MURAT JOACHIM (1767-1815) roi de Naples (1808-1815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le moins étonnant de la vie de ce centaure n'est pas que Murat, fils d'un aubergiste du Quercy, ait débuté par le séminaire et ait été ordonné sous-diacre ; mais cette erreur d'orientation initiale est vite réparée : renvoyé du séminaire, il s'engage dans la cavalerie dès 1787, pour vingt-huit ans. Ardent patriote, le chef d'escadron Murat change un temps son nom en celui de Marat, est dénoncé comme robespierriste après le 9-Thermidor et laissé sans emploi ; sa bonne chance est de se trouver à Paris, attendant une affectation qui ne vient pas, quand Bonaparte bat le rappel des officiers républicains disponibles le 13 vendémiaire ; en un raid audacieux, Murat lui amène quarante canons dont il s'est rendu maître au dépôt des Sablons ; aussitôt nommé premier aide de camp de Bonaparte, bientôt général de division, Murat ne le quitte plus ; il va zébrer tous les champs de bataille de l'Italie et de l'Égypte par ses fulgurantes charges de cavalerie, en attendant ceux de Marengo, d'Austerlitz, d'Eylau, et tant d'autres encore. Tel il est en 1799, tel il ne changera plus : un héros doué d'un éclatant magnétisme qui en fait un irrésistible, un incomparable entraîneur d'escadrons ; mais, dès qu'il ne charge plus, un très médiocre manœuvrier, une tête faible, trop chaude et trop confiante en la désarmante naïveté de ses ruses.

Portrait équestre de Joachim Murat, roi de Naples, A. J. Gros

Diaporama : Portrait équestre de Joachim Murat, roi de Naples, A. J. Gros

Antoine Jean GROS, Portrait équestre de Joachim Murat, roi de Naples, huile sur toile. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le 19 brumaire, à Saint-Cloud, c'est d'ailleurs la tête folle qui sauve le profond génie, par une charge de grenadiers (à pied !) contre les parlementaires, qui restera la plus efficace de toutes les charges de Murat. Bonaparte l'en récompense en lui donnant la préférence sur Lannes pour épouser sa sœur Caroline. Choix déplorable : appelé peu à peu à jouer les premiers rôles de par la politique familiale de son auguste beau-frère, Murat verra croître ses ambitions, attisées par son intrigante épouse, sans voir croître pour autant ses capacités intellectuelles ; aucun honneur ne lui suffira plus. On comprend son étonnement à se voir nommer grand-amiral en 1804, alors qu'il aurait jugé moins humoristique de se trouver connétable ; on comprend moins qu'il ait estimé si méprisable le grand-duché de Berg en 1806. En novembre 1806, après avoir accompli sa meilleure performance de chef de guerre en dirigeant, à une allure endiablée, toute la poursuite rayonnante de l'armée prussienne après Iéna, il entre à Varsovie, dans un de ces uniformes magnifiquement chamarrés qu'il affectionne ; il espère bien que Napoléon le fera roi de Pologne : déception — il aura exhibé son panache pour le roi de Saxe ! En 1808, il entre à Madrid de même ; il espère bien que Napoléon le fera roi d'Espagne : déception — il aura fait fusiller les insurgés madrilènes pour son beau-frère Joseph ! Cette fois, Murat en tombe malade d'une vraie jaunisse, et il accepte le royaume de Naples, vacant, comme un bien faible dédommagement. Pendant quatre ans, pourtant, cette tête folle se montrera à Naples un roi assez sage, et presque débonnaire. Arrive la campagne de Russie : Murat, malgré ses prodiges de valeur coutumiers, y est responsable en partie du désastre par l'imprévoyance des approvisionnements en fourrage pour la cavalerie. C'est à lui pourtant que Napoléon commet la faute de laisser le commandement en décembre ; l'incurie de Murat transforme une retraite déjà dramatique en une irréparable débâcle. Et soudain il quitte son commandement, regagne en toute hâte son royaume : il va commencer des négociations secrètes avec les Alliés pour dissocier son trône de celui de son beau-frère.

À Leipzig, en octobre 1813, il charge encore avec sa bravoure habituelle ces mêmes Alliés avec lesquels il poursuit ses tractations. Bientôt il se lie par traité avec l'Autriche et l'Angleterre et, en mars 1814, se joint à eux pour prendre à revers l'armée du prince Eugène. Mais, dès l'ouverture du Congrès de Vienne, Murat se rend compte qu'il a été dupé et que les Alliés, poussés par Talleyrand, veulent rendre son royaume aux Bourbons. Il négocie alors sa réconciliation avec Napoléon, mais agit encore à contretemps. Le 30 mars 1815, il appelle tous les Italiens à l'indépendance par une proclamation qu'ont inspirée ses amis carbonari, prend l'offensive, pousse jusqu'à Modène, se fait écraser à Tolentino (2 mai) et doit s'embarquer précipitamment pour la France, où l'Empereur le tolère froidement et ref [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MURAT JOACHIM (1767-1815) roi de Naples (1808-1815)  » est également traité dans :

BONAPARTE CAROLINE (1782-1839) grande-duchesse de Berg (1806-1808) reine de Naples

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 295 mots

La plus jeune des « trois Grâces » de la famille Bonaparte fait assez ingrate figure, dans l'imagerie impériale, à côté de ses sœurs, d'Élisa, la femme bas-bleu et l'énergique administratrice, et de l'enchanteresse Pauline. Pourtant Caroline ne manque ni de charme (un très beau portrait d'Ingres en témoigne), ni d'amants (une de ses liaisons faillit provoquer un duel scandaleux entre Junot et Mura […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La troisième coalition »  : […] Napoléon songeait-il sérieusement à envahir l'Angleterre lorsqu'il massait sur le littoral cent cinquante mille hommes dont le quartier général était établi au camp de Boulogne ? L'entreprise ne pouvait réussir que si l'empereur s'assurait la maîtrise de la Manche pendant six jours. Mais les manœuvres de diversion tentées par Villeneuve échouèrent. En revanche, l'Angleterre réussit à s'assurer l' […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La guerre d'indépendance »  : […] Après l'émeute d'Aranjuez, Murat convainquit Ferdinand VII de se rendre à Bayonne auprès de Napoléon qui obtint son abdication. Une assemblée de notables reconnut Joseph Bonaparte comme roi et adopta une nouvelle constitution. Le Conseil de Castille se rallia à Joseph qui trouva le soutien d'un parti recruté surtout dans les classes supérieures de la société, celui des afrancesados. Mais la mass […] Lire la suite

FIESCHI GIUSEPPE (1790-1836)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 476 mots

Né à Murato (Corse) d'une famille misérable, Giuseppe Fieschi s'engage à seize ans dans l'armée de Murat, où il gagne les galons de sergent. Intelligent, mais fourbe et intrigant, il trahit ses chefs en livrant des renseignements aux Autrichiens. Il parvient cependant à entrer dans les gardes du corps du roi de Naples et fait, avec bravoure, les campagnes napoléoniennes de 1812 à 1814. Fieschi tra […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'Italie napoléonienne »  : […] Bonaparte, qui s'est emparé du pouvoir par le coup d'État du 18 brumaire (9-10 nov. 1799), redresse la situation. La victoire de Marengo (14 juin 1800) et la paix de Lunéville (9 févr. 1801) replacent l'Italie sous l'hégémonie française. Durant le Consulat, puis l' Empire, Napoléon, qui n'a pas de politique italienne préméditée, va opérer, au gré des circonstances, des remaniements autoritaires s […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 950 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Lumières et révolutions »  : […] La guerre de la Succession d'Espagne transforme la situation politique de l'Italie : les Autrichiens s'emparent en 1707 de Naples, dont le traité d'Utrecht (1713) leur reconnaît la possession, en donnant la Sicile à la Savoie. Pendant une vingtaine d'années, le sort des deux régions reste incertain : en 1718, la Sicile revient à l'empereur ; en 1734, Charles, fils de Philippe V d'Espagne et d'Éli […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « MURAT JOACHIM (1767-1815) - roi de Naples (1808-1815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-murat/