KRAUS KARL (1874-1936)

Poète et critique, Karl Kraus est né à Jicin (Bohême). Il surtout connu pour son style satirique étincelant. Sa langue fourmille en inventions remarquables où la culture et le sens du raccourci se conjuguent à l'envi. Son influence à Vienne — à travers ses articles, mais aussi ses lectures publiques — fut grande et, très vite, dépassa les frontières de l'Autriche. En 1899, il fonde le célèbre journal Die Fackel (La Torche). Il le rédigera entièrement seul à partir de 1911. Neuf cent vingt-deux numéros de ce journal paraîtront jusqu'en 1936. De ce journal, comme de tous ses écrits, Kraus a fait une arme. Il s'est attaqué à la dépravation de la langue comme au mensonge de la culture bourgeoise. Lutte de l'esprit contre l'anti-esprit. Lutte du poète solitaire contre un monde décadent et veule voué à une mort sans gloire. Aussi courageux que désespéré, Kraus livre ses idées essentielles dans un drame monumental intitulé Les Derniers Jours de l'humanité(1918-1919), où il dénonce vigoureusement la guerre capitaliste, les spéculateurs, généraux et journalistes véreux. Dans les années vingt, Kraus s'attaque à Werfel et à l'esprit « pseudo-révolutionnaire » d'un certain expressionnisme. Il voit davantage dans l'expressionnisme une attitude théâtrale qu'une révolte authentique. Pourtant, Karl Kraus ne sera jamais socialiste. Selon lui, le capitalisme ne constitue pas une étape historique, mais une pure et simple décadence. Kraus pense en artiste, non en historien ou en théoricien politique.

Dans Les Invincibles (Die Unüberwindlichen), Kraus décrit la lutte des ouvriers viennois et met à jour la corruption de la police et de la presse. Pour lui, la corruption de la langue correspond à celle de la société : Dits et Contredits (Sprüche und Widersprüche), 1914 ; De nuit (Nachts), 1918. La dégénérescence du langage hitlérien, il l'a stigmatisée dans les fragments qui constituent La Troisième Nuit de Walpurgis, 1933. Admirateur de Goethe et de Nestroy, traducteur d'Aristophane et de Shakespeare, Karl Kraus a été un défenseur du classicisme dans lequel il voyait un modèle de beauté et de vérité.

— Marie-Claude DESHAYES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LES DERNIERS JOURS DE L'HUMANITÉ, Karl Kraus - Fiche de lecture

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 1 311 mots

    L'écrivain et publiciste viennois Karl Kraus (1874-1936), directeur et auteur de la revue Die Fackel (La Torche) fut sans doute le plus virtuose des satiristes et polémistes de langue allemande. Pour lui, les faits de langue étaient le révélateur le plus sûr de la constitution éthique et esthétique...

  • TROISIÈME NUIT DE WALPURGIS (K. Kraus)

    • Écrit par Marc CERISUELO
    • 966 mots

    On comprit assez mal l'attitude de Karl Kraus (1874-1936) à l'égard du nazisme. De son vivant, on ne s'expliqua pas la gêne et le silence du grand satiriste autrichien, unique rédacteur d'un journal à couverture rouge, Die Fackel (La Torche), où pendant plus de trente ans les...

  • AUTRICHE

    • Écrit par Roger BAUER, Jean BÉRENGER, Annie DELOBEZ, Universalis, Christophe GAUCHON, Félix KREISSLER, Paul PASTEUR
    • 34 126 mots
    • 21 médias
    ...essentiel, que veulent retrouver, en remontant aux sources du langage et de la conscience et en stigmatisant tous les désordres et tous les mensonges, Karl Kraus (1874-1936) et Robert Musil (1880-1942). La satire d'une « Cacanie » mourante comporte, chez l'un et chez l'autre, une part de tendresse nostalgique....
  • CANETTI ELIAS (1905-1994)

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 2 424 mots
    • 1 média
    Le deuxième volume de l'autobiographie, Le Flambeau dans l'oreille, retrace la formation de l'écrivain.L'influence du charismatique Karl Kraus (1874-1936) fut à cet égard décisive. Le titre choisi pour ce volume évoque la revue qu'il dirigeait et bientôt rédigea intégralement, ...
  • LA SEPTIÈME CROIX (A. Seghers) - Fiche de lecture

    • Écrit par Pierre DESHUSSES
    • 1 028 mots
    ...Anna Seghers savait d’ailleurs ce qui se passait en Allemagne en 1936 grâce aux récits des exilés qu’elle rencontrait en France. Grâce à la presse aussi. Karl Kraus, l’écrivain autrichien qui a écrit l’essai le plus lucide sur la montée du nazisme, TroisièmeNuit de Walpurgis, livre rédigé quelques...
  • MITTELEUROPA

    • Écrit par Jacques LE RIDER
    • 8 392 mots
    • 2 médias
    ...logique et l'ordre linguistique. Dans la deuxième phase de sa pensée, il analysera les jeux de langage pour mieux dissoudre les faux problèmes métaphysiques. La critique du langage aura été le thème principal de Karl Kraus, l'auteur de La Torche, la revue écrite presque par lui seul. Ce virtuose de...

Voir aussi