REVUE DES DEUX MONDES LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La longévité est certainement la première caractéristique de La Revue des Deux Mondes : créée en 1829, elle paraît encore aujourd'hui, présentant chaque mois, sur une immuable couverture saumon, des sommaires diversifiés où membres de l'Institut et académiciens côtoient des chroniqueurs littéraires et des penseurs politiques pour la plupart fort conservateurs. La véritable carrière de La Revue des Deux Mondes a commencé en fait en 1831, lors de sa reprise par François Buloz. Si celui-ci donne à la revue un caractère délibérément littéraire en publiant entre autres Balzac, Vigny, Hugo, George Sand, Sainte-Beuve, sa dimension politique est également patente à travers les articles qu'elle consacre aux sujets de politique intérieure, de diplomatie ou d'histoire. Jusqu'en 1848, la revue sera donc libérale, voire progressiste, et défendra la monarchie constitutionnelle de Juillet. Les événements de 1848 effraieront la plupart de ses collaborateurs et, à partir de là, la revue ne cessera d'évoluer vers des positions politiques de plus en plus conservatrices sur le fond et modérées sur la forme qui la conduiront, par exemple, à une réserve plus que prudente pendant l'affaire Dreyfus, tout comme à combattre la diffusion des idées socialistes et communistes, à se prononcer contre la guerre d'Espagne en 1936, à défendre les régimes de Salazar et de Primo de Riveira, etc. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la revue, repliée à Royat, offre l'asile à certaines personnes pourchassées par les occupants et subit diverses tracasseries administratives. À partir de sa reparution en 1948, elle s'engage dans une critique des défauts de la IVe République, défend Antoine Pinay, puis, à partir de 1958, affiche son soutien au gaullisme dont de nombreux hérauts (M. Schumann, A. Peyreffite...) ont collaboré à sa rédaction. Parmi les successeurs de Buloz, Fernand Brunetière et René Doumic contribuèrent largement à cette évolution de plus en plus conservatrice et traditionaliste de la revue.

George Sand

Photographie : George Sand

George Sand (1804-1876). Miniature. 

Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Partie de quelques centaines d'abonnés, la revue en eut vite plusieurs milliers, jusqu'à 25 000 en 1868 et 40 000 à la veille de la Première Guerre mondiale. Ce qui explique qu'elle joua longtemps un rôle tout à fait fondamental dans la vie politique française pendant tout le xixe siècle, ses salons étant jusqu'en 1914 très fréquentés par l'élite politique. Son attrait pour les questions diplomatiques a eu son pendant littéraire à travers son intérêt pour les littératures étrangères (Goethe, Schiller, Heine, Kipling...) qu'elle a aidé à faire connaître en France. On ne compte pas non plus les collaborations importantes et suivies d'auteurs aussi différents, outre ceux déjà cités, que Renan, Mérimée, Stendhal, Chateaubriand – plus tard Barrès, Loti, Rostand... Pendant une même période, la revue eut trois critiques renommés : Brunetière, Faguet et Lemaître. En revanche, surtout dans l'entre-deux-guerres, son conservatisme foncier lui fit largement manquer la plupart des auteurs et mouvements importants qui ont produit la littérature moderne contemporaine.

Obnubilée par sa volonté d'être la revue de l'élite et persuadée que celle-ci avait son siège à l'Académie française et sa raison d'être dans la défense et l'illustration des idées traditionalistes, La Revue des Deux Mondes n'a guère réussi depuis la Libération à jouer un rôle significatif dans la vie littéraire et intellectuelle, non plus que dans la vie politique, au point que son existence apparaît à beaucoup comme une survivance désuète. Nommé rédacteur en chef de la revue en janvier 2001, Michel Crépu tente, souvent avec succès, de lui apporter un souffle nouveau. Valérie Toranian lui succède en décembre 2014.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ingénieur au C.N.R.S., rédacteur en chef de La Revue des revues, administrateur de l'Institut mémoires de l'édition contemporaine

Classification

Autres références

«  REVUE DES DEUX MONDES LA  » est également traité dans :

PLANCHE GUSTAVE (1808-1857)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 160 mots

Critique littéraire, Gustave Planche entre en 1831 à la Revue des Deux Mondes , publication fort conservatrice où il fait une carrière brillante. Il exerce son magistère avec autorité, austérité et dogmatisme. Sa sévérité cruelle lui vaut beaucoup d'inimitiés. Très dur à l'encontre des romantiques de tous bords (Hugo, Musset, Balzac) et de l'idée démocratique, il s'en prend à tout ce qui est pour […] Lire la suite

REVUE DE PARIS

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 534 mots

Sous le titre de Revue de Paris , on trouve en fait, entre 1829 et 1970, avec discontinuité, plusieurs publications successives qui vont connaître tour à tour succès et avanies. La première Revue de Paris , en 1829, est celle fondée par l'original docteur Véron dans l'intention de produire un « nouveau recueil littéraire dans le genre des magazines ou revues anglaises ». En s'ouvrant plus volontie […] Lire la suite

REVUES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 5 807 mots
  •  • 3 médias

Innombrables, les revues se remarquent tant par la diversité de leurs projets et de leurs formes que par le rôle irremplaçable qu'elles jouent depuis plus d'un siècle dans la vie littéraire. Elles ont su anticiper, accompagner et exprimer les mouvements de création et de critique littéraires les plus novateurs avec un remarquable pouvoir de fécondation et de diffusion. Une capacité qui tient aux […] Lire la suite

Les derniers événements

10-29 juin 2020 France. Condamnation des époux Fillon.

Le 29, le tribunal correctionnel de Paris estime injustifiés les quelque 613 000 euros reçus par Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci de 1998 à 2007 et en 2012-2013, ainsi que les quelque 79 000 euros reçus comme conseillère littéraire de La Revue des Deux Mondes en 2012-2013. Il juge tout aussi fictifs les emplois d’assistants parlementaires occupés en 2005-2007, pour plus de 46 000 euros, par les enfants du couple – qui n’étaient pas renvoyés devant le tribunal. […] Lire la suite

9 janvier 2019 France. Renvoi des époux Fillon devant le tribunal correctionnel.

Est également considéré comme fictif par le parquet l’emploi en 2012-2013 de Penelope Fillon à La Revue des Deux Mondes par Marc Ladreit de Lacharrière – lui-même condamné pour abus de biens sociaux en décembre 2018. François Fillon est également visé pour avoir omis de déclarer à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) un prêt de 50 000 euros consenti en 2012 par Marc Ladreit de Lacharrière. […] Lire la suite

11 décembre 2018 France. Condamnation de Marc Ladreit de Lacharrière dans l'affaire Fillon.

Le tribunal de Paris condamne le président de la Revue des Deux Mondes, Marc Ladreit de Lacharrière, à huit mois de prison avec sursis et 375 000 euros d’amende pour abus de biens sociaux, dans le cadre d’une procédure transactionnelle avec reconnaissance préalable de culpabilité. Marc Ladreit de Lacharrière reconnaît que Penelope Fillon, qu’il avait embauchée comme conseillère littéraire en 2012-2013 à la demande de son mari, l’ancien Premier ministre François Fillon, n’a pas effectué un travail représentant une contrepartie suffisante à son salaire. […] Lire la suite

1er-28 mars 2017 France. Mise en examen de François Fillon.

Le 8, Le Canard enchaîné révèle que François Fillon a omis de mentionner dans sa déclaration de patrimoine un prêt de 50 000 euros consenti en 2013 par son ami Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de La Revue des Deux Mondes qui a également rémunéré Penelope Fillon. L’hebdomadaire satirique annoncera dans son édition du 15 mars que ce prêt a été remboursé en février, après l’éclatement de l’affaire. […] Lire la suite

1er-24 février 2017 France. Ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Fillon.

L’hebdomadaire affirme en outre que deux des enfants de François Fillon, que celui-ci avait indiqué avoir également rémunérés sur fonds publics, ont touché près de 84 000 euros entre 2005 et 2007 comme assistants parlementaires. La presse révèle également que le parquet national financier (PNF) s’intéresse à d’éventuels conflits d’intérêts liés aux activités de la société de conseil et de conférence de François Fillon, 2F Conseil, ainsi qu’aux conditions de l’élévation de Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la Revue des Deux Mondes, à la dignité de grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur, en décembre 2010, sur proposition de François Fillon, alors Premier ministre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CORPET, « REVUE DES DEUX MONDES LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-revue-des-deux-mondes/