hofmann, considéré comme l'un des plus grands professeurs d'art du xxe siècle, se détourne de l'enseignement pour se consacrer entièrement à son art. Trois ans avant sa mort, il fait don de quarante-sept de ses toiles à l'université de Californie, à Berkeley, ainsi que de fonds destinés à financer la création du musée de l'université pour abriter ses œuvres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HOFMANN HANS (1880-1966)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15311

NEW YORK ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genèse et sources du mouvement »  : […] Prenant conscience de la nécessité absolue de dégager leur art du provincialisme dans lequel ils se trouvaient depuis des siècles, les artistes de l'école de New York tentent de créer, à partir de la réalité et du tempérament propres à leurs pays, une tradition picturale nouvelle, à laquelle va s'ajouter et pour longtemps, « ce sentiment totalement nouveau, écrit Clement Greenberg, d'être au centr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-new-york/#i_15311

Pour citer l’article

« HOFMANN HANS - (1880-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-hofmann/