KALEVALA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fonds primitif

À l'évidence, l'intérêt du Kalevala, d'un point de vue scientifique, tient d'abord aux souvenirs anciens qu'il restitue, mais sous une forme obscure, en signes incertains dont le déchiffrement, pour passionnant qu'il soit, ne peut que rester conjectural. Des origines au xixe siècle, malgré cette forme qui se prêtait admirablement à la transmission orale, on devine aisément les innombrables déformations qu'ont dû subir ces textes, non seulement par la force des choses, mais aussi en vertu du contact avec d'autres peuples, d'autres cultures, dont les immixtions ou les interférences sont parfois encore visibles. À tous points de vue, il serait infiniment précieux de pouvoir remonter aux sources, mais tout au plus peut-on établir sans peine qu'un fonds primitif a présidé à l'élaboration de ces chants.

C'est visible d'abord à l'importance capitale du rôle que joue la magie dans le Kalevala : il baigne tout entier dans un flot occulte. Ce ne sont que charmes, sortilèges, incantations, illusions des sens, métamorphoses. Les Finnois passaient pour maîtres en cet art ténébreux et les grandes sagas islandaises, écrites au xiiie siècle, ne manquent jamais de le signaler. Pourtant, c'est là un trait caractéristique du Nord : la magie est la science qui rend supérieur celui qui la possède. Väinämöinen n'est jamais autrement nommé que « l'éternel sage » ou « le voyant vieux comme le temps » : par quoi il ressemble curieusement à Od̄inn (Odin).

D'autres traits sont d'une évidente antiquité. Le Kalevala a conservé au moins deux caractères qui attestent une origine sacrée. D'une part, il respecte le principe de symétrie ou de parallélisme propre au psaume oriental :

Malheureuse, quelle est ma vie, pauvre enfant, quel est mon destin ?M'en voici réduite à ceci :à jamais sous le ciel profond je serais bercée par les vents et ballottée au gré des vagues au milieu de ces flots immenses, au sein des ondes infinies. Kalevala I

D'autre part, il illustre le principe de l'improvisation dialoguée (ces poèmes faits de « thèmes de compétition dont le canevas était fourni d'avance  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  KALEVALA  » est également traité dans :

ESTONIE

  • Écrit par 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS, 
  • Jean-Luc MOREAU
  •  • 9 142 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La première vague romantique : des Estophiles au Kalevipoeg »  : […] Le début du xix e  siècle est marqué par la naissance du mouvement estophile et la réouverture, en 1802, de l'université de Tartu – fondée en 1632 à l'époque suédoise – qui va devenir le principal foyer de la culture nationale. L'intérêt pour la langue et le folklore ne cesse de croître. Un Estonien, K. J. Peterson (1801-1822), traduit en allemand la Mythologia Fennica du Finlandais Ganander. En […] Lire la suite

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 473 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La question de la modernité »  : […] Les problèmes finlandais ne se distinguent guère de ceux qui se sont posés au Nord dans son ensemble : passage à une modernité radicale, hésitations entre l'obédience au modernisme occidental et un repli farouche sur une tradition d'autant plus chère qu'elle n'a été réaffirmée que voici un siècle. Pourtant, la proximité de l'ex-bloc soviétique et la longue révérence obligée envers le modèle suédoi […] Lire la suite

FINNO-OUGRIENNES LANGUES

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 1 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Développements historiques »  : […] Tard venues au rang de langues nationales, les langues finno-ougriennes occidentales ont cependant des traditions littéraires écrites d'origine plus ou moins lointaine. Le hongrois, le plus anciennement attesté de la famille (textes vers 1200), a des productions littéraires appréciables à partir du xvi e siècle, époque à laquelle apparaissent des textes en estonien et en finnois. Les premiers tex […] Lire la suite

ÉPOPÉE

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER, 
  • Maria COUROUCLI, 
  • Jocelyne FERNANDEZ, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT, 
  • Altan GOKALP, 
  • Roberte Nicole HAMAYON, 
  • François MACÉ, 
  • Nicole REVEL, 
  • Christiane SEYDOU
  •  • 11 798 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le chant kalévaléen »  : […] Appelée en Finlande runo (de runa , rune, inscription magique en scandinave), la poésie traditionnelle chantée se caractérise par une métrique propice à l'allitération, qui, remontant à l'époque du « fennique commun », aurait subi l'influence des traditions baltes. Le mètre dit kalévaléen, commun à l'ensemble des populations fenniques, est un trochée à quatre pieds dont chaque vers comprend huit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BOYER, « KALEVALA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kalevala/