Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JUMEAUX (anthropologie)

Dans toutes les sociétés, la naissance de jumeaux est considérée comme un événement singulier, au même titre que d'autres modalités de l'accouchement, telles que la présentation par le siège ou par les pieds (N. Belmont a montré, pour le fonds indo-européen, la relation de cette dernière présentation avec la gémellité) ou la naissance des enfants « coiffés ». La gémellité a donné lieu à des élaborations symboliques qui, malgré leur diversité, présentent certaines constantes. Son importance dans les conceptions de nombreuses sociétés, africaines et américaines surtout, a attiré l'attention des anthropologues et des ethnologues, à la fois en tant que phénomène spécifique et comme indicateur de certains autres aspects de l'organisation sociale. Mais son étude présente des difficultés qui tiennent à ce que la question des jumeaux se trouve directement liée aux conceptions concernant la naissance, la personne, l'hérédité biologique et sociale, ainsi qu'à l'organisation de la parenté (structure et unité des lignages, relations d'alliance) et aux systèmes symboliques (relatifs à la fécondité, aux couleurs, à la perception du temps et de l'espace) d'une société donnée.

Un fait socialement ambivalent

Les représentations, très variables, que se font les différentes sociétés de la naissance de jumeaux doivent être distinguées de l'événement constitué par chacune de ces naissances. Selon le point de vue choisi – discours local ou pratiques effectives –, les naissances gémellaires peuvent être soit valorisées, soit dépréciées. Il arrive ainsi que, dans une même société, les mythes ou les contes célèbrent l'arrivée de jumeaux, alors que la survie de ceux-ci n'est pas assurée – et la chose ne semble pas fortuite – dans la réalité. Une telle naissance a une signification différente suivant qu'elle est envisagée par les parents – soumis à des règles spéciales souvent contraignantes ou coûteuses – ou dans la perspective de l' ordre cosmogonique en fonction duquel une société évalue sa continuité, les jumeaux pouvant représenter l'état originel et idéal de cet ordre.

D'un point de vue comparatiste, on peut construire une échelle où figureraient, à une extrémité, certaines sociétés qui associent la gémellité à la fécondité et aux entités extra-humaines, et pour lesquelles, le groupe de parenté mis à part, les jumeaux sont bienvenus et, à l'autre extrémité, des sociétés qui accordent au phénomène gémellaire une valeur symbolique moindre et qui l'éludent même par la mise à mort, active ou passive, de l'un des jumeaux, ramenant ainsi la gémellité à la normalité d'une naissance unique. Par ailleurs, dans les premières sociétés, le rituel qui est mis en œuvre lors de la naissance et qui réglera éventuellement l'existence entière des jumeaux (ou de l'un d'eux) et des géniteurs (ou de l'un d'eux) revêt des formes variables : il peut ainsi être centré sur la mère, comme chez les Ndembu (Zambie), ou sur les deux parents plutôt que sur les jumeaux eux-mêmes. En fait, une réelle ambivalence caractérise presque universellement les attitudes qu'adoptent, dans la circonstance, les diverses sociétés.

Une naissance gémellaire constitue une perturbation à la fois dans l'ordre social et dans l'ordre symbolique ; elle manifeste un excès inattendu, qu'il convient de traiter rituellement. Cet excès introduit le désordre dans la chaîne de filiation ainsi que dans les positions respectives des aînés et des cadets (on se demandera, question majeure dans des sociétés fortement structurées par le rang d'âge, qui est l'aîné ; ici, c'est le premier des jumeaux, ailleurs le second). Aussi doit-on trouver pour cette naissance surnuméraire (où le multiple s'oppose à l'un) une explication[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Nicole SINDZINGRE. JUMEAUX (anthropologie) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AUTISME ET TROUBLES DU SPECTRE DE L'AUTISME

    • Écrit par Catherine DOYEN
    • 6 809 mots
    Les résultats d’études portant sur des jumeaux montrent que la concordance chez les jumeaux monozygotes est élevée : chez des enfants jumeaux homozygotes (c’est-à-dire partageant le même patrimoine génétique), si l’un des deux présente un trouble autistique, alors l’autre présente lui aussi un trouble...
  • CLONAGE

    • Écrit par Didier LAVERGNE, Jean-Paul RENARD
    • 5 025 mots
    • 3 médias
    – Le clonage par bissection de l'embryon au stade blastocyste (fig. 2b). Cette technique mime l'événement qui se produit naturellement chez de nombreuses espèces de mammifères au début du développement des jumeaux monozygotes ou jumeaux vrais. Ceux-ci sont issus de la division fortuite et...
  • ENDOMÉTRIOSE

    • Écrit par Corinne TUTIN
    • 2 848 mots
    • 3 médias
    ...elles, ne développent pas, fort heureusement, d’endométriose. D’autres phénomènes pourraient intervenir, et la maladie, qui se transmet à 50 p. 100 chez lesjumeaux, pourrait mettre en jeu, comme beaucoup d’affections chroniques, des interactions entre génétique et environnement au sens large.
  • ÉPIGÉNÉTIQUE

    • Écrit par Pierre-Antoine DEFOSSEZ, Olivier KIRSH, Ikrame NACIRI
    • 5 994 mots
    • 4 médias
    Chez l’homme, les vrais jumeaux ont un génome identique et partagent le même environnement in utero. Pourtant, avec le temps et les contingences de leur existence, les épigénomes des jumeaux vont diverger, tout comme leur apparence extérieure va se différencier. Des différences sont observées dans le...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi