JUMEAUX (anthropologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gémellité valorisée

Il arrive que des évaluations positives prennent le pas sur celles qu'on vient d'évoquer, et que les jumeaux soient considérés comme des entités non humaines coexistant par exemple avec une divinité supérieure ou avec d'autres « génies ». Des cultes leur sont assez fréquemment consacrés en Afrique ; ils sont matérialisés par des « autels » (objets, monticules, etc.) qui portent généralement les signes du caractère double et qui sont soit des lieux ou objets publics, soit la propriété d'un individu ou d'un lignage. Par le pouvoir qui leur est reconnu sur la fécondité des hommes et de la terre, ils ont une grande importance dans la vie quotidienne. Mais l'existence de ces cultes doit être distinguée des attitudes adoptées lors d'une naissance effective de jumeaux. C'est sur un registre différent, celui des relations sociales actuelles, que s'exprime l'ambivalence devant le fait troublant de la gémellité, induisant le respect, l'humilité ou d'autres attitudes. Les cultes eux-mêmes, avec la fonction régulatrice qu'ils ont sur la santé et sur la reproduction humaine et végétale, renvoient à une autre sorte d'ambivalence, qui se rapporte à des entités censées avoir prise sur la maladie, la vie et la mort. Ainsi, chez les Senoufo (Côte-d'Ivoire), l'omniprésence de sacrifices rendus aux jumeaux non humains n'est pas incompatible avec une attitude relativement hostile à l'égard des jumeaux réels. Cependant, c'est souvent à l'occasion d'une naissance effective de jumeaux que s'édifient les autels de ces cultes, qui intéresseront ensuite de façon autonome la fécondité du groupe. Il arrive d'ailleurs, comme chez les Kukuya, que les jumeaux réels soient par eux-mêmes des symboles incarnés de santé.

La valorisation de la gémellité s'exprime aussi dans les traditions soudanaises, qui posent la gémellité comme représentant l'état primordial de l'être et comme étant exclusivement bénéfique. L'androgynie originelle a son expression la plus fameuse dans la cosmogonie dogon, où l'union mythique d'un couple de jumeaux est présentée comme la forme d'union première et idéale, en même temps qu'elle rend compte de l'organisation actuelle de la société dogon : deux couples de jumeaux, les Nommo, furent les premières créatures vivantes, mais l'un des jumeaux quitta l'« œuf du monde » en dérobant un morceau de placenta maternel qui devint terre et avec lequel il s'unit dès qu'il fut séparé de sa jumelle. L'union gémellaire et la procréation gémellipare sont ici la norme, la naissance simple étant davantage envisagée soit comme une perte, soit comme un reste ou une incomplétude par rapport à l'union initiale. Le mythe évoque aussi à ce sujet des correspondances, notamment avec l'organisation de la parenté (relations avunculaires) et avec la conception de la personne. Non seulement la naissance surnuméraire, chez les Dogon, fonctionne comme explication d'un système social, mais, en tant qu'événement même, elle est fortement valorisée. Il en va de même dans d'autres groupes voisins (Bambara). Chez les Gourmantché (Burkina Faso), les cérémonies de mariage comportent des séquences qui symbolisent l'union gémellaire et qui développent l'idée que la rupture de celle-ci est la condition de l'alliance et donc de la vie sociale. Certaines sociétés africaines considèrent ainsi le placenta comme le « jumeau » du nouveau-né, c'est-à-dire qu'elles regardent celui-ci comme un être incomplet, comme un « reste ». Le placenta, dont on fait souvent une composante de la personne qui détermine la destinée future, représente le jumeau perdu.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  JUMEAUX  » est également traité dans :

JUMEAUX (biologie)

  • Écrit par 
  • Gabriel DUC, 
  • Jean SCHOWING, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • René ZAZZO
  •  • 1 609 mots
  •  • 2 médias

Après avoir suscité un universel étonnement repris fréquemment sous la forme d'interrogations mythiques sur la genèse de l'individu et la singularité de son destin, le phénomène des jumeaux est devenu l'objet d'une investigation scientifique relevant à la fois de la psychologie et de la biologie.C'est selon cette dernière approche qu'on examinera d'abord – avant d'en évoquer les études psychologiq […] Lire la suite

JUMEAUX (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 508 mots

On attribue souvent à sir Francis Galton (1822-1911) la paternité de la « méthode des jumeaux », méthode qui consiste à comparer les jumeaux monozygotes (MZ), issus de la fécondation d’un seul ovule par un seul spermatozoïde, à des jumeaux dizygotes (DZ), issus chacun de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde. À ceci près que, à l’époque, la c […] Lire la suite

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 007 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les trois filières d'obtention de clones »  : […] Les trois techniques qui permettent d'obtenir des clones sont les suivantes : – Le clonage par séparation de blastomères d'un jeune embryon (fig. 2a). Cette approche met à profit la totipotence des cellules embryonnaires, c'est-à-dire l'aptitude de chacune d'entre elles à assurer seule la totalité du développement embryonnaire et fœtal. L'œuf fécondé, ou zygote, est par définition, une cellule t […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

  • Écrit par 
  • Jacques-Michel ROBERT
  •  • 11 135 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Anomalies post-zygotiques »  : […] Ce sont plus des « curiosités » que de véritables échecs de la reproduction, comme dans les cas précédents. Les mosaïques . Elles proviennent d'un même zygote chez lequel un accident chromosomique est survenu alors que l'œuf avait commencé à se diviser : par exemple une des cellules nouvelles perd un chromosome (l'Y par exemple, souvent « à la traîne » –  lagging chromosome des auteurs anglo-saxo […] Lire la suite

ENDOMÉTRIOSE

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 2 836 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un tissu utérin devenu ectopique  »  : […] Si on ne s’est pas toujours intéressé à l’endométriose, c’est probablement parce que cette maladie est associée aux règles, sujet encore parfois tabou dans nos sociétés. Même si elle peut altérer considérablement la vie de certaines patientes, il s’agit aussi d’une maladie bénigne. Par ailleurs, la maladie reste difficile à reconnaître, car ses formes d’expression sont très hétérogènes et on ne di […] Lire la suite

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 974 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identité épigénétique et environnement »  : […] L’environnement, tel le régime alimentaire, peut modifier l’activité du génome et même orienter le devenir de la totalité d’un organisme. Chez les abeilles, tous les individus de la ruche descendent d’une même reine fondatrice. Les larves destinées à être ouvrières sont nourries de miel et de pollen tandis que les larves destinées à être reines sont nourries exclusivement de gelée royale. Or, la […] Lire la suite

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 921 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le chimérisme lié à la reproduction humaine »  : […] Dans la population des jumeaux dizygotes, frères et sœurs simultanés issus de deux ovocytes et de deux spermatozoïdes différents, l'existence d'une chimère sanguine n'est pas exceptionnelle, puisqu'elle survient dans 8 p. 100 des cas environ, la pratique de la fécondation in vitro ayant en outre considérablement augmenté le nombre des grossesses multiples. Cet échange se produit au niveau du plac […] Lire la suite

IDENTITÉ

  • Écrit par 
  • Annie COLLOVALD, 
  • Fernando GIL, 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Pierre TAP
  •  • 13 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La genèse de l'identité »  : […] Trois grandes phases peuvent être distinguées dans la construction de l'identité, de l' enfance à l'adolescence : l'individuation primaire, l'identification catégorielle, l'identification personnalisante. L'individuation primaire couvre les trois premières années, au cours desquelles l'enfant passe d'activités spontanées élémentaires à des conduites organisées. Au cours de la première année, il ap […] Lire la suite

LATÉRALISATION MANUELLE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 597 mots

Le terme « latéralisation » renvoie au fait que les organes corporels doubles, bien que symétriques en apparence, sont fonctionnellement asymétriques. C’est le cas pour les mains, les pieds, les yeux, les oreilles, organes corporels périphériques qui ne sont pas nécessairement tous latéralisés du même côté. Concernant la latéralisation manuelle (ou préférence manuelle), il est notoire que chacun […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole SINDZINGRE, « JUMEAUX (anthropologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-anthropologie/