KINDĪ AL- (IXe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'inscription hellénique

Kindī se veut philosophe : faylasūf, c'est-à-dire qu'il s'inspire, consciemment et fermement, des penseurs grecs. Il se réclame particulièrement de Platon et d'Aristote, qui selon lui avaient au fond la même doctrine (on reconnaît là un élément de la pensée grecque tardive, volontiers syncrétiste). Mais l'examen de ses œuvres permet d'y déceler des problèmes et des concepts issus de divers courants du néo-platonisme : cette étude, encore loin d'être achevée, donne des renseignements précieux sur la nature et la mesure des connaissances de son milieu en matière de philosophie hellénique. Kindī travaillait en liaison avec plusieurs traducteurs. C'est ainsi qu'Ibn Nā‘ima traduisit pour lui la fameuse Théologie dite d'Aristote, que Kindī ne cite pas dans sa liste des ouvrages de ce philosophe, et qui est sans doute l'œuvre de Porphyre. Le Livre de la philosophie première, dédié au calife al-Mu‘taṣim, contient, au début, une sorte de manifeste où Kindī donne une théorie de la croissance historique de la philosophie, inspirée du livre α de la Métaphysique d'Aristote, et se défend vigoureusement contre ceux qui critiquent sa méthode au nom de la foi traditionnelle.

La pensée de Kindī tient aussi fondamentalement au kalām, qui est une branche de la réflexion religieuse, de nature dialectique, en quelque sorte une théologie. Plus précisément, ce faylasūf adopte certains points essentiels du mu‘tazilisme, école théologique en pleine vigueur à cette époque et qui contribua d'autre part, autant que la falsafa, à introduire des éléments grecs dans la substance de la pensée musulmane – encore que d'une façon particulière. Protégé par les califes favorables aux mu‘tazilites : al-Ma'mūn et al-Mu‘taṣim, Kindī tomba en disgrâce en 848, sous le calife al-Mutawakkil ; sa bibliothèque, confisquée, lui fut toutefois rendue quelque temps avant sa mort. L'adhésion de Kindī au mu‘tazilisme est attestée en o [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Autres références

«  KINDI AL- ( IX e s.)  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ses structures »  : […] L'alchimie occidentale peut être divisée en trois branches principales. La première, aristotélicienne, a développé les applications de la théorie antique des quatre éléments à la transmutation des métaux. Préchimique et relativement rationnelle, elle se rattache plutôt à la tendance expérimentale de Rhazès. La seconde, concevant le monde comme un vaste organisme animé, reprenant les théories des […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (commentaires et paraphras […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'optique »  : […] Très tôt, les savants arabes ont été en possession de la partie principale des travaux helléniques sur l'optique : optique, catoptrique, dioptrique, les trois branches de cette discipline, à l'époque alexandrine, ont rapidement attiré l'attention des traducteurs et des savants. Outre les textes des médecins sur l'anatomie de l'œil et sur les doctrines physiologiques de la vision, ceux des philoso […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « KINDĪ AL- (IXe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kindi-al/