Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

L'ŒUVRE D'ART ET SES SIGNIFICATIONS. ESSAIS SUR LES " ARTS VISUELS ", Erwin Panofsky Fiche de lecture

Il n'est sans doute pas d'œuvre, dans l'histoire de l'art au xxe siècle, dont l'ampleur soit comparable à celle d'Erwin Panofsky (1892-1968). Élève d'Adolph Goldschmid, membre du cercle mythique d'Aby Warburg à Hambourg, au sein duquel il publie tôt des études marquantes – Dürers « Melencolia I », écrit avec Fritz Saxl (1923) ; Hercule à la croisée des chemins (1930) – le premier Panofsky fonda son programme sur une critique serrée des thèses de Wölfflin et de Riegl, tentant de dépasser la perspective formaliste grâce à une théorie des formes symboliques qui devait beaucoup aux travaux d'Ernst Cassirer. L'essai capital sur La Perspective comme forme symbolique (1927) est sans doute l'une des plus grandes réussites dans la recherche d'homologies entre des catégories de perception et de pensée, entre des formes artistiques – ici l'invention de la perspective à la Renaissance – et une philosophie plus globale de la relation entre le sujet et le monde.

<it>Polyptyque de l'Agneau mystique</it>, partie centrale, H. et J. van Eyck - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Polyptyque de l'Agneau mystique, partie centrale, H. et J. van Eyck

Avec la longue étude écrite avec Saxl sur la Mythologie classique dans l'art médiéval publiée en 1933 à New York, commence véritablement la période américaine de Panofsky. Révoqué de son poste à l'université par les nazis en 1934, il s'exile aux États-Unis, où il est accueilli par l'université de Princeton. Viendront une longue suite d'ouvrages ou d'études essentielles, comme La Vie et l'art d'Albrecht Dürer (1943) ; Les Primitifs flamands (1953) ; Saturne et la mélancolie, avec Raymond Klibansky et Fritz Saxl (1964). Son dernier grand travail est publié après sa mort : Le Titien. Problèmes d'iconologie (1969).

Décrire et interpréter

Publié en 1955, L'Œuvre d'art et ses significations est un livre qui forme une charnière entre les années allemandes de Panofsky et sa carrière américaine. Il consiste d'ailleurs moins en un ouvrage véritablement homogène qu'en un recueil d'études indépendantes. On y retrouve, considérablement remanié, un essai que Panofsky avait consacré en 1932 au Problème de la description des œuvres d'art. Ouvrant la version française des Essais d'iconologie, il ne figure pas dans l'édition française de L'Œuvre d'art et ses significations, mais dans l'Avant-Propos, Bernard Teyssèdre reproduit le passage consacré aux niveaux de signification. Panofsky en distingue trois qui impliquent trois opérations distinctes dans l'interprétation des œuvres d'art : la signification primaire ou naturelle ; la signification secondaire ou conventionnelle ; la signification intrinsèque, ou le contenu. Passer du premier niveau au deuxième implique de reconnaître des thèmes ou des concepts précis (par exemple la Cène) ; entrer dans le troisième suppose que l'on puisse rapporter ces mêmes thèmes et la manière dont ils sont représentés à des principes qui révèlent la mentalité d'une nation, d'une période, d'une classe, d'une conviction religieuse ou philosophique. En réalité, cette « méthode iconologique », telle que Panofsky la concevait à la suite de Warburg, avait pour objectif de déchiffrer les codages les plus complexes, là où trop souvent les iconographes se contentaient d'établir des codifications stables.

Dans les essais qui, dans l'édition américaine, suivent cet exposé méthodologique, Panofsky montre alors toutes les ressources propres à cette méthode de contrôle de l'interprétation, en se penchant sur des problèmes aussi divers que l'étude de la théorie des proportions humaines, la vision du style gothique par la Renaissance italienne, le rapport de Dürer à l'Antiquité, en se consacrant à une Allégorie de la Prudence chez Titien, ou encore en s'interrogeant sur la signification de la mystérieuse illustration du motif[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien pensionnaire à l'Institut national d'histoire de l'art, chargé de cours à l'École du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>Polyptyque de l'Agneau mystique</it>, partie centrale, H. et J. van Eyck - crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Polyptyque de l'Agneau mystique, partie centrale, H. et J. van Eyck

Voir aussi