Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck - crédits : AKG-images

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck

Plus que tout autre, et peut-être dans la mesure même où il fut passionnément contesté, Lamarck doit être considéré comme le fondateur de la biologie. Avant de proposer, en 1802, de désigner sous ce nom la science des êtres vivants, il s'était en effet attaché à en délimiter les contours et à en dégager les lois générales.

Reprenant à son compte la conception linnéenne des trois règnes superposés (lapides crescunt, vegetabilia crescunt et vivunt, animalia crescunt, vivunt et sentiunt), il insiste, après J. F. Gmelin et C. Bonnet, sur l'opposition radicale entre l'inorganique et l'organique. En soulignant l'unité profonde de l'organique, Lamarck dégageait la notion de l'unité de la vie : « L'état, dit-il, où nous voyons tous les animaux est le produit de la composition croissante de l'organisation qui tend à former une gradation régulière. » Cette conception d'une tendance de la vie vers la complexification croissante et le perfectionnement est au cœur de la pensée lamarckienne. Elle se trouve tempérée par l'idée que le dynamisme vital est soumis aux « influences d'une multitude de circonstances très différentes qui tendent continuellement à détruire la gradation de la composition croissante de l'organisation ». C'est pourquoi le non-usage imposera aux organismes la perte, transmise héréditairement, de tel organe ou de telle fonction.

En posant en principe que l'évolution biologique se trouve ainsi conduite par le conflit de forces organisatrices et de forces désorganisatrices – ou déviatrices –, Lamarck mettait en lumière ce qui, depuis, est resté le problème central de la biologie.

Une vocation imprévue

Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck, naquit le 1er aôut 1744 à Bazentin-le-Petit (Somme) ; il quitta le collège de Jésuites d'Amiens dès la mort de son père, en 1760, pour prendre rang dans l'armée ; mais il dut très vite, à la suite d'un accident, renoncer au métier des armes.

Pendant quatre ans, ne disposant que d'une maigre pension complétée par un appointement de petit employé de banque, Lamarck poursuivit à Paris des études médicales et songea même, pour un temps, à une carrière musicale. Sa rencontre fortuite et ses herborisations avec Rousseau le décidèrent, à vingt-quatre ans, à se consacrer à des travaux botaniques. Il publia, en 1778, une Flore française qui lui valut une gloire immédiate, concrétisée l'année suivante par son élection, à trente-cinq ans, à l'Académie des sciences.

Devenu botaniste du Roi, en 1781, il est chargé, peu après, des humbles fonctions de conservateur de l'herbarium des Jardins royaux ; mais il exerça, en dépit de sa position subalterne, une grande influence sur les décisions de la Convention, lors de la fondation du Muséum national d'histoire naturelle (1793).

Une œuvre monumentale

Lamarck accomplit alors une conversion extraordinaire, qui devait avoir des conséquences considérables ; à cinquante ans, il devint professeur de zoologie au Muséum, chargé d'enseigner la zoologie des Invertébrés, ce qui était une tâche difficile, compte tenu des connaissances de l'époque. E. Geoffroy Saint-Hilaire occupait, pour sa part, la chaire des Vertébrés. Le labeur colossal qu'il accomplit le conduisit à publier en 1801 la première édition du Système des animaux sans vertèbres. Enfin, malgré ses difficultés pécuniaires, Lamarck réussit, par son travail et ses méditations, à formuler la première théorie de l'évolution organique dans la Philosophie zoologique (1809), dont la rédaction laborieuse n'excuse pas le peu de cas qu'en firent ses contemporains.

Critiqué violemment par Cuvier qui lui reproche de construire « de vastes édifices sur des bases imaginaires », souvent raillé, malgré une œuvre considérable,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien professeur à la faculté des sciences de Paris, ancien directeur du laboratoire de génétique évolutive et de biométrie du C.N.R.S.
  • : professeur des Universités, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Pour citer cet article

Charles BOCQUET et Pietro CORSI. LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 20/03/2024

Média

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck - crédits : AKG-images

Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck

Autres références

  • LAMARCK (J.-B. de) - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 460 mots

    1744 Naissance, le 1er août, de Jean-Baptiste-Pierre-Antoine de Monet, chevalier de La Marck (dit Lamarck) à Bazentin-le-Petit (Somme).

    1778 Lamarck publie la Flore française. Cet ouvrage sera réimprimé en 1795 puis remanié en 1805 par A.-P. de Candolle qui en publiera une dernière édition augmentée...

  • PHILOSOPHIE ZOOLOGIQUE (J.-B. de Monet de Lamarck)

    • Écrit par
    • 231 mots
    • 1 média

    Fondateur de la paléontologie des invertébrés, le naturaliste français Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829) se convainc que les êtres vivant actuellement sur Terre dérivent de formes plus anciennes par une transformation lente et irréversible. En se répandant à la surface du globe, les...

  • HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTÈBRES (J.-B. de Monet de Lamarck)

    • Écrit par
    • 1 393 mots
    • 1 média

    En 1815 paraissait le premier des sept volumes d’une des œuvres majeures du zoologiste français Jean-Baptiste Pierre Antoine de Monet, chevalier de Lamarck (1744-1829) : l’Histoire naturelle des animaux sans vertèbres. Celle-ci constitue la première synthèse de grande ampleur concernant...

  • BIOLOGIE - L'être vivant

    • Écrit par et
    • 5 069 mots
    • 1 média

    Le terme « biologie » (β́ιος, vie, et λ́ογος, science) désigne la science qui étudie les êtres vivants, la vie. Il est utilisé, pour la première fois par le médecin allemand Gottfried R. Treviranus (1776-1832), dans Biologie oder Philosophie der lebendenNatur (Biologie ou Philosophie...

  • CLASSIFICATION DU VIVANT

    • Écrit par et
    • 7 201 mots
    • 6 médias
    Autour de 1800, le rejet de la chronologie biblique, qui attribuait 6 000 ans d'âge à la Terre, prépare un changement de paradigme dontJean-Baptiste Lamarck est l'artisan. Élève de Buffon, Lamarck est d'abord comme lui convaincu que les espèces sont filles de la nature et que « leur existence...
  • DISCOKERYX XIEZHI

    • Écrit par
    • 1 130 mots
    • 2 médias
    ...ont proposé différents scénarios pour expliquer les causes d’une telle étrangeté anatomique. Dans son ouvrage Philosophie zoologique publié en 1809, Jean-Baptiste de Monet de Lamarck propose la première théorie de l’évolution, dite du transformisme. Prenant l’exemple de la girafe, Lamarck postule...
  • ESPÈCE, biologie

    • Écrit par
    • 4 774 mots
    • 6 médias
    ...biologique a résulté de la théorie de l'évolution. À première vue, cela aurait pu être fatal à une vision réaliste de l'espèce biologique. Darwin, comme Lamarck (1744-1829) avant lui, ont en effet adopté une position nominaliste sur la question de l'espèce, considérant qu'en toute rigueur les espèces n'existent...
  • Afficher les 14 références