JASPERS KARL (1883-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les étapes de l'œuvre

Le premier grand ouvrage de Jaspers est un Manuel de psychopathologie générale (Allgemeine Psychopathologie) publié en 1913 et constamment réédité depuis. La Psychologie des conceptions du monde (Psychologie der Weltanschauungen, 1919) marque la transition entre la phase psychologique de l'auteur et la création de sa philosophie propre. En 1931, un tout petit livre, La Situation spirituelle de notre temps (Die geistige Situation der Zeit) lançait le cri d'alarme du philosophe, à la veille de l'ère nazie, au spectacle d'un monde qu'aucune substance spirituelle ne défendait plus contre le pire.

En 1932, l'ouvrage monumental qui est au cœur de toute l'œuvre paraît, simplement intitulé Philosophie, et composé de trois volumes : L'Orientation philosophique dans le monde conduit aux limites de la connaissance objective et se sert de ces limites mêmes pour susciter l'acte qui la transcende ; L'Éclairement de l'existence décrit les voies permettant au sujet d'actualiser sa liberté par les actes qui le rendent présent au monde, par sa communication authentique avec autrui, par son rapport à la transcendance ; la Métaphysique montre comment l'existence en quête de l'être s'achemine vers la transcendance dont elle apprend à lire « l'écriture chiffrée ».

Le premier cours donné par Jaspers en 1945, au milieu des ruines du régime et de la guerre, traita du Problème de la culpabilité (Die Schuldfrage). Publié en 1946, il offre un modèle d'examen de conscience collectif étroitement lié à l'événement, mais d'une validité permanente.

Karl Jaspers

Photographie : Karl Jaspers

À la dialectique du maître et de l'esclave, Karl Jaspers oppose la «lutte aimante», condition d'une communication véridique. 

Crédits : Karoly Forgacs/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Pendant les sombres années de sa retraite, Jaspers avait préparé un second ouvrage monumental intitulé De la vérité (Von der Wahrheit) et sous-titré Logique philosophique (1947). Il y approfondit le problème des « méthodes » de pensée en général, s'efforçant d'élucider la rationalité scientifique et de saisir le paradoxe propre à la pensée philosophique : la quête de ce qui n'est pas objet ne peut se faire qu'à travers des termes objectifs. Mais si la rationalité philosophique cherche à se définir par rapport à la rationalité scientifique, la foi propre à la philosophie ne cesse d'être confrontée avec la foi religieuse en une Révélation. En 1948 paraît un petit livre intitulé La Foi philosophique (Der philosophische Glaube) et, en 1962, un gros volume sous le titre La Foi philosophique face à la Révélation (Der philosophische Glaube angesichts der Offenbarung).

La conception que Jaspers s'est faite de l'histoire, et selon laquelle celle-ci se développe à partir d'une « période axiale », commune à toute l'humanité, est exposée dans un ouvrage paru en 1949, Origine et sens de l'histoire (Vom Ursprung und Ziel der Geschichte).

Enfin, dans Les Grands Philosophes (Die grossen Philosophen), paru en 1957, comme aussi dans des ouvrages publiés séparément, Jaspers poursuit, avec les « Grands » du passé, un dialogue philosophique conduisant, à travers les divergences, jusqu'au seuil de la vérité qui les transcende. Mentionnons encore deux petits ouvrages faciles pouvant servir d'initiation : l'Introduction à la philosophie (Einführung in die Philosophie, 1950) et la Petite École de la pensée philosophique (Kleine Schule des philosophischen Denkens, 1965).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Genève

Classification

Autres références

«  JASPERS KARL (1883-1969)  » est également traité dans :

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

Esprit extrêmement précoce, Abbagnano débute sur la scène intellectuelle dans les années 1920 – un début caractérisé par une vive, surprenante originalité. Dans Le Sorgenti irrazionali del pensiero (1923) et dans Il Problema dell'arte (1925), il repousse nettement le néo-idéalisme de Croce et de Gentile, dont l'hégémonie spéculative dans la pensée italienne de l'entre-deux-guerres est bien connu […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le monde, en appelant à penser la vita activa sous l'a […] Lire la suite

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jaspers et l'écrivain Mary McCarthy – témoignait de cet intérêt croissant. Mais il faut a […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « La transcendance »  : […] Voir Dieu dans la nature, il n'y a là « rien qui crève les yeux » : Kierkegaard ( Miettes philosophiques , « Le Paradoxe absolu ») rejoint Pascal sur ce point. Dans la tradition ouverte par Descartes, ce n'est plus à partir du monde que l'on remonte vers Dieu, mais à partir du moi pensant. D'où le souci primordial, dans la philosophie anti-idéaliste, de l'existant, de l'être-là. Du sens kierkegaar […] Lire la suite

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 149 mots

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles »  : […] Avec Schopenhauer, l'esprit conduirait à l'« objectivation de la volonté » (l'esprit correspond au devoir). Auguste Comte préfère le cerveau. Pour Scheler, la pleine valeur de l'esprit n'est et ne progresse qu'avec l'expérience (avec réciprocité). Cosanquet et Cattaneo envisagent la réalité efficace des « esprits associés ». Bertrand Russell a écrit The Analysis of the Mind . Karl Jaspers présent […] Lire la suite

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamment avec Gabriel Marcel. La branche a-religieuse, […] Lire la suite

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Existence et finitude »  : […] C'est d'abord dans sa Psychologie des conceptions du monde ( Psychologie der Weltanschauungen , 1919) que Karl Jaspers a exposé sa doctrine des situations limites ; il l'a plus tard développée, en lui donnant une signification fondamentale, dans son ouvrage Philosophie . Mais, plus radicalement que lui, Heidegger a élevé la question du caractère limite de la situation, ainsi que de la finitude et […] Lire la suite

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Quelques textes »  : […] « L'idéologie est un processus que le soi-disant penseur accomplit sans doute consciemment, mais avec une conscience fausse . Les forces motrices véritables qui le mettent en mouvement lui restent inconnues, sinon ce ne serait point un processus idéologique. Aussi s'imagine-t-il des forces motrices fausses ou apparentes. Du fait que c'est un processus intellectuel, il en déduit et le contenu et la […] Lire la suite

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance intériorisée »  : […] Le mouvement des idées et des sociétés n'a pourtant pas permis à cette haute conscience de se maintenir. La transcendance, comme un refoulé, a tenté d'opérer un retour et de se frayer à nouveau un chemin à travers les conceptions les plus neuves et les plus existentielles de l'immanence. L'exemple de Schopenhauer est à cet égard fort instructif puisque, soucieux de construire une vision du monde […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jeanne HERSCH, « JASPERS KARL - (1883-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-jaspers/