KRAUS KARL (1874-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et critique, Karl Kraus est né à Jicin (Bohême). Il surtout connu pour son style satirique étincelant. Sa langue fourmille en inventions remarquables où la culture et le sens du raccourci se conjuguent à l'envi. Son influence à Vienne — à travers ses articles, mais aussi ses lectures publiques — fut grande et, très vite, dépassa les frontières de l'Autriche. En 1899, il fonde le célèbre journal Die Fackel (La Torche). Il le rédigera entièrement seul à partir de 1911. Neuf cent vingt-deux numéros de ce journal paraîtront jusqu'en 1936. De ce journal, comme de tous ses écrits, Kraus a fait une arme. Il s'est attaqué à la dépravation de la langue comme au mensonge de la culture bourgeoise. Lutte de l'esprit contre l'anti-esprit. Lutte du poète solitaire contre un monde décadent et veule voué à une mort sans gloire. Aussi courageux que désespéré, Kraus livre ses idées essentielles dans un drame monumental intitulé Les Derniers Jours de l'humanité (1918-1919), où il dénonce vigoureusement la guerre capitaliste, les spéculateurs, généraux et journalistes véreux. Dans les années vingt, Kraus s'attaque à Werfel et à l'esprit « pseudo-révolutionnaire » d'un certain expressionnisme. Il voit davantage dans l'expressionnisme une attitude théâtrale qu'une révolte authentique. Pourtant, Karl Kraus ne sera jamais socialiste. Selon lui, le capitalisme ne constitue pas une étape historique, mais une pure et simple décadence. Kraus pense en artiste, non en historien ou en théoricien politique.

Dans Les Invincibles (Die Unüberwindlichen), Kraus décrit la lutte des ouvriers viennois et met à jour la corruption de la police et de la presse. Pour lui, la corruption de la langue correspond à celle de la société : Dits et Contredits (Sprüche und Widersprüche), 1914 ; De nuit (Nachts), 1918. La dégénérescence du langage hitlérien, il l'a stigmatisée dans les fragments qui constituent La Troisième Nuit de Walpurgis, 1933. Admirateur de Goethe et de Nestroy, traducteur d'Aristophane et de Shakespeare, Karl Kraus a été un défenseur du classicisme dans lequel il voyait un modèle de beauté et de vérité.

—  Marie-Claude DESHAYES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRAUS KARL (1874-1936)  » est également traité dans :

LES DERNIERS JOURS DE L'HUMANITÉ, Karl Kraus - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 309 mots

L'écrivain et publiciste viennois Karl Kraus (1874-1936), directeur et auteur de la revue Die Fackel (La Torche) fut sans doute le plus virtuose des satiristes et polémistes de langue allemande. Pour lui, les faits de langue étaient le révélateur le plus sûr de la constitution éthi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-derniers-jours-de-l-humanite/#i_6549

TROISIÈME NUIT DE WALPURGIS (K. Kraus)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 966 mots

On comprit assez mal l'attitude de Karl Kraus (1874-1936) à l'égard du nazisme. De son vivant, on ne s'expliqua pas la gêne et le silence du grand satiriste autrichien, unique rédacteur d'un journal à couverture rouge, Die Fackel (La Torche), où pendant plus de trente ans les ridicules et les tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-nuit-de-walpurgis/#i_6549

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_6549

CANETTI ELIAS (1905-1994)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 427 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sauver sa langue »  : […] La trilogie autobiographique est sans doute l'œuvre la plus accessible d'Elias Canetti. Un sommet du genre, qui force le respect par sa sagesse humaniste et le raffinement de sa composition, véritable lieu de mémoire de la culture européenne du xx e  siècle où l'on rencontre Karl Kraus et George Grosz, Hermann Broch, Robert Musil, Alma Mahler et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-canetti/#i_6549

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 386 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La modernité, une pensée du chaos ? »  : […] La modernité, dans l'ordre esthétique et théorique, peut être interprétée comme la représentation et l'interprétation de la crise culturelle provoquée par la modernisation. Si la modernité viennoise et la modernité des métropoles centre-européennes restent une de nos références intellectuelles les plus importantes, c'est parce qu'elles ont pensé la modernité sur fond de prémonition de la fin d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_6549

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « KRAUS KARL - (1874-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-kraus/