HABERMAS JÜRGEN (1929- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Epistémologie des sciences sociales et politiques

Cette phase de gestation est scandée par des coups d'éclat qui ont durablement marqué la théorie sociale et la philosophie politique. Dépassant l'opposition des sciences exactes et des sciences de l'esprit, Habermas distingue dans La Technique et la science comme « idéologie » (1968 ; trad. franç. 1973) et Connaissance et intérêt (1968 ; trad. franç. 1976) trois « intérêts de connaissance » : l'intérêt technique, l'intérêt pratique qui prend en compte les contextes de sens, et l'intérêt émancipatoire qui tout à la fois réunit le projet technique et le projet pratique mais se heurte à la domination. Ces trois « intérêts » correspondent schématiquement aux sphères du travail, du langage et de l'interaction, laquelle est fondée sur l'entente intersubjective et la compréhension interculturelle. Cette réflexion « épistémologique » est d'autant plus importante que selon le diagnostic du philosophe, qui prolonge celui de la première « Théorie critique » de l'École de Francfort, la science et la technique sont devenues les premières forces productives. L'enjeu d'Habermas consiste dès lors à mettre en avant l'« interaction ».

Jürgen Habermas enseigna à Francfort de 1964 à 1971, avant de co-diriger l'Institut Max-Planck de Starnberg où il mit en œuvre un programme de recherche sur les conditions de vie dans le monde scientifico-technique. De cette période de symbiose créative entre l'élaboration théorique et la prise en compte des études empiriques, caractéristique de la « philosophie sociale » de la Théorie critique, sont issus Raison et légitimité (1973, trad. franç. 1978) et les Repères pour la situation spirituelle de l'époque (1979). En 1983, Habermas réintégra l'université de Francfort.

Les années francfortoises sont caractérisées par des interventions dans les débats politiques et intellectuels : la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HABERMAS JÜRGEN (1929- )  » est également traité dans :

PARCOURS (J. Habermas) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Isabelle AUBERT
  •  • 1 070 mots

Les deux tomes de Parcours,édités par Christian Bouchindhomme et parus chez Gallimard (2018), réunissent une trentaine de textes du philosophe allemand Jürgen Habermas publiés entre 1971 et 2017, à ce jour inédits en langue française ou devenus inaccessibles. En annexe, une bibliographie complète des livres et […] Lire la suite

THÉORIE DE L'AGIR COMMUNICATIONNEL, Jürgen Habermas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 134 mots

Pièce maîtresse de la production du représentant le plus célèbre de la seconde génération de l'école de Francfort, Théorie de l'agir communicationnel (Theorie des Kommunikativen Handels) parachève le projet d'actualisation de la théorie critique qu'il avait entrepris dès 1963 dans Théorie et p […] Lire la suite

BECK ULRICH (1944-2015)

  • Écrit par 
  • Mohamed NACHI
  •  • 1 602 mots

Dans le chapitre « La société du risque »  : […] Professeur de sociologie à l’université Ludwig-Maximilian de Munich à partir de 1992, Ulrich Beck enseigne également à la prestigieuse London School of Economics et à la Maison des sciences de l’homme de Paris ; il est par ailleurs Distinguished Research Professor à l’université de Cardiff en Grande-Bretagne. Il dirige la collection Seconde Modernité aux éditions Suhrkamp et anime le réseau de rec […] Lire la suite

CAPITALISME - Sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 3 508 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Un siècle de métamorphoses »  : […] Telle que la décrit Aron, la société industrielle correspond à un moment précis de l'histoire du capitalisme. En fait, celui-ci a connu de nombreuses péripéties qui interdisent d'assimiler trop rapidement le capitalisme à un type de société donné. L'image renvoyée par les premiers sociologues doit ainsi être modifiée lorsque, à la fin du xix e  siècle, la diversification de la production et la mo […] Lire la suite

CITOYENNETÉ

  • Écrit par 
  • Dominique SCHNAPPER
  •  • 4 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les débats actuels sur la citoyenneté »  : […] La citoyenneté « classique », que nous venons d'évoquer, est aujourd'hui volontiers jugée dévalorisée et inefficace. Comment la faire évoluer ? Plusieurs courants de réflexion se développent à ce sujet. Le premier est suscité par la construction de l'Europe politique. La citoyenneté a été jusqu'à présent nationale, les institutions qui l'ont organisée et rendue effective ont été nationales. Or le […] Lire la suite

DIALECTIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Marie GAUTIER
  •  • 1 605 mots

Dans le chapitre « Une saisie de la réalité »  : […] Si la dialectique affirme dès lors sa singularité vis-à-vis de la logique, c'est surtout avec Georg Wilhelm Friedrich Hegel qu'elle prend son réel essor ( Phénoménologie de l'esprit , 1807 ; Science de la logique , 1812). Hegel cherche à comprendre la réalité ; et il conçoit la dialectique comme le mouvement constitutif de cette réalité. Si Hegel s'attache à l'idée de « mouvement dialectique », c' […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Philosophie analytique et philosophie continentale »  : […] Les quelque trente années pendant lesquelles la philosophie analytique a acquis une position dominante, en particulier dans certaines universités comme Princeton ou Harvard, ont aussi contribué à creuser un fossé avec la philosophie européenne, largement dominée dans le même temps par la phénoménologie, l'herméneutique et l'existentialisme ou le structuralisme. Ce fossé est à la source de l'opposi […] Lire la suite

FRANCFORT ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Gerhard HÖHN
  •  • 2 786 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Jürgen Habermas à l'influence actuelle de l'école »  : […] Face à cette prédominance quasi exclusive de la théorie, Habermas, pour sa part, fait retour à l'analyse pratique et politique de l'évolution sociale. Sous l'influence d'Adorno et de Marcuse, lequel fut le principal théoricien politique de la dernière période du mouvement, il entreprend des recherches sur les nouvelles potentialités de contestation, qui se trouvent actuellement, selon lui, dans c […] Lire la suite

ÉDITION DU GÉNOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Hugues DÉCHAUX
  •  • 6 468 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les termes du débat éthique »  : […] L’une des questions les plus délicates au sujet de l’édition du génome germinal concerne la distinction entre visée thérapeutique destinée à guérir ou prévenir une pathologie et visée méliorative destinée à augmenter les capacités biologiques de l’être humain. Cela se traduit par le fait que les plaidoyers privilégient l’argument thérapeutique alors que les discours hostiles pointent le risque d’u […] Lire la suite

HONNETH AXEL (1949- )

  • Écrit par 
  • Gérard RAULET
  •  • 1 858 mots

Dans le chapitre « Un nouveau regard sur la société »  : […] Le premier grand ouvrage d’Axel Honneth, Kritik der Macht (1985), affronte d’emblée la nécessaire actualisation de la « théorie critique de la société », rendue urgente par l’évolution sociale, politique et idéologique des années 1980-1990. Il remonte à « l’idée initiale de Horkheimer », en constate les « déficits », et prend acte du « tournant de la philosophie de l'histoire » que représente D […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard RAULET, « HABERMAS JÜRGEN (1929- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jurgen-habermas/