JEUJeu et rationalité

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie « globale » et les apories rationalistes

Le « réel » et l'«  imaginaire »

À travers leur critique de la conception rationaliste du jeu, conception où s'opposent jeu et sérieux, loisir et travail, jeu et réel, etc., les tenants de la théorie « globale » du jeu prétendent faire la critique de tout dualisme dans les différents champs des études anthropologiques. Celui qu'ils attaquent le plus directement à travers leur théorie du jeu, c'est le dualisme qui consiste – en littérature, dans les arts, en politique, en histoire – à opposer le réel et l'imaginaire, c'est-à-dire à prétendre qu'il existe une réalité objective indépendante de l'interprétation dont les hommes la colorent selon les vœux – inconscients, bien entendu – de la culture à laquelle ils appartiennent. Ainsi, on a pu dire (J. Derrida, S. Moscovici) qu'il n'existe pas une nature qui serait universellement la même dans le temps et l'espace, mais que cette nature change, qu'elle n'est pas la même d'une culture à l'autre. Parler de « réalisme » serait donc un non-sens, car il n'y a jamais un réel dont on s'écarterait plus ou moins. Tout réel est imprégné d'imaginaire. Aucun phénomène anthropologique ne saurait alors être interprété comme un signifiant-imaginaire flottant, variable, qui coïnciderait plus ou moins fidèlement avec un signifiant-réel, fixe et stable.

Dans le cas de l'étude d'une œuvre d'art, par exemple, qui se veut fondée anthropologiquement, le travail critique ne consiste donc pas à mesurer et à noter le prétendu écart, ou la prétendue déviation, entre l'œuvre, prise comme « morceau d'imaginaire », et le « réel » (la réalité psychologique, sociologique, historique ou autre) à partir duquel ladite œuvre aurait été produite. Une telle mesure permettrait au critique de se prononcer sur le degré de réalisme, d'irréalisme, de fantastique, de grotesque, de naturalisme, qui affecte cette œuvre. En fait, il n'en est rien, puisque le réel n'est pas ce fond neutre et objectif sur lequel se détacherait et se me [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : licencié ès lettres, Ph. D., associate professor, Yale University, Connecticut, États-Unis

Classification

Autres références

«  JEU  » est également traité dans :

JEU - Le jeu dans la société

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 4 893 mots
  •  • 2 médias

À travers ses manifestations diverses, le jeu apparaît en définitive comme une manière de prendre quelque distance à l'égard des déterminations qui, dans la vie sociale courante, fixent l'individu à sa place et le situent dans le monde qui l'entoure. On retrouve ainsi l'un des sens apparemment secondaires du mot, puisque l'on dit d'une pièce qui n'est pas entièrement prise dans un mécanisme qu'ell […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans quelle mesure existe-t-il une ethnologie et une sociologie du jeu ? Quelles sont leurs bases et leurs limites ? Biologistes et psychologues présentent de multiples arguments pour justifier l'hypothèse d'un instinct et d'un besoin de jeu qui meuvent le corps humain avec la même force que les instincts et besoins alimentaires, sexuels et créateurs. Les c […] Lire la suite

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

L'importance du jeu a toujours été aperçue par la pédagogie, depuis Platon qui prônait déjà des jeux éducatifs pour les jeunes enfants. Le jeu est passé au premier plan des préoccupations avec les divers mouvements dits d'éducation nouvelle, aux alentours de 1900. Cependant, pour bien juger du rôle pédagogique du jeu enfantin, il est nécessaire d'en connaître exactement la nature, ce qui conduit a […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

Dans le chapitre « Catharsis et dialogue »  : […] À travers l'expérience ek-statique du détachement de l'âme du corps – expérience issue des rites dionysiaques – se sédimente, au fil de la tradition orphico-pythagoricienne, une certaine signification de la notion de catharsis, et c'est en fait comme purification morale et intellectuelle seulement possible au niveau du dialogue que la catharsis inaugure, chez Platon, le discours philosophique. Te […] Lire la suite

AXELOS KOSTAS (1924-2010)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 846 mots
  •  • 1 média

Par sa vie et sa pensée Kostas Axelos , né à Athènes le 26 juin 1924, n'a cessé d'interroger les horizons du monde, son déploiement et ses métamorphoses. Les thèses qu'il soutient à Paris, en 1959, sont consacrées respectivement à l'aurore poétique et énigmatique de la philosophie, avec Héraclite ( Héraclite et la philosophie , 1962) et à son crépuscule technique, avec Marx ( Marx penseur de la te […] Lire la suite

BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 3 606 mots

Dans le chapitre « Le seul monde désirable »  : […] Parmi toutes les idées que passe ici en revue Bradley, nous pouvons insister sur les pages où il parle du jeu et du sérieux. D'Héraclite à quelques disciples de Husserl et de Heidegger en passant par Nietzsche, l'idée de jeu a conservé une grande importance. Selon Bradley, le jeu implique un sens du sérieux ; le monde du jeu se révèle comme le seul monde que l'homme puisse sérieusement désirer ; […] Lire la suite

CARTES À JOUER

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 2 547 mots

L'Antiquité gréco-romaine a ignoré les cartes. Il semble bien que ce jeu ait été d'abord transmis aux Italiens par une famille d'émigrés arméniens. Le mot vient du latin charta , « feuille de papier, papier », dérivé du grec khartês , « feuille de papyrus ». Le mot ancien naibi , « cartes à jouer », attesté par des documents italiens et espagnols de la fin du xiv e  siècle sous les formes naibbe, […] Lire la suite

CASINOS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 480 mots
  •  • 2 médias

Le terme de casino sert aujourd'hui, à peu près partout, à dénommer un établissement public, légal et contrôlé qui fait commerce de jeux de hasard avec l'accord des pouvoirs publics et moyennant le versement d'une redevance ou de taxes et l'accomplissement de quelques obligations. Cette convention s'inscrit le plus souvent dans le cadre d'une loi réprimant les jeux d'argent sous une forme ou sous […] Lire la suite

CASSE-TÊTE

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 981 mots

On appelle casse-tête une forme de jeu intellectuel en solitaire nécessitant une réflexion logique suivie d'une action manuelle ou non. Les casse-tête font partie des récréations mathématiques dont ils forment aujourd'hui une branche active. Il ne faut cependant pas les confondre avec les énigmes et autres jeux mathématiques. Nous ne traiterons ici que des casse-tête mécaniques. On peut en propose […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Développement du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 913 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le jeu »  : […] Le jeu pourrait être défini par son absence apparente de fonction : l'animal qui joue poursuit une « proie » non comestible ou sans avoir faim, saute sur un congénère sans intention agressive, escalade un arbre sans nécessairement s'intéresser à ce qu'il peut y trouver, etc. Pourtant, un comportement coûteux en énergie et en temps, et potentiellement dangereux (des blessures sont possibles ; l'an […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques EHRMANN, « JEU - Jeu et rationalité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-jeu-et-rationalite/