KANGXI [K'ANG-HI] (1654-1722) empereur de Chine (1661-1722)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Second empereur de la dynastie mandchoue des Qing à régner en Chine, Kangxi (nom personnel Xuanye, appellation posthume Shengzu) monte sur le trône à l'âge de six ans après la disparition prématurée de son père Shunzhi (qui régna de 1644 à 1661), mort de la petite vérole. Jusqu'en 1669, le pouvoir est confié à quatre régents ; soigneusement préparée par le jeune homme, l'arrestation du plus puissant des quatre, Oboi, lui donne le pouvoir effectif alors qu'il a à peine quinze ans. Il montre la même détermination et la même clairvoyance en acculant à la rébellion les « trois feudataires », satrapes chinois au service des Mandchous qui contrôlent en fait la majeure partie du sud de l'empire. Huit années de guerre (1673-1681) se concluent par l'écrasement de la « dynastie » instaurée dans le Sud-Ouest par le principal feudataire, Wu Sangui. Ces succès sont complétés par la conquête de Taiwan (1683), reprise à la famille du loyaliste pro-Ming Zheng Chenggong (appelé Koxinga par les Hollandais qu'il a expulsés de l'île). Dans les décennies qui suivent, Kangxi consolide et élargit les marches de l'empire : le traité de Nertchinsk (1689) écarte les Russes du bassin de l'Amour et fixe les termes des relations diplomatiques et commerciales entre les deux empires ; le protectorat sur les Mongols Khalka (actuelle République mongole) est établi en 1690-1691 ; plusieurs expéditions contre les Mongols occidentaux (1696, 1697, 1715-1720) jettent les bases de la domination mandchoue en Asie centrale, achevée en 1750 ; enfin, une expédition chasse les Mongols occidentaux du Tibet et y instaure la suzeraineté des Qing (1720).

Sur le plan intérieur, Kangxi rompt avec la politique de discrimination ethnique réinstaurée par Oboi et cherche à gagner les élites chinoises au nouveau régime : il sinise notablement le gouvernement, organise un examen spécial (1679) pour les lettrés les plus prestigieux, chez qui les sentiments pro-Ming sont encore vivaces, les associe à divers grands projets historiographiques, l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  KANGXI [ K'ANG-HI ] (1654-1722) empereur de Chine (1661-1722)  » est également traité dans :

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Établissement de la domination mandchoue »  : […] Les circonstances de la conquête de la Chine par les Mandchous sont bien connues et révèlent que cette conquête est venue mettre un terme à une crise sociale et économique si profonde qu'elle devait, dans tous les cas, amener la chute de la dynastie des Ming . Les zones de rébellion, nées des difficultés de la paysannerie et du mauvais approvisionnement des troupes, s'étendent en Chine du Nord à p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_21796

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

Dans le chapitre « L'État bureaucratique à l'apogée de la dynastie mandchoue »  : […] On s'arrêtera à la dynastie des Qing avant les crises du xix e  siècle, à l'« ouverture » à l'Occident et la disparition du système impérial. La dialectique suggérée plus haut y est clairement en évidence. Si le système est loin d'être à bout de souffle et si l'on constate au contraire de remarquables efforts de création institutionnelle et d'adap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-bureaucratie-gouvernement-economie/#i_21796

DYNASTIE QING - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 313 mots

1644 Conquête de Pékin par les troupes mandchoues d'Abahai. Fin de la dynastie chinoise des Ming. 1652 Le dalaï-lama est invité à Pékin où il est reçu avec faste. 1689 Sous le règne de Kangxi, le premier traité de paix entre la Russie et l'Empire chinois est signé à Nertchinsk. 1732 L'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-qing-reperes-chronologiques/#i_21796

OÏRAT

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'écrasement »  : […] La bataille décisive se livra en 1696 au sud de l'actuelle Ulan-Bator à Züün-Mod, dans la vallée de la Tula (ou Tūl'), sous le commandement personnel de Kangxi, empereur Qing. Pour la première fois, une artillerie de type moderne (construite par les jésuites de Pékin) défait une armée nomade. Victoire symbolique de l'avènement d'un âge nouveau dans l'histoire des steppes : les nomades, pressés au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oirat/#i_21796

QIANLONG [K'IEN-LONG] (1711-1799) empereur de Chine (1736-1795)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 036 mots

Qianlong est le quatrième empereur de la dynastie mandchoue des Qing à régner sur la Chine. Son long règne (écourté un peu plus de trois ans avant sa mort pour ne pas dépasser le « record » de son grand-père Kangxi) coïncide avec l'apogée de la dynastie : rarement en fait, dans toute son histoire, la Chine a été aussi prospère et aussi puissante. Monté sur le trône à vingt-cinq ans après avoir été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qianlong-k-ien-long-empereur-de-chine/#i_21796

QING [TS'ING] LES, dynastie mandchoue (1644-1911)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 321 mots
  •  • 5 médias

Dernière maison impériale ayant régné sur la Chine, les Qing sont issus d'un groupe de tribus Tungus vivant dans les forêts de l'est de la Mandchourie, considérées comme vassales par les Ming, et fédérées à la fin du xvi e siècle par Nurhaci (1559-1626), tenu pour le fondateur de la dynastie . La construction d'un État mandchou (le mot apparaît e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qing-ts-ing-les-dynastie-mandchoue/#i_21796

WANG LES QUATRE (XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Françoise DENÈS
  •  • 4 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le peintre favori de Kangxi »  : […] Après 1680, Wang Hui reprend ses thèmes anciens dans un schéma plus stable, mêlant le plus souvent la luxuriance de Wang Meng et les couleurs de Zhao Mengfu. Cette synthèse finale apparaît dans le rouleau vertical représentant un Bosquet de bambous et des montagnes lointaines (1694, musée de Cleveland). Le mouvement de balancement des bambous, la disposition savante des roche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-les-quatre/#i_21796

Pour citer l’article

Pierre-Étienne WILL, « KANGXI [K'ANG-HI] (1654-1722) - empereur de Chine (1661-1722) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kangxi-k-ang-hi-empereur-de-chine/