SRAFFA PIERO (1898-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études à l'université de Turin, l'économiste Piero Sraffa a enseigné à Cagliari ; il fut professeur et directeur de recherches à Trinity College et à l'université de Cambridge. Il a préparé l'édition complète des œuvres et de la correspondance de David Ricardo (10. vol., 1951-1955) et publié de nombreux articles. Son œuvre maîtresse, La Production de marchandises par des marchandises (Production of Commodities by Means of Commodities), fut publiée en 1960. Si le but premier de cet ouvrage, dont le sous-titre, Prélude à une critique de la théorie économique, indique bien la perspective adoptée par l'auteur, n'est pas de discuter la théorie marginaliste qui s'organise autour de l'idée centrale que la valeur est déterminée par le « degré final d'utilité », l'ensemble des propositions qui y sont avancées est néanmoins considéré par Sraffa comme destiné à fonder une critique de cette théorie.

L'orientation fondamentale de cet ouvrage marque une rupture manifeste avec les principes de l'analyse néoclassique, centrée, selon l'auteur, sur la notion d'un changement dans la production qui est à l'origine du produit (ou du coût) marginal ; Sraffa lui-même exclut explicitement de sa problématique toute question relative à la variation des rendements ainsi qu'aux modifications intervenant dans la proportion des facteurs utilisés ou dans l'échelle de la production. Dans sa démonstration, Sraffa avance le concept de marchandise-étalon, qui se révèle être un outil d'analyse particulièrement fructueux : il s'agit d'une marchandise « composite », formée par la sélection de certaines marchandises employées comme biens de production et organisées comme un système économique complet en miniature, les différentes marchandises étant représentées dans les mêmes proportions que les quantités totales des moyens de production réellement utilisés.

Sraffa insiste à plusieurs reprises sur les liens qui rattachent ses conceptions d'ensemble aux théories des économistes de l'école classique, en particulier Ricardo et Quesnay, dont il rappelle l'analyse des mécanismes de production et de consommation conçus comme processus circulaire (en opposition avec la vision, proposée par la théorie moderne, d'un schéma linéaire conduisant des facteurs de production aux biens de consommation).

—  Christine BARTHET

Écrit par :

  • : licenciée en droit, diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  SRAFFA PIERO (1898-1983)  » est également traité dans :

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mesure invariable des valeurs et la relation entre salaire et profit »  : […] Une caractéristique importante de l'école classique est d'accorder une importance cruciale à la question du référentiel des prix. Smith considère que la monnaie n'est pas une bonne mesure des prix (des valeurs d'échange) des marchandises parce que, lorsqu'on observe un mouvement de prix monétaire, il n'est pas possible de distinguer entre la variation qui affecte la valeur de la marchandise consi […] Lire la suite

TECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Cornélius CASTORIADIS
  •  • 12 508 mots

Dans le chapitre « Continuité et discontinuité »  : […] Les considérations précédentes peuvent être précisées par l'examen du rapport entre deux secteurs plus que proches de la vie sociale, la technique et l'économie. De ses origines jusqu'à maintenant, l'économie politique a posé comme « donnés » un ensemble de facteurs (conditions géographiques et climatiques, population, institutions, etc.) parmi lesquels l'« état de la technique » ; sur ces « donné […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine BARTHET, « SRAFFA PIERO - (1898-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-sraffa/