LOSEY JOSEPH (1909-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cérémonie secrète, J. Losey

Cérémonie secrète, J. Losey
Crédits : Hulton Getty

photographie

Galilée

Galilée
Crédits : Hulton Getty

photographie

The Servant, J. Losey

The Servant, J. Losey
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


De l'exil à la gloire

Mais en 1951, sur l'invitation du coscénariste de The Boy with Green Hair, Ben Barzman, Losey est appelé en Italie par les producteurs d'un film destiné à « relancer » la vedette vieillissante qu'est Paul Muni. En fait, Losey ne pourra apporter aucune modification au script et s'épuisera durant le tournage à lutter à la fois contre la vedette et contre les producteurs. C'est dans cette ambiance de crise que Losey, malade, apprend qu'il a été « mouchardé » par deux de ses amis auprès de la sinistre commission des Activités antiaméricaines comme membre d'un groupe d'études universitaires sur Marx, et peut-être (sic) comme ancien membre du Parti communiste américain. Il achève le tournage de son film en Italie (Encounter) avant de se soucier de rentrer aux États-Unis pour se justifier. Son retard est considéré comme un refus de comparaître, et il est mis d'office sur la liste noire. Boycotté en Italie, il s'installe en Grande-Bretagne dans des conditions rapidement précaires, réalisant quelques films sous des pseudonymes (c'est l'époque où la distribution anglaise retombe sous la coupe américaine) avant de travailler pour la télévision et aussi de fabriquer des bandes publicitaires, qu'il tiendra pour un exercice stimulant et tout compte fait honorable du point de vue esthétique.

En 1955, de jeunes producteurs lui offrent de faire un film qu'il pourra signer : Time without Pity, qui est encore aujourd'hui l'une de ses œuvres les plus importantes. Le succès de ce film, peu assuré à Londres, imposé à Paris par une véritable conjuration de la jeune critique pour qui Losey n'est pas un inconnu (1960), relance la carrière, désormais internationale, du cinéaste. À partir de The Servant (1963), il sera pratiquement maître unique de ses films.

The Servant, J. Losey

The Servant, J. Losey

Photographie

Dirk Bogarde dans The Servant (1963), de Joseph Losey (1909-1984). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOSEY JOSEPH (1909-1984)  » est également traité dans :

THE SERVANT, film de Joseph Losey

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Joseph Losey (1909-1984) commença sa carrière dans le théâtre américain « progressiste » des années 1930, et apprit le cinéma par le biais des films éducatifs. Son premier court-métrage de fiction, A Gun in His Hand (1945), décrocha une nomination aux Oscars, mais Hollywood se méfiait. La « chasse aux sorcières », dont il fut la proi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-servant/#i_16969

BOGARDE DIRK (1921-1999)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 872 mots
  •  • 1 média

À l'exception de quelques-uns, dont Hunted ( Rapt ) de Charles Crichton (1951) et Victim ( Victime ) de Basil Dearden (1961), les films auxquels Dirk Bogarde a participé entre 1947 et 1962 sont, au pire, mauvais, au mieux, médiocres. Contraint à interpréter des jeunes premiers romantiques, des délinquants fug […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dirk-bogarde/#i_16969

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la musique, loin d'être plaqué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_16969

REDGRAVE MICHAEL (1908-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 777 mots

À l'instar des grands comédiens britanniques de sa génération ou de ceux qui furent quelque peu plus âgés que lui – Laurence Olivier, Ralph Richardson, John Gielgud –, Michael Redgrave se sera ingénié à exprimer sur les scènes londoniennes l'intériorité de personnages démesurés et à extirper toute la petitesse, l'angoisse et la faiblesse de la destinée humaine. Le théâtre qu'il a défendu (Shakesp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-redgrave/#i_16969

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « LOSEY JOSEPH - (1909-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-losey/