e au XIXe siècle"/ >

KYŌTO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La modernisation de la ville sous Meiji

En 1869, l'empereur Meiji quitte Kyōto et transfère la capitale à Edo, que l'on rebaptise alors Tōkyō, la « capitale de l'Est ». Si, jusqu'à cette époque, on était « monté » à Kyōto en venant d'Edo, désormais on y « descend ». Depuis lors, Kyōto a définitivement perdu son rang de première ville de l'archipel.

En 1894, le mille centième anniversaire de la fondation de Heian-kyō est l'occasion pour les autorités locales de lancer un grand projet de modernisation de la ville. Des grandes avenues « à l'occidentale » sont percées, et l'éclairage est installé sur la voie publique. Le percement d'un canal résout les problèmes d'approvisionnement en eau des nouveaux quartiers, crée une liaison fluviale avec le lac Biwa et permet la construction d'une centrale hydroélectrique dont vont bénéficier la ville et ses industries. Les transports en commun sont inaugurés, en 1894, avec la mise en service de lignes de tramway. À la même époque, la Diète vote l'organisation à Kyōto de la quatrième exposition des industries nationales. À cette occasion, un parc d'expositions (l'actuel quartier des musées) et le sanctuaire de Heian (Heian-jingū) sont édifiés sur des terres vides au sud d'Okazaki. Conçu comme une reproduction à échelle réduite de l'antique palais de l'Ultime suprême (Daigoku-den), il va abriter les mânes de l'empereur Kammu, qui y sont rapatriés en grande pompe le 15 mars 1895. On ouvre de nombreuses écoles et des hôpitaux ; plusieurs établissements d'enseignement supérieur sont créés, dont la célèbre Université impériale de Kyōto (1887), l'actuelle université de Kyōto (Kyōto daigaku).


Médias de l’article

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Kyōto: le temple Jojakko

Kyōto: le temple Jojakko
Crédits : Y. Murota/ Sebun Photo/ Getty

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres en études de l'Extrême-Orient, architecte D.P.L.G., chargé de recherche au C.N.R.S.
  • : docteur agrégé de géographie, chercheur à l'université de Genève (Suisse)

Classification


Autres références

«  KYOTO  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le schisme dynastique du Nord et du Sud (1336-1392) »  : […] L'empereur Go-Daigo (règne 1318-1339) participa à un premier complot contre le pouvoir de Kamakura, en 1331. La conspiration fut découverte, l'empereur exilé. Mais les partisans de celui-ci ne capitulaient pas. Afin de les réduire, Kamakura dépêcha vers Kyōto l'un des magnats du Kantō, Ashikaga Takauji (1305-1358), qui, faisant volte-face, occupa la capitale et y rétablit l'empereur (1333). La mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24448

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les décorateurs de Kyōto »  : […] En dépit de l'établissement à Edo des shōgun Tokugawa (1603), Kyōto resta longtemps la capitale culturelle et artistique du Japon. Centre du tissage de la soie et de la création de la mode, la vieille cité impériale devint également célèbre pour ses potiers. Outre la lignée des Raku, on compte d'autres fours cités dans les textes des chajin de l'époque, ce qui semble indiquer que des potiers venus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_24448

JARDINS "SECS", Kyōto (Japon)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Courant religieux venu de Chine à partir du milieu du xiii e  siècle, le bouddhisme chan ( zen ) a inspiré le développement de plusieurs formes d'art au Japon, comme la cérémonie du thé ( chanoyu ), l'arrangement floral ( ikebana ) ou la peinture monochrome. Parmi elles, mais de création plus tardive, les jardins secs sont probablement la manifestation la plus authentiquement japonaise de ce cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-secs/#i_24448

KANSAI

  • Écrit par 
  • Raphaël LANGUILLON-AUSSEL
  •  • 1 021 mots
  •  • 1 média

Grande rivale culturelle du Kantō, le Kansai, aussi appelé parfois Kinki ou Kinai, est une région située au centre de l'île japonaise de Honshū . D'une superficie de 33 108 kilomètres carrés, elle est composée de sept départements (Kyōto, Osaka, Hyōgo, Nara, Shiga, Wakayama et Mie). Elle abritait en outre en 2015 plus de 22,7 millions d'habitants, essentiellement concentrés dans des plaines litto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kansai/#i_24448

KINKI

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 878 mots
  •  • 1 média

La région du Kinki s'étend dans le sud de la grande île nippone de Honshū et couvre 33 000 kilomètres carrés peuplés, en 2005, de 20 893 000 habitants (633 hab./km 2 ), répartis entre cinq ken (préfectures) : Mie, Shiga, Hyōgo, Nara, Wakayama, et deux fu (préfectures urbaines) : Kyōto et Ōsaka. Le Kinki est le foyer historique du Japon, comme en témoignent les anciennes et prestigieuses capitale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kinki/#i_24448

KŌETSU HON.AMI (1558-1637)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 229 mots

Dès 1530, enrichis par le commerce avec la Chine, les grands marchands de Kyōto, tout en assumant la direction administrative de leur ville, prirent part à la vie culturelle, s'adonnant à la cérémonie du thé, aux arrangements de fleurs, à la poésie, à la calligraphie. Ils avaient pour clientèle la cour et l'aristocratie et soutinrent financièrement les trois hommes qui, tour à tour, tentèrent d'u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koetsu/#i_24448

KŌRIN OGATA (1658-1716)

  • Écrit par 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 1 335 mots

À la fin du xvii e  siècle, en dépit du transfert du gouvernement shogunal à Edo (la future Tōkyō), Kyōto reste le centre intellectuel et artistique du Japon. L'aristocratie et les riches familles marchandes ont alors des intérêts communs : poésie, calligraphie, peinture, nō et chanoyu sont leurs passe-temps favoris. L'ère Genroku (1688-1704) vit tout à la fois l'apogée et le brusque déclin de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ogata-korin/#i_24448

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas FIÉVÉ, Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « KYŌTO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kyoto/