VUILLEMIN JULES (1920-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en 1962 que Jules Vuillemin succède à Maurice Merleau-Ponty à la chaire de philosophie de la connaissance au Collège de France. C'est le couronnement mérité d'une carrière qui a débuté, après un enseignement dans le secondaire et un passage au Centre national de la recherche scientifique, à l'université de Clermont-Ferrand.

Chez Jules Vuillemin, les incursions dans l'histoire de la philosophie sont toujours doublées par la recherche de ce qui en fonde la systématicité. Martial Gueroult aura été l'inspirateur de ses travaux et le maître dont il se reconnaîtra le disciple. „L'histoire de la philosophie peut être une science“, „la philosophie est elle-même une science“ – tels sont les deux postulats que Jules Vuillemin inscrit au seuil de Physique et métaphysique kantiennes (1955). Il serait faux, toutefois, de voir en lui un scientiste ou un positiviste. Trop fin connaisseur de l'histoire de la philosophie – ce dont témoignent L'Héritage kantien et la révolution copernicienne, Fichte, Cohen, Heidegger (1954), Mathématiques et métaphysique chez Descartes (1960), De la logique à la théologie, cinq études sur Aristote (1967), Le Dieu d'Anselme et les apparences de la raison (1971), L'Intuitionnisme kantien (1994) – il ne pouvait accepter de la voir réduire à un schéma univoque et simpliste. Au contraire, il s'attache à montrer dans ses travaux comment chaque système philosophique, en tant qu'exercice pur de la raison, engendre son type propre de questions et de réponses qui entretient des rapports privilégiés avec les sciences. Dans Rebâtir l'Université (1968), en bon kantien, Jules Vuillemin met en garde contre les périls qu'il y a à accepter „l'opacité transparente que les produits de la raison opposent à la raison même“. Car la connaissance philosophique est le résultat d'un certain travail de la raison sur elle-même. À ce titre, elle tend naturellement à élaborer des stru [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VUILLEMIN JULES (1920-2001)  » est également traité dans :

CONCEPTUALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Joseph VIDAL-ROSSET
  •  • 1 327 mots

Dans le chapitre « Le prédicativisme, expression logique du conceptualisme ontologique »  : […] Pour éviter toute confusion entre ces deux usages, il serait évidemment préférable de convenir de l'utiliser pour faire référence à l'une ou bien à l'autre position. Dans Nécessité ou Contingence (1984), Jules Vuillemin réserve le terme de conceptualisme à ce que l'on a appelé le conceptualisme ontologique, et utilise le terme d'intuitionnisme pour faire référence à une position philosophique qu […] Lire la suite

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 962 mots

Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer : La réponse à une simple interrogation, qui met fin à son indétermination et à son ambivalence : « As-tu bien dormi ? — Non ! » Le non équivaut à une […] Lire la suite

PHILOSOPHIQUES SYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Jacques MOUTAUX
  •  • 6 726 mots

Dans le chapitre « De l'histoire de la philosophie à la philosophie »  : […] L'apparition et le développement de l'histoire de la philosophie comme discipline autonome fondée sur la notion de système transforment la question des rapports entre la philosophie et son histoire. Ainsi conçue, en effet, l'histoire de la philosophie constitue une expérience objective en son ordre, autorisant par conséquent à poser la question transcendantale quid juris . Si est établi le fait d […] Lire la suite

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Dans le chapitre « Les thèses métaphysiques du réalisme »  : […] Renouvier rejette une histoire de la philosophie écrite comme le récit d'une évolution dont les étapes sont les systèmes particuliers, absorbés dans une série que l'auteur clôt en en proposant la somme (Hegel). La suite des systèmes est plutôt une succession de réponses à un petit nombre de questions qui ne se peuvent trancher que par l'affirmative ou la négative. Au lieu de se ranger selon un ord […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « VUILLEMIN JULES - (1920-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-vuillemin/