RUSKIN JOHN (1819-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ruskin et l'art

La révolution romantique, qui a donné à l'Angleterre son art moderne, s'est accomplie, pour l'essentiel, avant Ruskin ; mais c'est lui qui en a dégagé la signification. Composés, les plus importants du moins, entre 1840 et 1860, ses écrits sur l'art dégagent clairement et imposent la notion même d'un art moderne. Ils le dotent rétrospectivement d'une conscience esthétique et morale.

Cette activité spéculative ne se présente pas d'un seul bloc. Même dans les deux décennies où Ruskin s'est consacré presque uniquement à l'étude de l'art, sa pensée a beaucoup évolué. Commencés en 1842 mais achevés en 1860 seulement, les cinq volumes de Modern Painters en présentent les états successifs plutôt qu'ils n'en constituent la somme. Les contradictions apparentes abondent ; les grands développements s'articulent mal, et cela est d'autant plus déroutant que le détail de l'argumentation emprunte souvent à la littérature didactique et morale sa démarche logique et jusqu'à sa rhétorique propre. Cependant, l'essentiel de la méditation de Ruskin sur l'art s'organise autour de quelques données permanentes, constantes d'une sensibilité et postulats d'une pensée.

« Je possède, écrit-il, un instinct puissant, et que je ne peux analyser : celui de voir et de décrire les choses que j'aime. » Par cet instinct, par une perception extraordinairement aiguë et complète, le tempérament personnel de Ruskin s'accorde au génie objectif qu'avaient légué à l'Angleterre romantique des siècles de tradition rurale. La génération contemporaine de la Révolution et de l'Empire venait de doter cette tradition d'un statut théorique et d'un somptueux répertoire de thèmes et de motifs. Ruskin la recueille à son tour.

L'art, selon lui, a pour objet de voir et de décrire ce qui est. Lui en assigner un autre revient à le pervertir, et sa grandeur est en quelque sorte relative à sa vérité. Le concept de vérité occupe une place centrale chez Ruskin, et par lui son réalisme instinctif s'approfondit en réflexion morale. Car la vérité ne se réduit nullement à une ressemblance matérielle : elle implique l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUSKIN JOHN (1819-1900)  » est également traité dans :

RELIRE RUSKIN (ouvrage collectif)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 985 mots

C'est un Ruskin démultiplié que l'on découvre dans cet ouvrage collectif. Prenant place dans la collection « Principes et théories de l'histoire de l'art », publiée par le musée du Louvre et l'École nationale supérieure des beaux-arts, Relire Ruskin (2003) vient compléter la série de conférences et colloques consacrés aux historiens et crit […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Renaissance hellénique et néo-gothique : les « revivals » victoriens »  : […] Reprenant certaines analyses de ce que l'on appelle l'historicisme ou l'éclectisme, N. Pevsner a écrit qu'« en Angleterre au début du xix e  siècle, le bal travesti de l'architecture battait son plein ». Mais prendre ainsi position sur l'ensemble de la production d'une époque, n'est-ce pas substituer à l'analyse historique un jugement de valeur a priori reposant à la fois sur un idéal évolutionnis […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

Dans le chapitre « Architecture et « question sociale » au XIXe siècle »  : […] Frappées par l'ampleur des transformations engendrées par la Révolution française, puis par les bouleversements dont s'accompagne l'industrialisation, les élites du xix e siècle sont amenées à s'interroger sur la nature du lien social et sur son évolution. Celui-ci semble menacé à la fois par l'individualisme qui s'est substitué aux réseaux de solidarité traditionnels et par l'émergence d'une cl […] Lire la suite

CARLYLE THOMAS (1795-1881)

  • Écrit par 
  • Michel FUCHS
  •  • 1 717 mots

Dans le chapitre « Le recours à l'histoire »  : […] Non sans peine toutefois, et c'est peut-être pourquoi, après Sartor Resartus , il choisit de se consacrer à l'histoire plutôt qu'à la création littéraire. La conception qu'il s'en fait résout tous les conflits qui le déchirent : tournée vers autrui, elle englobe et maîtrise la recherche et l'affirmation de soi par l'écriture ; tournée vers le passé, elle permet de contester un présent inacceptable […] Lire la suite

CRITIQUE ARCHITECTURALE

  • Écrit par 
  • Valérie DEVILLARD, 
  • Hélène JANNIÈRE
  •  • 5 217 mots

Dans le chapitre «  La critique architecturale : notion et historiographie »  : […] Retracer l'ensemble des positions épousées par la critique architecturale, ou décrire l'ensemble des concepts dont elle a usé, reviendrait à faire un inventaire des théories et doctrines de l'architecture depuis la Renaissance, tant la critique est imbriquée avec d'autres formes d'écrits sur l'architecture, théoriques et historiques. L'historiographie situe en effet les origines de la critique ar […] Lire la suite

GUIMARD HECTOR (1867-1942)

  • Écrit par 
  • Roger-Henri GUERRAND
  •  • 2 234 mots

L'architecture de l'Art nouveau français a eu en Guimard un créateur tel que l'espéraient, depuis le milieu du xix e  siècle, le comte de Laborde et Viollet-le-Duc. Peut-être le premier en France, Guimard a totalement rejeté le modèle antique, enseigné dans les écoles des Beaux-Arts, pour lui préférer l'imitation de la nature à la façon des artistes gothiques ou japonais. Alors que tous ses prédéc […] Lire la suite

MONUMENT

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Alice THOMINE
  •  • 1 987 mots

Dans le chapitre « Vers la notion de monument historique »  : […] L'âge classique sera celui des « antiquaires ». Ces amateurs élargiront considérablement le champ des monuments en s'intéressant aux vestiges d'autres époques, qui composent la catégorie des « antiquités nationales ». En 1729, le Français Bernard de Montfaucon entame la publication de ses Monuments de la monarchie française , distinguant les monuments de la « belle Antiquité » de ceux qui appartie […] Lire la suite

MORRIS WILLIAM (1834-1896)

  • Écrit par 
  • Philip Prichard HENDERSON
  •  • 1 986 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L' influence de l'art médiéval »  : […] William Morris naît le 24 mars 1834 à Walthamstow, petit village de l'Essex situé non loin de Londres, dans une famille bourgeoise. En 1853, il entre au Exeter College de l'université d'Oxford. Il y rencontre Edward Jones, futur peintre et dessinateur qui prendra le nom de Burne-Jones. Profondément touchés par le mouvement d'Oxford au sein de l'Église anglicane, les deux amis semblent se diriger […] Lire la suite

PRÉRAPHAÉLITES

  • Écrit par 
  • Mary Gardner BENNETT
  •  • 3 782 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs et la formation de la Confrérie »  : […] Deux facteurs importants annoncent la révolte préraphaélite. Il y eut, en premier lieu, la pénétration en Grande-Bretagne, au cours des années 1830 et 1840, du style italianisant guindé, propre aux nazaréens allemands qui travaillaient à Rome, et cela par l'intermédiaire de disciples tels que Williams Dyce, et grâce aussi aux projets conçus dans les années 1840 à l'occasion des importants concours […] Lire la suite

RESTAURATION (architecture)

  • Écrit par 
  • Colette DI MATTEO, 
  • Piero GAZZOLA
  •  • 4 413 mots

Dans le chapitre « Les théories »  : […] À la fin du xviii e  siècle furent effectuées les premières entreprises conduites selon des critères systématiques. Rome accueille les initiatives ambitieuses : une impatiente volonté de remettre en état les ensembles monumentaux de l'époque impériale s'y manifeste. On identifie la structure du grandiose forum de Trajan et, en travaillant au milieu de la végétation touffue des édifices du Moyen Âg […] Lire la suite

RESTAURATION (peinture et sculpture)

  • Écrit par 
  • Béatrice SARRAZIN
  •  • 3 626 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Histoire de la restauration au xixe siècle »  : […] Prise entre deux paradoxes, vandalisme et sauvegarde, la période révolutionnaire favorise l'émergence de personnalités comme celle d' Alexandre Lenoir. Garde du dépôt des Petits-Augustins, il récupère, recompose souvent arbitrairement et reconstitue des ensembles avec un souci de conservation au sein d'un même lieu, le musée des Monuments français. Avec les conquêtes révolutionnaires et napoléonie […] Lire la suite

URBANISME - Théories et réalisations

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY
  •  • 9 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pré-urbanisme culturaliste »  : […] Le modèle culturaliste a été élaboré, plus tardivement dans le xix e  siècle, par des socialistes esthètes, J.  Ruskin et W.  Morris. Il appartient spécifiquement à l'Angleterre, où les conséquences négatives de la révolution industrielle sur la vie matérielle et culturelle avaient été précocement analysées, dénoncées et opposées aux valeurs pré-industrielles par une tradition de pensée dont Carly […] Lire la suite

WHISTLER JAMES ABBOTT McNEILL (1834-1903)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 208 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Whistler contre Ruskin »  : […] Le caractère difficile de Whistler finit par l'obliger à quitter (très provisoirement) l'Angleterre, alors que sa position s'y renforçait progressivement, même si une partie de la critique n'épargnait pas ses œuvres : portraits ( Arrangement en gris et noir-Portrait de la mère de l'artiste , 1871, musée d'Orsay, Paris ; Arrangement en gris et noir n o 2-Portrait de Thomas Carlyle , 1872-1873, M […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, Claude JACQUET, « RUSKIN JOHN - (1819-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-ruskin/