KOJIKI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification politique

Le but essentiel du Kojiki avait été l'affirmation de la légitimité de droit divin des dynastes du Yamato. Un second objectif, non moins important, était de définir les liens qui unissaient les clans à la dynastie : il fut atteint en intégrant leurs ancêtres mythiques ou historiques dans les généalogies, à titre de cadets ou de serviteurs de la lignée impériale.

Le Kojiki ne comporte aucune référence au bouddhisme, qui pourtant était devenu la religion de la cour, et les relations avec le continent sont à peine évoquées, mis à part l'expédition en Corée de l'impératrice Jingō, grossie du reste aux dimensions d'une épopée. Le bouddhisme, tout autant que certaines théories politiques chinoises, était en effet difficilement compatible avec l'idée d'une souveraineté de droit divin : il menaçait les dieux autochtones dans leur existence même. C'est ce que virent fort bien ceux qui, au xixe siècle, voulurent proscrire le bouddhisme au nom d'un shintō d'État dont le Kojiki serait la Bible.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  KOJIKI  » est également traité dans :

PRÉSENTATION DU KOJIKI À LA COUR

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 191 mots

Selon sa Préface, le Kojiki (Récit des temps anciens) fut offert en 712 à l'impératrice Gemmyō (661-721). Il rapporte les événements fondateurs du Japon et de sa dynastie depuis le temps des dieux dans un récit continu fortement marqué par la pensée mythique. Rédigé en parallèle avec le Nihon shoki (achevé en 720), il ne fera l'objet d'aucun commentaire ni c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presentation-du-kojiki/#i_6382

AMATERASU-Ō-MI-KAMI

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 863 mots

Épithète du Soleil dans la mythologie japonaise (R. Sieffert, Les Religions du Japon , Paris, 1968), Amaterasu ō-mi-kami est la « grande auguste divinité qui luit au ciel ». Les chroniques du viii e siècle, Kojiki et Nihon-shoki , en font une divinité féminine, souveraine de la Pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amaterasu-o-mi-kami/#i_6382

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le siècle de Nara (VIIIe s.) »  : […] Ainsi s'ouvrait une ère que vint consacrer l'aménagement d'une nouvelle capitale, Nara. Tant qu'avait duré l'époque dite du Yamato ( Yamato jidai ), le siège du gouvernement comme la résidence de l'empereur étaient demeurés mobiles. Chaque empereur, Ōjin ou Nintoku par exemple, avait une ou plusieurs capitales. On sait seulement de façon certaine qu'à partir de la réforme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_6382

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les compilations du VIIIe siècle »  : […] Des siècles durant, le chinois sera pour les Japonais la langue juridique et religieuse, la seule digne d'être écrite, du moins jusqu'au viii e  siècle. De cette première période, très peu de textes nous sont parvenus. Les plus importants sont les écrits du prince Shōtoku-taishi (572-621) qui, gouvernant au nom de sa tante l'impératrice Suiko, f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_6382

MOTOORI NORINAGA (1730-1801)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 685 mots

Philologue et écrivain japonais, né et mort à Matsuzaka dans la province d'Ise. D'une famille de gros marchands de cotonnades, il perd à onze ans son père, à vingt-deux ans son beau-frère, à qui il succède à la tête des affaires de sa maison, mais il ne s'y intéresse guère. Aussi sa mère l'envoie-t-elle étudier la médecine à Kyōto, en 1752. Il entreprend parallèlement l'étude des classiques confuc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motoori/#i_6382

NIHON SHOKI (720)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 512 mots

Rédigée en langue chinoise, la Chronique du Japon ( Nihon shoki , 720) comprend trente livres. Les deux premiers concernent les temps mythiques de la création du monde et des îles, ainsi que la naissance des dieux. Comme dans le Kojiki , il s'y mêle à la tradition de la maison impériale, dite du Yamato, des éléments d'une tradition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihon-shoki/#i_6382

SHINTŌ

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 6 597 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le shintō archaïque »  : […] Selon la Chronique du Japon ( Nihon shoki , 720), le bouddhisme serait parvenu au Japon, ou du moins à la cour, à une date relativement tardive, l'an 13 du règne de l'empereur Kimmei (552). Le prince régent Shōtoku-taishi (572-621) en fit, un demi-siècle plus tard, la religion de l'État. Ses raisons étaient politiques autant que r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinto/#i_6382

Pour citer l’article

René SIEFFERT, « KOJIKI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kojiki/