KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre riche et variée

Une autre incertitude plane sur le nombre de ses œuvres. On s'accorde aujourd'hui à lui attribuer deux longs poèmes de caractère épique, les kāvya Raghuvaṃśa et Kumārasambhava, trois pièces de théâtre, Śakuntalā, Mālavikāgnimitra, Vikramorvaśī, une élégie, le Meghadūta. Si on admet avec assez d'assurance qu'il a composé une description des saisons, Ṛtusaṃhara, il y a plus de doute à l'égard d'autres courts poèmes, Śṛṅgāratilaka, Ghaṭakarpara, etc.

Le Meghadūta, « Nuage messager », constitue un court poème d'une centaine de stances ; il repose sur une fiction qui donnera naissance à un genre. Un yakṣa, être semi-divin serviteur de Kubera, dieu des richesses, a été exilé pour quelque faute. Seul, nostalgique, il demande à un nuage d'aller porter ses nouvelles et un message de courage et d'espoir à son épouse. Il lui évoque les contrées, les villes, les fleuves, les montagnes qu'il doit survoler, lui explique où se trouve sa demeure et lui peint combien sa femme doit être triste, inquiète à l'attendre.

Le Kumārasaṃbhava, ou « Naissance de Kumāra », est une épopée en huit chants (neuf autres chants sont d'authenticité contestée) d'inspiration religieuse, qui raconte le mariage du dieu Śiva avec Pārvatī, fille de l'Himālaya, prélude à la naissance merveilleuse de leur enfant, le « jeune » dieu Kumāra. Mais, comme le veut le genre du kāvya, la description et l'épanchement lyrique prennent le pas sur la narration, jusqu'à l'étouffer. L'œuvre abonde en tableaux grandioses de l'Himālaya, du dieu ascète Śiva, de l'attaque dirigée par le dieu Amour. Elle reste cependant très humaine, sensible : la beauté de la déesse, l'ascèse qu'elle mène pour gagner la grâce du dieu, etc.

Le Raghuvaṃśa, ou « Lignée de Raghu », est aussi un kāvya qui réunit des légendes attachées à des rois de la dynastie mythique issue du Soleil. Le récit est toujours esquissé. L'important est l'amplification poétique d'une beauté de la nature, d'un acte noble, d'une qualité morale, d'un sentiment de bonheur ou pathétique. Dilīpa, sur les conseil [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  KALIDASA ( IV e -V e s. env.)  » est également traité dans :

RĀMĀYAṆA

  • Écrit par 
  • Marie-Simone RENOU
  •  • 2 446 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cycle du « Rāmāyaṇa » »  : […] Pour établir le texte de la récente édition critique du Rāmāyaṇa (édition de Baroda), environ deux mille manuscrits de l'épopée ont été réunis. Après des éliminations successives, il s'en est trouvé près de quarante qui représentent les « meilleurs spécimens des divers états du texte », et confirment l'existence de deux recensions, l'une du Nord, se subdivisant en trois versions qui offrent entre […] Lire la suite

ŚAKUNTALĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 636 mots

Le théâtre indien de langue sanskrite connut son âge d'or au temps des souverains gupta, qui régnaient sur l'Inde du Nord-Ouest entre 300 et 550. C'est justement au iv e  siècle que se manifeste, selon la plus sûre probabilité, le génie de Kālidāsa, dont les poèmes et les drames sont les meilleurs exemples. Śakuntalā (Shakuntalâ, nom de l'héroïne) est l'exemple achevé de ce que doit être une pièc […] Lire la suite

SKANDA, divinité hindoue

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots

Dieu hindou de la guerre, Skanda est le premier fils de Śiva. Il existe de nombreuses légendes, souvent divergentes, qui relatent les circonstances de sa naissance. Il faut y ajouter le récit qu'en fait le poète Kālidāsa ( iv e ou v e  siècle) dans son épopée Kumārasambhava ( La Naissance de Kumara ). Dans l'ensemble, les différentes versions s'accordent sur le fait que les dieux appellent de le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Sylvain FILLIOZAT, « KĀLIDĀSA (IVe-Ve s. env.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalidasa/