KEYNES JOHN MAYNARD (1883-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie générale

L'intégration totale se réalise dans La Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (The General Theory of Employment, Interest and Money, 1936), fruit d'une collaboration intellectuelle de Keynes et d'un certain nombre de ses condisciples (Piero Sraffa, Richard Kahn, Joan Robinson, James Meade). La Théorie générale constitue une véritable révolution méthodologique, la macroanalyse qui fournit les catégories de base à la comptabilité nationale et donne une impulsion à l'élaboration de modèles mathématiques se substituant à l'approche individualiste traditionnelle. Elle constitue également une rupture théorique avec l'analyse classique selon laquelle l'insuffisante flexibilité des salaires empêcherait les mécanismes autorégulateurs du marché de fonctionner et de réaliser le plein-emploi. Pour Keynes, le sous-emploi ne relève pas des dysfonctionnements du marché du travail mais d'une insuffisance de la demande. En d'autres termes, au « chômage volontaire » des classiques lié à des exigences salariales trop élevées se substitue le « chômage involontaire » de Keynes lié à des dysfonctionnements du système d'économie de marché, ce qui impliquera, au plan politique, une relance par l'intervention de l'État.

Dans cet ouvrage se conjuguent raisonnement abstrait, observations factuelles, images audacieuses (comme la comparaison au chapitre 12 des opérations de placement et du mimétisme financier qui les guide à un concours de beauté ou encore, dans le dernier chapitre, la suggestion, pour sauver le capitalisme, à côté d'une socialisation de l'investissement, d'une euthanasie des rentiers) et polémiques (comme la critique de la conception du chômage de Pigou au chapitre 19). Dans ce livre qui constitue une réponse à la dépression des années 1930, d'où son impact et les nombreux commentaires dans les dix ans qui suivront sa publication, Keynes considère que le revenu national, c'est-à-dire le volume de la production globale, est lié au volume de l'emploi. La production dépend de la

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  KEYNES JOHN MAYNARD (1883-1946)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

John Maynard Keynes n'a jamais cessé de souligner que le libre jeu des marchés et de la concurrence ne conduit pas forcément à une situation économique satisfaisante (voir par exemple l'article « The End of Laissez-faire », publié en 1926). Les conceptions keynésiennes de la politique économique sont fondées sur ce principe premier. Elles se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_5186

THÉORIE GÉNÉRALE DE L'EMPLOI, DE L'INTÉRÊT ET DE LA MONNAIE, John Maynard Keynes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marion GASPARD
  •  • 1 060 mots

La célébrité de John Maynard Keynes (1883-1946), économiste à Cambridge et haut fonctionnaire, connaît son point culminant avec la publication de General Theory of Employment, Interest and Money (Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie). Non parce que ce livre résume parfaitement la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-generale-de-l-emploi-de-l-interet-et-de-la-monnaie/#i_5186

AGRÉGAT ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 482 mots

Dans le chapitre « De l'arithmétique politique à la comptabilité nationale »  : […] économique rencontre un renouveau de la pensée macroéconomique – auquel la personne de John Maynard Keynes sera bientôt associée – et conduit à chercher dans le calcul d'agrégats macroéconomiques de nouvelles façons de poser les problèmes. Les estimations du revenu national se multiplient et sont maintenant accompagnées de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agregat-economique/#i_5186

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les modèles purement autorégressifs de formation des anticipations »  : […] corrigent les mouvements du marché, les anticipations régressives sont stabilisantes. Dans la Théorie générale, Keynes recourt au modèle régressif : le partage opéré par chaque agent entre détention d'encaisses monétaires et acquisition de titres financiers est influencé moins par le niveau courant du taux d'intérêt que par l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/#i_5186

BRETTON WOODS CONFÉRENCE DE (1944)

  • Écrit par 
  • Alain-Pierre RODET
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Du 1er au 22 juillet 1944, au moment où la Seconde Guerre mondiale prend fin, une conférence monétaire et financière, placée sous l'égide de ce qui va devenir bientôt l'Organisation des Nations unies, se tient sur la côte est des États-Unis à Bretton Woods (N.H.). Quarante- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-de-bretton-woods/#i_5186

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalité du différentiel de change et du différentiel d'intérêt »  : […] C'est John Maynard Keynes (The Tract on Monetary Reform, 1923) qui a, le premier semble-t-il, établi cette relation, en se fondant sur une catégorie différente d'opérations : les arbitrages sur taux d'intérêt couverts en change. Il s'agit cette fois de tirer parti des différences de taux d'intérêt pouvant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-les-operations-de-change/#i_5186

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les accords de Bretton Woods »  : […] La Conférence de Bretton Woods aboutit à une organisation rationnelle des paiements au terme d'âpres discussions. Elles voient s'affronter les propositions de John Maynard Keynes, voulant créer avec le bancor une véritable monnaie mondiale (anationale), et celles du représentant de la Trésorerie américaine ; Harry Dexter White, partisan de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-le-systeme-monetaire-international/#i_5186

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'instabilité fondamentale des marchés financiers et les krachs boursiers »  : […] John Maynard Keynes, qui écrivait au lendemain de la grande crise de 1929, est sans doute l'économiste qui a donné l'analyse la plus éclairante de l'instabilité financière. Pour Keynes, le futur relève de l'incertitude dans nos économies. La raison principale de cette incertitude réside dans la difficulté d'effectuer des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-instabilite-financiere/#i_5186

CRISES FINANCIÈRES - Régulation financière internationale

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 4 704 mots

Dans le chapitre « À la recherche d'une nouvelle architecture financière internationale »  : […] et la stabilité financières sont antinomiques. Le retour à une régulation publique forte des acteurs privés et des marchés devient une nécessité. John Maynard Keynes, sans doute le plus grand économiste du xxe siècle, avait fait deux propositions pour assurer la maîtrise du système financier international : d'une part, instaurer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-financieres-regulation-financiere-internationale/#i_5186

DOLLAR

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 11 211 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le système de Bretton Woods »  : […] des alliances politique, commerciale et monétaire entre les Alliés se multiplient. Pour les monnaies, le plan Keynes prévoit une dénationalisation des liquidités internationales, une monnaie supranationale (le bancor), une Union internationale de compensation, véritable banque centrale et de crédit, ainsi que des taux de change […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dollar/#i_5186

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 719 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La révolution keynésienne »  : […] Keynes (1930, A Treatise on Money ; 1936, Théorie générale de l'emploi, l'intérêt et la monnaie), élève de Marshall, propose de changer de perspective. Selon Keynes, marshalliens et ricardiens commettent l'erreur commune de raisonner sur un niveau de revenu d'équilibre donné et ne se distinguent qu'à propos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-les-grands-courants/#i_5186

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les classiques au sens de Marx et au sens de Keynes »  : […] Keynes propose une définition alternative de l'école classique. Le texte le plus controversé de la pensée économique du xxe siècle, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, s'ouvre par deux chapitres qui énoncent une thèse d'histoire de la pensée économique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-l-ecole-classique/#i_5186

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Économie des conventions

  • Écrit par 
  • Philippe BATIFOULIER
  •  • 1 521 mots

Dans le chapitre « Des conventions de coordination aux représentations du collectif »  : […] les conventions produisent de l'ordre social, bien au-delà des comportements du quotidien, pose de sérieux problèmes à l'économie, comme l'a montré John Maynard Keynes dans sa Théorie générale (1936) en soulignant l'influence d'une convention en vigueur sur le marché financier. Sur un tel marché, mieux vaut avoir tort avec tous que raison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-economie-des-conventions/#i_5186

ÉQUILIBRE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 6 735 mots
  •  • 3 médias

John Maynard Keynes (1883-1946) a remis en cause cette vision optimiste de l'équilibre, en envisageant des situations, également d'équilibre, qui sont peu satisfaisantes – par exemple parce qu'elles comportent un chômage élevé (équilibre de sous-emploi). Pour cela, plutôt que d'évoquer des « forces » qui agissent dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-economique/#i_5186

F.M.I. (Fonds monétaire international)

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 3 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La naissance du F.M.I. »  : […] John Maynard Keynes, qui menait les négociations au nom du Royaume-Uni, soutenait l'idée d'une de faire du Fonds une banque centrale mondiale « qui aurait avec les banques centrales nationales des relations semblables à celles qui existent entre chaque banque centrale et ses banques subordonnées ». L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonds-monetaire-international/#i_5186

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La demande effective et le multiplicateur d'investissement »  : […] En ligne avec le principe d'accélérateur, John Maynard Keynes, dans la Théorie générale (1936), a particulièrement insisté sur le rôle de la demande anticipée. Il a notamment insisté sur les facteurs psychologiques à l'œuvre dans la décision d'investir. L'incertitude des résultats […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_5186

JOHANNSEN NICHOLAS

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 368 mots

Exhumé par Hutchinson dans sa Revue des doctrines économiques, 1870-1929 (A Review of Economic Doctrines, 1870-1929, 1953), l'auteur hérétique Nicholas Johannsen annonce, par bien des traits, la doctrine keynésienne. Employé de commerce, utilisant des pseudonymes pour être publié, Johannsen rédigea ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicholas-johannsen/#i_5186

LIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Francis BALLE
  •  • 6 797 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le libéralisme économique »  : […] certains libéraux de la « question sociale ». Après Léon Walras, Keynes a cédé, entre 1910 et 1930, à la tentation de la technique économique, de l'économie « pure », renonçant du même coup à la réflexion sur la finalité de la société. Qu'il s'agisse du plein emploi, de la redistribution des revenus ou du développement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberalisme/#i_5186

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 113 mots

Dans le chapitre « Investigations macro et microéconométriques sur l'épargne des ménages »  : […] de consommation inscrite dans le modèle du multiplicateur. Dans la théorie générale, Keynes s'était expliqué à son sujet, lui consacrant le chapitre 10 intitulé « La Propension marginale à consommer et le multiplicateur ». Il avait alors fait appel à la psychologie pour justifier l'hypothèse selon laquelle normalement le paramètre a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_5186

MACROÉCONOMIE - Emploi

  • Écrit par 
  • Bernard GAZIER
  •  • 9 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Macroéconomie de l'emploi : prix ou quantités ? »  : […] La mise en évidence et en question des conséquences d'un tel raisonnement transposé à l'échelle d'un pays et la contestation par John Maynard Keynes de sa logique sous-jacente ont donné naissance à la macroéconomie. Les grands débats qu'a suscités la crise de 1929 ont opposé les partisans du retour à une supposée loi du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-emploi/#i_5186

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Dans le chapitre « Les trois objectifs de la politique économique »  : […] revêtent souvent un caractère cumulatif et sont entretenus par les anticipations pessimistes ou optimistes des agents. John Maynard Keynes fut le premier, lors de la crise des années 1930, à prôner une intervention de l'État destinée à réduire ces déséquilibres par une régulation de la demande globale. L'État peut mettre en œuvre des politiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-politique-economique/#i_5186

M. KEYNES ET LES " CLASSIQUES ": PROPOSITION D'UNE INTERPRÉTATION, John R. Hicks - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Sébastien LENFANT
  •  • 1 236 mots
  •  • 1 média

Dès sa parution en 1936, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie de John Maynard Keynes fait l'objet de lectures plurielles dont le but est de modéliser les traits essentiels de l'ouvrage et d'engager une comparaison avec le modèle « classique » (au sens de Keynes, c'est-à-dire d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-keynes-et-les-classiques-proposition-d-une-interpretation/#i_5186

MONNAIE - Théorie économique de la monnaie

  • Écrit par 
  • Patrick VILLIEU
  •  • 7 465 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Qu'est-ce que la liquidité ? »  : […] au sein de l'ensemble des processus financiers (ce que préconisaient notamment John Gurley et Edward Shaw en 1960). D'après la conception de Keynes (1930) dans le Traité sur la monnaie, la liquidité des actifs, et, en conséquence, leur substituabilité à la monnaie, est une question de degré : un actif est plus liquide qu'un autre s'il est « plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-theorie-economique-de-la-monnaie/#i_5186

LA MONNAIE ENTRE VIOLENCE ET CONFIANCE, M. Aglietta et A. Orléan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jézabel COUPPEY
  •  • 1 034 mots

Lectures d'économie politique publié en 1906. Trente années plus tard, John Maynard Keynes porte le coup le plus sévère à la thèse de la neutralité monétaire dans la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), en fondant la théorie monétaire contemporaine sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-monnaie-entre-violence-et-confiance/#i_5186

NEW DEAL

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 3 823 mots
  •  • 2 médias

Certains ont voulu voir dans l'expérience du New Deal une manifestation des idées keynésiennes. Tout au plus peut-on parler d'une concomitance, non d'une influence. Car si Roosevelt eut l'occasion de rencontrer John Maynard Keynes, il déclara ne rien comprendre à ses théories, et le grand ouvrage de l'économiste anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/new-deal/#i_5186

NOUVELLE ÉCOLE CLASSIQUE (N.E.C.), économie

  • Écrit par 
  • François LANGOT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « De la révolution keynésienne à la contre-révolution des nouveaux classiques »  : […] est née de l'impuissance de la théorie classique à expliquer la dépression des années 1930. À l'époque de la grande dépression, John Maynard Keynes juge la théorie classique incapable d'expliquer l'ampleur des niveaux de chômage et inapte à formuler des recommandations simples de politique économique. Avec la Théorie générale de l'emploi, de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-ecole-classique-n-e-c-economie/#i_5186

POUR UNE APPROCHE COGNITIVE DES CONVENTIONS ÉCONOMIQUES, André Orléan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 240 mots

Dans le chapitre « Incertitude et coordination mimétique : les conventions appliquées aux marchés financiers »  : […] André Orléan applique l'analyse des conventions aux marchés financiers, dont la capacité d'autorégulation est limitée. Reprenant ici l'argumentation de John Maynard Keynes sur les anticipations (le « concours de beauté » du chapitre xii de la Théorie générale), il montre le caractère « autoréférentiel » du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pour-une-approche-cognitive-des-conventions-economiques/#i_5186

PRIX ET PRODUCTION, Friedrich von Hayek - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 001 mots

aura, tout au long des années 1930, un retentissement extraordinaire en Angleterre, et alimentera les débats opposant d'un côté Keynes et les « keynésiens » de Cambridge, et de l'autre Hayek et les « autrichiens » de Londres. Le débat ouvert par cet ouvrage est l'un des plus importants en cette période des années 1930 que l'on considère comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-et-production/#i_5186

SPÉCULATION

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 2 224 mots

Dans le chapitre « La spéculation est-elle déstabilisante ? »  : […] Aujourd'hui, l'essentiel des opérations financières à l'échelle de la planète consiste en de tels va-et-vient incessants. John Maynard Keynes, qui, dans sa Théorie générale (1936), fait par ailleurs de la spéculation l'un des motifs de la demande de monnaie, ne s'y était pas trompé lorsqu'il écrivait : « Le risque de la spéculation tend à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speculation/#i_5186

STERLING LIVRE

  • Écrit par 
  • Sophie BRANA, 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 7 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La convertibilité externe »  : […] mouvement de repli sur l'Europe, voire sur la seule zone sterling. La délégation britannique aux négociations de Bretton Woods en 1944, où Keynes joue un rôle important, recommande un mécanisme de compensation multilatérale des paiements, des taux de change stables mais flexibles, une reconstitution des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-sterling/#i_5186

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « La conception néo-classique du taux d'intérêt réel »  : […] pas nécessairement au taux d'intérêt. Il peut s'agir d'une épargne dite de « précaution » destinée à se prémunir contre les aléas de l'existence comme le chômage. Dans ce cas, l'épargne ne dépend pas du taux d'intérêt réel, mais seulement du revenu, comme le pensait John Maynard Keynes. La conception du taux d'intérêt est alors bien différente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_5186

TIERS MONDE

  • Écrit par 
  • Sylvie BRUNEL, 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 15 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le piège de l'endettement extérieur »  : […] dans laquelle s'était trouvée l'Allemagne de payer ses dettes avait donné l'occasion à John Maynard Keynes de faire progresser la théorie dite des transferts. Tout endettement extérieur vient perturber l'identité établie à l'intérieur de la nation entre le produit et les revenus distribués. Il vient modifier les conditions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiers-monde/#i_5186

TOBIN JAMES (1918-2002)

  • Écrit par 
  • Bruno JETIN
  •  • 1 107 mots

la liquidité (Liquidity Preference as Behavior toward Risk, 1958). Keynes avait innové en 1936 en montrant qu'un agent économique pouvait détenir de la monnaie pour « un motif de spéculation », en fonction de l'incertitude, plus ou moins forte, concernant le taux d'intérêt et le prix des titres. Mais une limite tenait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-tobin/#i_5186

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « KEYNES JOHN MAYNARD - (1883-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-maynard-keynes/