JASPERS KARL (1883-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Interventions politiques

Chaque fois que Jaspers a élevé la voix dans l'actualité politique, ce fut par souci de la liberté et de ses conditions essentielles. On a déjà mentionné ci-dessus l'avertissement qu'il lança avant la prise du pouvoir par le nazisme, et l'examen de conscience auquel il procéda immédiatement après sa chute. C'est encore par souci pour la liberté qu'il écrivit La Bombe atomique et l'avenir de l'homme (Die Atombombe und die Zukunft des Menschen, 1958), montrant la nécessité d'une véritable conversion face à l'alternative désormais radicale d'un règne international du droit ou de la destruction totale. C'est encore par souci de la liberté qu'il publia en 1960 Liberté et Réunification (Freiheit und Wiedervereinigung), réexaminant la situation de l'Allemagne divisée entre l'Est et l'Ouest, et les devoirs politiques qui en découlent, rappelant la vraie hiérarchie des valeurs, et donc des problèmes : ce qui compte en dernier ressort, ce n'est pas l'unité de l'État national comme tel, mais les chances de liberté sauvegardées pour les êtres humains qui y vivent. Les chances de la liberté ayant une valeur absolument prépondérante, la réunification se trouve subordonnée à la libération.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Genève

Classification


Autres références

«  JASPERS KARL (1883-1969)  » est également traité dans :

ABBAGNANO NICOLA (1901-1990)

  • Écrit par 
  • Sergio MORAVIA
  •  • 873 mots

Esprit extrêmement précoce, Abbagnano débute sur la scène intellectuelle dans les années 1920 – un début caractérisé par une vive, surprenante originalité. Dans Le Sorgenti irrazionali del pensiero (1923) et dans Il Problema dell'arte (1925), il repousse nettement le néo-idéalisme de Croce et de Gentile, dont l'hégémonie spéculative dans la pensée ital […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicola-abbagnano/#i_4077

ANGOISSE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 547 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/angoisse/#i_4077

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Penser ce que nous faisons » »  : […] Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le monde, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/#i_4077

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jaspers et l'écrivain Mary McCarthy – témoignait de cet intérêt croissant. Mais il faut a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/correspondance-de-hannah-arendt/#i_4077

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « La transcendance »  : […] Voir Dieu dans la nature, il n'y a là « rien qui crève les yeux » : Kierkegaard ( Miettes philosophiques , « Le Paradoxe absolu ») rejoint Pascal sur ce point. Dans la tradition ouverte par Descartes, ce n'est plus à partir du monde que l'on remonte vers Dieu, mais à partir du moi pensant. D'où le souci primordial, dans la philosophie anti-idéaliste, de l'existant, de l'être- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dieu-problematique-philosophique/#i_4077

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 149 mots

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles »  : […] Avec Schopenhauer, l'esprit conduirait à l'« objectivation de la volonté » (l'esprit correspond au devoir). Auguste Comte préfère le cerveau. Pour Scheler, la pleine valeur de l'esprit n'est et ne progresse qu'avec l'expérience (avec réciprocité). Cosanquet et Cattaneo envisagent la réalité efficace des « esprits associés ». Bertrand Russell a écrit The Analysis of the Mind . […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esprit-philosophie/#i_4077

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le « Dieu perdu » »  : […] Comment se fait-il qu'une pensée originairement religieuse, celle de Kierkegaard, se soit transformée en une philosophie non religieuse et même antireligieuse ? À cette observation, on peut répondre que, s'il y a une branche non religieuse et une branche a-religieuse de la philosophie de l'existence, la tendance religieuse persiste toujours, notamment avec Gabriel Marcel. La branche a-religieuse, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-l-existence/#i_4077

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Existence et finitude »  : […] C'est d'abord dans sa Psychologie des conceptions du monde ( Psychologie der Weltanschauungen , 1919) que Karl Jaspers a exposé sa doctrine des situations limites ; il l'a plus tard développée, en lui donnant une signification fondamentale, dans son ouvrage Philosophie . Mais, plus radicalement que lui, Heidegger a élevé la questio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_4077

IDÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph GABEL
  •  • 6 770 mots

Dans le chapitre « Quelques textes »  : […] « L'idéologie est un processus que le soi-disant penseur accomplit sans doute consciemment, mais avec une conscience fausse . Les forces motrices véritables qui le mettent en mouvement lui restent inconnues, sinon ce ne serait point un processus idéologique. Aussi s'imagine-t-il des forces motrices fausses ou apparentes. Du fait que c'est un processus intellectuel, il en dédu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie/#i_4077

IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La transcendance intériorisée »  : […] Le mouvement des idées et des sociétés n'a pourtant pas permis à cette haute conscience de se maintenir. La transcendance, comme un refoulé, a tenté d'opérer un retour et de se frayer à nouveau un chemin à travers les conceptions les plus neuves et les plus existentielles de l'immanence. L'exemple de Schopenhauer est à cet égard fort instructif puisque, soucieux de construire une vision du monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immanence-et-transcendance/#i_4077

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « La mort en contestation »  : […] Les philosophies ouvertes sur un au-delà de la mort ne prétendent pas expérimenter le non-être, mais, comme le souhaitait Spinoza, entreprendre une méditation sur la vie. C'est en approfondissant la vie elle-même qu'elles débouchent sur un « chiffre silencieux » avec Jaspers ou sur une espérance avec Marcel. Passant de l'existence à l'être, par un dessaisissement du temps, elles se recueillent en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mort-les-interrogations-philosophiques/#i_4077

PSYCHOSE

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA, 
  • Pierre JUILLET, 
  • Hélène STORK
  •  • 10 030 mots

Dans le chapitre « Les courants phénoménologiques »  : […] Au-delà de leurs divergences, ces approches inaugurées par Karl Jaspers s'attachent à comprendre sur un mode naturel et « naïf » les relations conscientes du Moi pathologique au monde, le vécu authentique, l'« éprouvé » de chaque sujet, davantage qu'à rechercher des explications. Elles ne visent pas, non plus, à établir des lois générales. Dans la mesure où la conscience est considérée comme une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychose/#i_4077

SITUATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 204 mots

La situation, ou situs , était une des dix catégories (concepts fondamentaux) d'Aristote : par exemple, être couché, être assis. Mais ce sont les philosophes contemporains (également les sociologues) qui ont élargi cette notion et imposé son crédit. Au sens le plus large, la situation est un état complexe résultant de l'interaction, à un moment déterminé, d'un vivant ou d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/situation-philosophie/#i_4077

Voir aussi

Pour citer l’article

Jeanne HERSCH, « JASPERS KARL - (1883-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-jaspers/