KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Śakuntalā

Le sujet de Śakuntalā est tiré du Mahābhārata. On comprend tout le prix de l'art de Kālidāsa quand on voit avec quel bonheur il a transformé la légende pour la rendre plus propre à la scène et plus émouvante. Le roi Duṣyanta est entraîné, au cours d'une chasse, auprès de l'ermitage forestier de Kaṇva. Il aperçoit la fille adoptive de ce dernier, Śakuntalā. L'amour les unit. Mais le roi doit bientôt retourner dans sa capitale. Il lui laisse un anneau et la promesse de la faire chercher le plus tôt possible. Śakuntalā, plongée dans sa rêverie amoureuse, néglige de rendre les devoirs de l'hospitalité au sage Durvāsas qui, toujours irascible, la frappe d'une malédiction : son amant l'oubliera jusqu'à ce que la vue d'un anneau lui redonne la mémoire. Le roi oublie, en effet. Kaṇva envoie Śakuntalā à la cour : comme elle a égaré la bague, Duṣyanta ne la reconnaît pas et la repousse. Śakuntalā, qui était fille de la nymphe Menakā et du sage Viśvāmitra, est emmenée par sa mère au ciel où elle donne naissance à un fils, Bharata. Or, un jour un pêcheur apporte au palais l'anneau qu'il a trouvé dans le ventre d'un poisson. Le roi se souvient et longtemps il recherche son amour perdu. Le hasard lui fera rencontrer d'abord son fils, puis Śakuntalā.

Pièce d'une extrême élégance dans l'expression, d'une grande finesse psychologique, d'un métier très raffiné, parfait, Śakuntalā est le chef-d'œuvre du théâtre indien, par un équilibre qu'il réalise entre cet art pur et une certaine spontanéité. Plus que dans ses autres créations, Kālidāsa a su dans cette pièce mettre de la vie et de la fraîcheur naturelle. Et c'est peut-être ce qui a fait la célébrité de Śakuntalā, son attrait irrésistible sur des esprits aussi divers que les lettrés indiens de toutes les époques et de toutes les confessions ainsi que les romantiques d'Occident.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  KALIDASA ( IV e -V e s. env.)  » est également traité dans :

RĀMĀYAṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 446 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cycle du « Rāmāyaṇa » »  : […] Pour établir le texte de la récente édition critique du Rāmāyaṇa (édition de Baroda), environ deux mille manuscrits de l'épopée ont été réunis. Après des éliminations successives, il s'en est trouvé près de quarante qui représentent les « meilleurs spécimens des divers états du texte », et confirment l'existence de deux recensions, l'une du Nord, se subdivisant en trois versions qui offrent entre […] Lire la suite

ŚAKUNTALĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 636 mots

Le théâtre indien de langue sanskrite connut son âge d'or au temps des souverains gupta, qui régnaient sur l'Inde du Nord-Ouest entre 300 et 550. C'est justement au iv e  siècle que se manifeste, selon la plus sûre probabilité, le génie de Kālidāsa, dont les poèmes et les drames sont les meilleurs exemples. Śakuntalā (Shakuntalâ, nom de l'héroïne) est l'exemple achevé de ce que doit être une pièc […] Lire la suite

SKANDA, divinité hindoue

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots

Dieu hindou de la guerre, Skanda est le premier fils de Śiva. Il existe de nombreuses légendes, souvent divergentes, qui relatent les circonstances de sa naissance. Il faut y ajouter le récit qu'en fait le poète Kālidāsa ( iv e ou v e  siècle) dans son épopée Kumārasambhava ( La Naissance de Kumara ). Dans l'ensemble, les différentes versions s'accordent sur le fait que les dieux appellent de le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Sylvain FILLIOZAT, « KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kalidasa/