LORRE PETER (1904-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 26 juin 1904 à Rózsahegy, en Autriche-Hongrie Peter Lorre, de son vrai nom László Loewenstein, joue de petits rôles dans une troupe de théâtre allemande à partir de 1921. Il accède à la notoriété internationale lorsqu'il incarne un meurtrier d'enfants psychotique, au visage rond et à la voix douce, dans le grand classique du cinéma allemand, M le maudit (1931), réalisé par Fritz Lang. Son interprétation est considérée comme l'une des plus fortes de l'histoire du cinéma. Trois ans plus tard, Lorre tourne son premier film en anglais, la première version de The Man Who Knew Too Much (L'Homme qui en savait trop) d'Alfred Hitchcock, puis fait ses débuts dans les studios hollywoodiens grâce à Mad Love (1935, Les Mains d'Orlac) de Karl Freund. Cette prestation est suivie d'autres rôles de personnages troubles ou maléfiques dans des films tels que Crime and Punishment (1935, Remords) de Josef von Sternberg, The Maltese Falcon (1941, Le Faucon maltais) de John Huston, Casablanca (1942) de Michael Curtiz ou encore The Beast with Five Fingers (1946, La Bête aux cinq doigts). Peter Lorre campe également un détective japonais dans la série des Mr Moto (1937-1939). Ses films ultérieurs parfont l'image inquiétante qu'il donne à l'accoutumée. Après avoir dû fuir d'Allemagne nazie, Peter Lorre tenta un retour dans ce pays après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour y tourner son seul film comme metteur en scène, Der Verlorene (L'Homme perdu, 1951).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LORRE PETER (1904-1964)  » est également traité dans :

M LE MAUDIT, film de Fritz Lang

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 970 mots

Dans le chapitre « M, un film remarquable et dérangeant »  : […] Le film offre d'abord le portrait très réaliste d'une métropole européenne au début des années 1930. Fritz Lang décrit minutieusement l'appareil d'État de la République de Weimar, le ministère de l'Intérieur et la Préfecture de police avec son débonnaire commissaire Karl Lohman et ses collaborateurs maniaques. Il y a ensuite la société parallèle des truands avec ses « syndicats », ceux des cambrio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/m-le-maudit/#i_37182

Pour citer l’article

« LORRE PETER - (1904-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-lorre/