CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la guerre

Penser la guerre

La théorie

Apparemment, toute guerre est chaos, désordre incompréhensible. Essentiellement, la guerre est ordre, calcul. La théorie de la guerre permet de retrouver, sous l'apparence du désordre, la vérité de l'ordre qui éclaire l'origine et le cours d'une guerre, ainsi que le désordre dans lequel elle se manifeste.

Chaque guerre est originale ; pour gagner une guerre, il faut la penser dans le cadre de ses caractères particuliers. Toutes les guerres ont des traits communs que la théorie interroge. Une guerre n'est pas un phénomène opaque, elle peut être éclairée sous trois angles : politique (pourquoi combat-on ?), stratégique (comment combat-on ?), social (qui combat ?). Dans toute guerre se retrouvent ces trois aspects. Clausewitz constate qu'ils varient ensemble : la révolution bourgeoise (sociale et politique) est accompagnée d'une révolution dans la stratégie militaire. La liaison de ces trois aspects se manifeste dans l'unité de l'acte de guerre.

Toute guerre a un commencement et une fin : victoire, défaite ou trêve (pouvant devenir paix dans un équilibre des forces supposées). L'importance d'une bataille ne dépend pas seulement de son ampleur, des gains et des pertes matériels, mais d'abord et essentiellement de sa place dans l'ensemble de la guerre (ou acte de guerre), de sa capacité d'entraîner la fin de la guerre (exemple : Valmy). Dans la guerre, l'importance des facteurs que Clausewitz nomme moraux (idéologiques, politiques, sociaux) est extrême, mais ce rôle, comme celui de la bataille, doit être compris dans l'acte de guerre considéré dans son ensemble ; les facteurs moraux jouent dans la mesure où ils avantagent un adversaire par rapport à l'autre : « La guerre est une lutte qui consiste à sonder les forces morales et physiques au moyen de ces dernières. »

Pour juger de l'importance des batailles et de la puissance des forces matérielles et morales, il faut considérer l'acte de guerre dans son entier. Cette vision globale s'intitule stratégie. La tactique est l'art d'organiser et de disposer ses forces pour gagner une bataille. La stratégie est l'art de mobiliser ses forces, d'organiser et de disposer ses batailles pour gagner la guerre.

Théorie et pratique stratégique

Un état-major exprime sa stratégie à travers son plan de guerre et sa conduite des opérations. La pratique stratégique doit établir un bon plan de guerre, elle suppose une « virtuosité naturelle ». La théorie peut éclairer mais non remplacer la pratique stratégique : « Ce que fait le génie, voilà la plus belle de toutes les règles, et ce que la théorie peut faire de mieux, c'est montrer pourquoi et comment il en est ainsi. »

Entre théorie et pratique, point d'infranchissable fossé : un chef militaire délibère (bien ou mal), calcule ses forces et celles de l'ennemi ; la théorie établit les catégories générales de ce calcul et de cette délibération. « Il n'y a pas d'activité de l'intelligence humaine sans une certaine quantité de notions, et ces notions pour la plupart ne sont pas innées mais acquises et constituent notre savoir. » Pratique et théorie parlent la même langue. Le stratège considère l'ensemble des batailles dans une guerre, le théoricien compare l'ensemble des guerres. Par là, ce dernier peut définir les caractères généraux et les traits distinctifs des différents types de guerre et de stratégie.

Le caractère distinctif des guerres, qui les sépare d'autres relations entre nations ou classes, c'est l'usage de la violence ; l'épreuve de force s'affirme principal moyen de trancher et d'emporter la décision : « En guerre, on ne dispose que d'un seul moyen, l'engagement. » Qu'il soit recherché immédiatement (stratégie offensive) ou qu'il soit volontairement différé (stratégie défensive), l'engagement est à l'horizon de tout calcul : « La destruction des forces ennemies est la pierre de touche de toute action de guerre, l'ultime support de toutes combinaisons qui reposent sur elle comme l'arche sur ses points d'appui. »

Fin politique et but militaire

Savoir rassembler ses forces, tout subordonner à la nécessité d'obtenir une victoire décisive, telle est la condition première de toute stratégie efficace et rationnelle. Chaque guerre est recherche de la décision, le moyen de cette décision est l'épreuve de force (réelle ou potentielle). « Cette unicité du moyen constitue un fil que nous suivons des yeux, qui parcourt toute la trame de l'activité militaire et qui de fait en assum [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLAUSEWITZ KARL VON (1780-1831)  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Politique, technique et forces morales »  : […] La période 1789-1815 est riche d'enseignements. Le souvenir des guerres révolutionnaires et impériales, la manœuvre napoléonienne ont hanté la pensée militaire pendant plus d'un siècle et l'ont hypothéquée gravement pour plusieurs raisons. Alors que Napoléon excellait à adapter ses conceptions aux circonstances, ses commentateurs comme A. Jomini et les théoriciens du xix e  siècle ont cherché à ti […] Lire la suite

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « L'homme et la stratégie : Marx ou Clausewitz »  : […] Il y a aussi une nécessité dans l'évolution d'une œuvre. En 1970, Raymond Aron prononce sa leçon inaugurale au Collège de France, De la condition historique du sociologue et c'est presque un adieu à la sociologie. En revanche, il va publier un ouvrage de pure histoire, République impériale, les États-Unis dans le monde, 1945-1972 (Paris, 1972), où il introduit dans la pensée française le concept […] Lire la suite

GUÉRILLA

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 8 192 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Clausewitz »  : […] La Révolution française change nombre de données. Fondée sur une idéologie radicale et bientôt conquérante, non seulement elle suscite des réactions vives – on pense encore à la Vendée –, mais elle transforme les règles du jeu guerrier. Les vieilles armées sont submergées par ces forces d'un genre nouveau qui manient à la fois masses et idées. La politique exacerbe « la guerre dont le terrible gla […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André GLUCKSMAN, « CLAUSEWITZ KARL VON - (1780-1831) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-von-clausewitz/