CARLYLE THOMAS (1795-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Que Carlyle ait été tenu pour le prototype du « sage » à l'époque victorienne peut paraître paradoxal : nul n'a dénoncé avec plus de persévérance et de violence l'imposture universelle de son siècle. Pourtant, la vénération qui entoure, à la fin de sa vie, cet homme si peu conservateur qu'il rejette tout ce qui existe s'explique aisément : les uns acceptent volontiers qu'on dénonce les maux dont ils s'accommodent, à condition que les remèdes proposés relèvent d'une impossible utopie ; les autres sont reconnaissants, même à leurs adversaires, d'avoir eu l'honnêteté de décrire l'état de fait intolérable qu'ils veulent changer. C'est son « extrémisme » même qui fait de l'œuvre de Thomas Carlyle l'une des plus riches « carrières d'idées » du xixe siècle.

Survivre, se trouver

L'existence de Carlyle, si l'on excepte son mariage en 1826 avec Jane Welsh, tient tout entière en ces deux formules : survivre, se trouver. De condition modeste – son père était maçon et petit fermier – il assure sa survie par des moyens de fortune : ce sont d'abord des cours de mathématiques professés à l'école d'Annan, en Écosse, sa terre natale ; puis des traductions du français (un ouvrage scientifique et le Nouveau Christianisme de Saint-Simon en 1830), mais surtout de l'allemand (Wilhelm Meister de Goethe, 1824 ; German Romance, 1827) qui font de lui un ambassadeur de la culture germanique outre-Manche ; enfin, une série de longs articles pour diverses revues, dont le plus grand nombre est consacré à la littérature, mais où s'amorce une critique virulente de la société de son temps et s'annonce sa conception de l'histoire.

Se trouver, c'est la grande affaire de sa vie. Traduire finit par lui sembler une facilité que ses exigences de créateur le conduisent à refuser. Être le critique d'autrui fait naître en lui le désir de fournir aux autres matière à critiquer. Il veut être « une sorte d'artiste » et se désespère de n'y point parvenir. De 1822 à 1828, il tente plusieurs fois de faire la preuve de ses dons de créateur (Cruthers and Jonson, Illudo Chartis et Wotton Reinfred sont successivement m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'anglais, maître assistant à l'université de Nice

Classification


Autres références

«  CARLYLE THOMAS (1795-1881)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le compromis victorien »  : […] Le type le plus représentatif de ce « compromis victorien » est Thomas Babington Macaulay (1800-1859), mais il y eut plusieurs réactions d'un caractère idéaliste contre le rationalisme prédominant et l'illusion d'un équilibre enfin établi. Notamment Thomas Carlyle (1795-1881), qui, entre autres œuvres plus connues, critiqua l'organisation sociale moderne dans Past and Present (1843). Enthousiaste […] Lire la suite

ARNOLD MATTHEW (1822-1888)

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 1 606 mots

Dans le chapitre « Le professeur Arnold »  : […] Livré à lui-même, stimulé par l'exotisme persan ou la mythologie nordique, rehaussé par les comparaisons homériques et les effets de « style sublime », le classicisme n'a produit, dans la tragédie grecque de Merope , dans Sohrab and Rustum et Balder Dead que des exercices académiques et anémiques, une sorte de « poésie appliquée », illustrant moins la poésie que la chaire de poésie qu'Arnold occu […] Lire la suite

DICKENS CHARLES (1812-1870)

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 3 462 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La recherche »  : […] Ce qui caractérise la dernière période de sa vie (1852-1870), c'est un effort délibéré de renouvellement dans plusieurs directions successives. Celle du roman social est explorée dans Les Temps difficiles ( Hard Times , 1854), plaidoyer généreux mais imprécis et d'ailleurs bref pour une amélioration du sort des ouvriers. La Petite Dorrit ( Little Dorrit , 1855-1857) a de nouveau l'ampleur des roma […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel FUCHS, « CARLYLE THOMAS - (1795-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-carlyle/