Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RĀMĀYAṆA

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

C'est après les temps védiques, aux alentours de l'ère chrétienne, mais à une date qu'il est impossible de préciser, qu'apparut le Rāmāyaṇa, la « Geste de Rāma », ou la « Marche de Rāma », la seconde des deux grandes Épopées indiennes. Évoluant vers la poésie courtoise et réalisant une certaine unicité, le Rāmāyaṇa n'offre pas un récit parallèle à celui du Mahābhārata, œuvre collective, anonyme, beaucoup plus étendue, écrite dans une langue encore très archaïque et qui, tout en constituant la « Geste de Krishna », insère dans le corps de sa très longue histoire principale de bien plus nombreuses digressions. Attribué par la tradition à un seul auteur, Vālmīki, qui pour le composer a puisé dans le folklore tout en s'appuyant sur un léger fonds historique, le Rāmāyaṇa reprend plusieurs thèmes du Mahābhārata tels la descente du Gange sur la Terre et le symbole de l'arc prodigieux qu'aucun des prétendants ne pouvait même soulever et que brisa Rāma, conquérant ainsi Sītā, alors qu'Arjuna, l'un des Cinq Pāndava, s'était en manifestant son adresse vu choisir par la belle princesse Draupadī. Plus qu'aucune autre œuvre indienne, le Rāmāyaṇa a connu dans l'Inde même et dans les pays qu'elle influença une immense diffusion. Traduit, commenté, adapté, découpé, c'est à lui que revient l'extension du culte ramaïte.

Vālmiki et le « Rāmāyaṇa »

La légende décrit Vālmīki comme un homme de naissance modeste, mais génial, qui aurait vécu à la cour d'Ayodhyā, au nord du Gange, dans le pays même où il situera le roi Dacharata, le père de Rāma.

En un texte sanskrit destiné à être tour à tour chanté et parlé et comprenant sept kānda ou « livres », que divisent 645 sarga ou « chants », il célébra en 24 000 śloka, « distiques », les exploits de Rāma. L'invention du śloka, vers caractéristique de l'épopée, lui est aussi attribuée. Son œuvre achevée, il se retira dans la forêt pour y mener l'existence d'un ascète ; il y atteignit, dit encore la légende, une si admirable immobilité contemplative qu'une fourmilière (valmikā) vint le recouvrir, ce qui lui valut son nom de Vālmīki, « Fils de la fourmilière ».

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde - crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay,  Bridgeman Images

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde

Le livre I du Rāmāyaṇa, appelé Bālakānda, « Section de l'enfance », ou encore Ādikānda, « Commencement », chante la naissance divine, l'enfance et le mariage de Rāma. À Ayodhyā (moderne Oudd), capitale du pays de Kosala, le roi Daśaratha, sans descendance, célèbre le sacrifice du cheval, pour se concilier la bienveillance des dieux. De ses trois épouses, il aura quatre fils. L'aîné, Rāma, est en réalité l'avatāra de Vishnu, et il sera pourvu de toutes les vertus et d'une force exceptionnelle : pour récompense de sa force dans le maniement de l'arc, le roi de Videha, Janaka, lui accordera en mariage sa fille la princesse Sītā. Ce prélude est entrecoupé par l'exposé des grands thèmes mythologiques déjà présents dans le Mahābhārata : naissance du dieu Kumāra, descente du Gange sur la Terre, barattement de la mer, etc.

Dans le livre II, Ayodhyākānda, le « Livre d'Ayodhyā », le choix de Rāma, l'aîné des princes, comme héritier, par son vieux père Daçaratha suscite la jalousie de l'une des reines, Kaikeyī, mère de Bharata. Par ruse, elle obtient le bannissement de Rāma pour une durée de quatorze années et la promesse du trône pour son propre fils.

Le livre III, Aranyakānda, est celui de la forêt. Rāma, suivi de son épouse Sītā et de son frère Laskhmana, s'enfonce dans la forêt de Dandaka et s'y installe. Il engage, à la prière des ermites qui implorent sa protection, une lutte sans merci contre les Rāksasa ou démons qui l'infestent. Leur chef, Rāvana, à la demande de sa sœur la démone Śurpanakhā,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification

Pour citer cet article

Marie-Simone RENOU. RĀMĀYAṆA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde - crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay,  Bridgeman Images

Scène du mariage de Sita, art de l'Inde

La geste de Ramakien - crédits :  Yvan Cohen/ LightRocket/ Getty Images

La geste de Ramakien

Autres références

  • RAMAYANA (anonyme) - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 814 mots
    • 1 média

    Le Rāmāyana ou « Geste de Rāma » retrace la vie et la marche (« ayana »), l'offensive guerrière de Rāma, prince d'Ayodhyā, et de son épouse Sītā, fille du roi Janaka. Rédigée en sanscrit, divisée en sept livres, ou sections de longueur inégale mais d'environ 24 000 quatrains, soit près de 100 000...

  • BHAVABHŪTI (VIIIe s.)

    • Écrit par
    • 408 mots

    L'art dramatique indien d'expression sanskrite est dominé par le nom de Kâlidâsa (peut-être du ive s.), mais la gloire de celui-ci a suscité toute une lignée de poètes désireux de l'égaler, sinon de le surpasser. Le plus important de ces continuateurs est Bhavabhûti (Bhavabhūti),...

  • HANUMANT ou HANUMAN

    • Écrit par
    • 243 mots
    • 1 média

    Divinité hindoue que l'iconographie représente comme un singe à visage vaguement humanisé et à laquelle la dévotion populaire voue, en Inde, un culte particulier. Hanumant est un des personnages majeurs de l'épopée classique. Le Rāmāyana met en effet en scène une incarnation (...

  • ÉPOPÉE

    • Écrit par , , , , , , , et
    • 11 781 mots
    • 7 médias
    ...attendre les environs de l'ère chrétienne pour avoir de véritables récits suivis et pouvant recevoir la dénomination d'épopée : le Mahābhārata et le Rāmāyaṇa sanskrits, le Cilappatikāram tamoul, etc. La conscience de la narration épique comme genre littéraire remonte plus haut. Une Upaniṣad ancienne...
  • INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

    • Écrit par
    • 16 660 mots
    • 3 médias
    Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa, montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata, ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans...
  • Afficher les 18 références