GALBRAITH JOHN KENNETH (1908-2006)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un ardant défenseur de l'action publique

Cette théorie souffre selon lui d'un vice initial qui est de partir d'hypothèses erronées. La vision d'un monde où des producteurs en situation d'égalité baissent régulièrement leur prix pour conserver leur part de marché, et ce pour le plus grand bénéfice des consommateurs, est à ses yeux une imposture. Les entreprises font tout pour échapper à la concurrence et y parviennent sans trop de difficultés. Quelques firmes de référence contrôlent l'économie mondiale, imposent leurs prix à leurs fournisseurs et à leurs clients et accumulent les profits. L'entrepreneur qui, par son audace et son inventivité, serait à l'origine de la croissance économique n'existe plus s'il a jamais existé. Il a cédé la place au „manager“ qui, formé dans des business school, applique sans états d'âme des méthodes scientifiques de gestion et de contrôle des marchés. Ce manager a alors son pendant dans les pays socialistes où le planificateur organise l'économie selon des critères qui, malgré un vocabulaire différent, sont les mêmes que ceux des dirigeants du capitalisme. Dès lors, l'État doit mener des actions de défense des pauvres et des perdants. Première action, celle keynésienne de soutien à l'activité économique par la politique budgétaire, pour éviter le chômage ; deuxième action, celle d'un État-providence généreux qui mette les plus faibles à l'abri du besoin ; troisième action, la mise en place de tout un arsenal juridique de protection des consommateurs.

Galbraith ne se contente pas de théoriser. Il s'engage dans l'action politique au sein du Parti démocrate et devient, en 1961, conseiller du président John Fitzgerald Kennedy. Ses rapports avec le monde politico-administratif de Washington ne sont cependant pas des meilleurs. Il préfère se faire nommer ambassadeur en Inde (1961-1963) et, quand il revient aux États-Unis, il rompt même avec le président Johnson à cause de la guerre du Vietnam. Il préférera influ [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GALBRAITH JOHN KENNETH (1908-2006)  » est également traité dans :

LE NOUVEL ÉTAT INDUSTRIEL, John Kenneth Galbraith - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne-Sophie FRAISSE
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

The New Industrial State (Le Nouvel État industriel) constitue l'ouvrage majeur et central d'une trilogie qui tente de construire une vision d'ensemble des réalités économiques contemporaines. John Kenneth Galbraith (1908-2006) y présente l'économie américaine comme un système dualiste partagé entre une […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Retour de la crise ? »  : […] Beaucoup d'analystes discernent cependant, au sein de la reprise actuelle, de nombreux déséquilibres qui les conduisent à cette conclusion inquiétante : la vraie crise est devant nous. Tel est le point de vue que développe John Kenneth Galbraith. Il note de grandes ressemblances entre le début des années 1980 et la fin des années 1920 : envolée des cours boursiers, gonflement de la « bulle financ […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 280 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

INNOVATION, notion d'

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 1 539 mots

Dans le chapitre « D'où vient l'innovation ? »  : […] Dans la Théorie de l'évolution économique publiée en 1912, Schumpeter met en avant le rôle central de l'entrepreneur individuel comme moteur de l'innovation et du progrès économique. Mû par la perspective d'un profit de monopole en cas de succès (avant d'être concurrencé par des « entrepreneurs-imitateurs »), l'entrepreneur-innovateur s'engouffre dans les occasions d'innover offertes par l'évol […] Lire la suite

INNOVATION

  • Écrit par 
  • Abdelillah HAMDOUCH
  •  • 8 852 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle de la « big science » »  : […] Ces analyses seront systématisées plus tard par John Kenneth Galbraith dans Le Nouvel État industriel (1967), où il analyse les structures et l'évolution du capitalisme américain moderne. Pour lui, l'innovation « rationalisée » (de même que la gestion des grandes entreprises) relève désormais essentiellement de spécialistes formés et compétents (formant ce qu'il appelle la « technocratie ») qui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marc DANIEL, « GALBRAITH JOHN KENNETH - (1908-2006) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-kenneth-galbraith/