ROBINSON JOAN VIOLET (1903-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les années de l'entre-deux-guerres ont pu être qualifiées d'années de la haute théorie, tant cette période de stagnation et de crise a été cruciale pour le renouvellement de la pensée économique dans tous les domaines, qu'il s'agisse de la théorie de la valeur, de l'analyse monétaire ou de la compréhension du mécanisme des cycles et de la croissance. À ce renouvellement est associé le nom de Joan Robinson. Avec Richard Kahn, John Maynard Keynes, Piero Sraffa et d'autres aussi, elle anime par ses recherches et son enseignement ce qui deviendra l'école de Cambridge, dont l'influence reste considérable pour la critique de l'économie néoclassique.

Joan Violet Robinson

Joan Violet Robinson

Photographie

Joan Violet Robinson (1903-1983). Économiste britannique, éminente figure de l'école de Cambridge et de la révolution keynésienne. Ses deux ouvrages majeurs, L'Économie de la concurrence imparfaite (1933) et L'Accumulation du capital (1956), rencontreront cependant un succès modéré,... 

Crédits : D.R.

Afficher

Les contributions les plus significatives de Joan Robinson ont trait à une reconsidération de la théorie de la valeur et à la révision du concept d'équilibre à partir de laquelle est élaborée une critique radicale des théories néoclassiques de la production et du capital. Ces contributions sont articulées dans un projet de synthèse, ambitieux mais inachevé, entre les apports de Ricardo et ceux de Keynes.

Joan Robinson propose une reconsidération de la théorie de la valeur dans un ouvrage (The Economics of Imperfect Competition, Macmillan, Londres, 1933) qui pose les premières bases d'une théorie de la concurrence imparfaite, en continuité et en harmonie avec le travail de pionnier réalisé par Piero Sraffa sur les lois de rendements et la concurrence. Avec Joan Robinson, la théorie de la valeur perd cette simplicité liée à l'analogie autrefois réalisée avec la mécanique, et procède désormais d'une taxonomie : autant que l'on puisse définir la notion d'industrie, la demande pour le produit de cette industrie peut prendre une infinie variété de formes, elle peut aussi évoluer de différentes manières ; il en va de même pour les coûts de production, de telle sorte que prix et quantités sont le résultat d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROBINSON JOAN VIOLET (1903-1983)  » est également traité dans :

L'ACCUMULATION DU CAPITAL, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 007 mots
  •  • 1 média

En 1956, la Britannique Joan Violet Robinson (1903-1983) est une figure marquante du courant keynésien. Depuis l'article de John Hicks en 1937 qui, en cherchant à amalgamer keynésianisme et théorie néo-classique, a conduit au célèbre modèle IS-LM, la réflexion des économistes a porté sur les moyens de concilier ou de dépasser dans tous les domaines de l'économie les divergences entre ces deux appr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-accumulation-du-capital-joan-violet-robinson/#i_44317

L'ÉCONOMIE DE LA CONCURRENCE IMPARFAITE, Joan Violet Robinson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

C'est en 1933 que la Britannique Joan Violet Robinson (1903-1983) publie avec The Economics of imperfect competition (L'Économie de la concurrence imparfaite), son premier livre significatif. Elle a trente ans et fait partie des économistes de Cambridge – le Cambridge Circus – qui depuis la mort d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-economie-de-la-concurrence-imparfaite/#i_44317

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

  • Écrit par 
  • Olivier BROSSARD
  •  • 8 210 mots

Dans le chapitre « La pensée cambridgienne »  : […] Même si le programme de recherche initié par Keynes semblait devoir se focaliser principalement sur les problèmes de court terme – comme le suggère sa fameuse phrase : « À long terme nous serons tous morts » –, une approche centrée sur les questions de croissance à long terme doit être rattachée au keynésianisme. Cette école de pensée, dont les protagonistes (Roy Harrod, Nicholas Kaldor, Luigi Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-histoire-de-la-pensee-economique-keynesianisme/#i_44317

Pour citer l’article

Jean-Luc GAFFARD, « ROBINSON JOAN VIOLET - (1903-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joan-violet-robinson/