BONAPARTE CAROLINE (1782-1839) grande-duchesse de Berg (1806-1808) reine de Naples

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La plus jeune des « trois Grâces » de la famille Bonaparte fait assez ingrate figure, dans l'imagerie impériale, à côté de ses sœurs, d'Élisa, la femme bas-bleu et l'énergique administratrice, et de l'enchanteresse Pauline. Pourtant Caroline ne manque ni de charme (un très beau portrait d'Ingres en témoigne), ni d'amants (une de ses liaisons faillit provoquer un duel scandaleux entre Junot et Murat), ni même d'une certaine intelligence. Mais elle n'a ni la lucidité mesurée de l'aînée ni l'heureux caractère de la deuxième ; elle est affligée d'une ambition politique redoutable et elle s'estime sans cesse frustrée. Dès qu'elle a épousé Murat en 1800, elle ne cesse de le pousser en avant, pour des mobiles où l'amour conjugal a peu de part. Elle exerce un ascendant croissant sur le faible caractère de son mari, prend une part active et adroite au gouvernement du royaume de Naples et convoite la domination de l'Italie entière. À partir de 1812, c'est elle qui pousse Murat à prendre ses distances d'avec Napoléon ; en 1813, c'est elle qui négocie en secret avec les Autrichiens ; en 1814, c'est elle encore qui entraîne Murat à consommer sa défection. Elle avait cru sottement (malgré son intelligence) que son trône pourrait survivre à celui du frère auquel elle devait tout ; elle n'en sera que plus amèrement déçue quand elle verra son royaume menacé au Congrès de Vienne par les intrigues de Talleyrand ; elle laissera son mari jouer le tout pour le tout en 1815 ; il y perdra d'abord leur couronne et enfin sa vie. La veuve Murat finira ses jours à Trieste sous le nom de comtesse Lipona (anagramme de Napoli).

—  Jean MASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONAPARTE CAROLINE (1782-1839) grande-duchesse de Berg (1806-1808) reine de Naples  » est également traité dans :

MURAT JOACHIM (1767-1815) roi de Naples (1808-1815)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 933 mots
  •  • 1 média

Le moins étonnant de la vie de ce centaure n'est pas que Murat, fils d'un aubergiste du Quercy, ait débuté par le séminaire et ait été ordonné sous-diacre ; mais cette erreur d'orientation initiale est vite réparée : renvoyé du séminaire, il s'engage dans la cavalerie dès 1787, pour vingt-huit ans. Ardent patriote, le chef d'escadron Murat change un temps son nom en celui de Marat, est dénoncé com […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « BONAPARTE CAROLINE (1782-1839) - grande-duchesse de Berg (1806-1808) reine de Naples », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caroline-bonaparte/