ANDERSON CARL DAVID (1905-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Carl David Anderson naquit à New York de parents suédois le 3 septembre 1905. Après des études au California Institute of Technology de Pasadena (Calif.), il y fit toute sa carrière, jusqu'à sa retraite en 1978. Dans sa thèse de doctorat soutenue en 1930, sous la direction de Robert Millikan – célèbre pour la mesure de la constante de Planck et la détermination de la valeur de la charge de l'électron –, il étudia la distribution des directions de vol et des énergies des électrons émis par les rayons X traversant une chambre à brouillard. Il eut l'idée, à cette occasion, de remplacer la vapeur d'eau qui sature cette chambre par un mélange eau-alcool plus sensible au passage de particules peu ionisantes.

Après sa thèse, mais toujours sous la direction de Millikan qui se passionnait pour l'étude des rayons cosmiques découverts quelque vingt ans plus tôt par l'Autrichien Victor Franz Hess, il construisit une grande chambre à brouillard qu'il plaça à l'intérieur d'un puissant électroaimant capable d'induire un champ magnétique dix fois plus élevé que ceux qui étaient alors utilisés. Les difficultés financières liées à la grande crise économique des années 1930 furent contournées grâce au prêt d'un générateur continu de 600 kilowatts par un laboratoire d'aéronautique voisin. C'est avec cet appareillage qu'il réussit le 2 août 1932 à photographier la trace d'un antiélectron – appelé aussi positon – issu de quelque violent processus cosmique. Il est à noter qu'Anderson n'était pas au courant des travaux du théoricien britannique Paul Dirac qui, un an auparavant, avait prédit pour des nécessités de cohérence mathématique qu'une théorie quantique et relativiste devait associer à toute particule telle que l'électron un alter ego de charge opposée. La vérification expérimentale de l'existence de l'antimatière apparaissait donc comme l'impressionnante confirmation de l'édifice quantique et relativiste bâti dans les premières décennies du xxe siècle. C'est pour cette découverte qu'Anderson reçut le prix Nobel de physique en 1936, prix partagé avec Victor Franz Hess.

En 1937, Anderson découvrit avec son collaborateur Set [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  ANDERSON CARL DAVID (1905-1991)  » est également traité dans :

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 914 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron-positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qui ont été observés par Anderson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimatiere/#i_12837

DÉCOUVERTE DE L'ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 126 mots
  •  • 1 média

Le théoricien britannique Paul Dirac (1902-1984) prédit, en 1931, que, par nécessité de cohérence mathématique, une théorie quantique et relativiste doit associer à toute particule, comme l'électron, un alter ego de charge opposée. Le 2 août 1932, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-antimatiere/#i_12837

MATÉRIALISATION, physique

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 322 mots

On appelle matérialisation toute transformation d'énergie en matière ; le seul processus connu de matérialisation est celui du photon d'énergie hν qui se convertit, au voisinage d'un noyau, en une paire électron-positron. Le phénomène ne peut avoir lieu dans le vide, où serait impossible la conservation du quadrivecteur énergie- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/materialisation-physique/#i_12837

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 246 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'équation de Dirac et le positron »  : […] 4..., et que faire des solutions à énergie négative ? Après divers tâtonnements, il fut convaincu qu'elles représentaient des électrons de charge positive. La nouvelle particule correspondante, le positron, fut découverte en 1932 par Carl Anderson dans des clichés de rayons cosmiques obtenus dans une chambre à brouillard de Wilson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_12837

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « ANDERSON CARL DAVID - (1905-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-david-anderson/