LOSEY JOSEPH (1909-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cérémonie secrète, J. Losey

Cérémonie secrète, J. Losey
Crédits : Hulton Getty

photographie

Galilée

Galilée
Crédits : Hulton Getty

photographie

The Servant, J. Losey

The Servant, J. Losey
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Losey n'a pas choisi d'être aujourd'hui l'un des très rares, sinon le premier, metteurs en scène réellement cosmopolites. Si sa biographie peut expliquer sa carrière, elle ne saurait rendre compte à elle seule de sa probité artistique et de sa compétence professionnelle, dont il a su tirer parti. Son œuvre n'est ni répétitive ni confortable, elle est faite d'audaces périodiques, à travers lesquelles s'aperçoit mieux ce qui fait la maîtrise du cinéaste : moins des « thèmes » littéraires que la façon de les traiter, un jeu d'interférences qui, par-delà les ressemblances formelles d'un film à l'autre, dessine la trame d'un style et témoigne par-dessus tout d'un grand amour du cinéma.

Cérémonie secrète, J. Losey

Cérémonie secrète, J. Losey

Photographie

Le réalisateur américain Joseph Losey (1909-1984) sur la plateau, lors du tournage de son film Cérémonie secrète (Secret Ceremony), en 1968. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Une formation exhaustive

Sa biographie est pourtant passionnante et instructive. Joseph Losey est né le 14 janvier 1909 à La Crosse (Wisconsin) ; son père était avocat, et l'enfant grandit dans une atmosphère puritaine (peut-être liée à une lointaine ascendance hollandaise) qui lui laissera une impression ambivalente : « Mon livre préféré est sans doute encore la Bible [mais] beaucoup de gens perdent leur vie à tenter vainement de s'en échapper. » Jusqu'en 1929, Losey (qui a renoncé à ses études de médecine) poursuit des études littéraires en même temps que des activités théâtrales aussi précoces que fécondes, qui l'amènent à la critique dramatique. En 1931, il fait connaissance de J. H. Hammond Jr., spécialiste de jazz et producteur de théâtre, pour lequel il sera régisseur, rewriter de certaines pièces (dont Jayhawkers de Sinclair Lewis) et coproducteur. Deux voyages en Europe en 1931 et surtout en 1935 le conduisent en Grande-Bretagne, en Suède, en Finlande et en U.R.S.S., où il s'initie aux progrès de la technique théâtrale et découvre l'œuvre de Bertolt Brecht.

En 1936, il prend une part importante au Living Newspaper, spectacle total (avec projection cinématographique, danse, mime, etc.) monté dans un théâtre de New York sous l'impulsion de l'administration Roosevelt ; il s'agit en fait d'une série de pièces commentant l'actualité, dans u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LOSEY JOSEPH (1909-1984)  » est également traité dans :

THE SERVANT, film de Joseph Losey

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Joseph Losey (1909-1984) commença sa carrière dans le théâtre américain « progressiste » des années 1930, et apprit le cinéma par le biais des films éducatifs. Son premier court-métrage de fiction, A Gun in His Hand (1945), décrocha une nomination aux Oscars, mais Hollywood se méfiait. La « chasse aux so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-servant/#i_16969

BOGARDE DIRK (1921-1999)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 872 mots
  •  • 1 média

À l'exception de quelques-uns, dont Hunted ( Rapt ) de Charles Crichton (1951) et Victim ( Victime ) de Basil Dearden (1961), les films auxquels Dirk Bogarde a participé entre 1947 et 1962 sont, au pire, mauvais, au mieux, médiocres. Contraint à interpréter des jeunes premiers romantiques, des délinquants fugitifs ou des officiers de Sa Gracieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dirk-bogarde/#i_16969

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 255 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le film-opéra »  : […] Avec la réussite artistique et commerciale de La Flûte enchantée d' Ingmar Bergman , l'année 1975 marque une étape importante de l'histoire de la représentation de l'opéra au cinéma. Avec ce film, tourné dans le Théâtre du château royal de Drottningholm, près de Stockholm, Bergman crée en effet une forme cinématographique nouvelle où l'image et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-opera/#i_16969

REDGRAVE MICHAEL (1908-1985)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 777 mots

À l'instar des grands comédiens britanniques de sa génération ou de ceux qui furent quelque peu plus âgés que lui – Laurence Olivier, Ralph Richardson, John Gielgud –, Michael Redgrave se sera ingénié à exprimer sur les scènes londoniennes l'intériorité de personnages démesurés et à extirper toute la petitesse, l'angoisse et la faiblesse de la des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-redgrave/#i_16969

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « LOSEY JOSEPH - (1909-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-losey/