CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'algèbre à l'astrologie

« Médecin milanais », comme il aime à se désigner lui-même sur la page de titre de ses œuvres imprimées, Cardan s'est pourtant assuré la réputation la plus durable dans le domaine des mathématiques, et notamment de l'algèbre. En 1539, il publie à Milan un ouvrage d'arithmétique, la Practica arithmeticè et mensurandi singularis (réimprimé à Nuremberg). Mais c'est surtout en 1545, avec son Ars magna (sive de regulis algebraicis liber unus), où il expose le procédé de résolution des équations du troisième degré, ainsi que celui de la résolution de l'équation du quatrième degré, qu'il se hausse au niveau des plus grands algébristes, en dépit des accusations de plagiat et de trahison portées contre lui par le mathématicien vénitien Tartaglia (qui lui aurait communiqué dès 1539, sous le sceau du secret, sa méthode de résolution des équations du troisième degré). Son Liber de ludo aleae (publié après sa mort) présente, d'autre part, le premier exposé systématique du calcul des probabilités, un siècle avant Pascal et Fermat.

Mais c'est sur deux autres ouvrages, où le meilleur côtoie le pire, que s'est assise la réputation scientifique et philosophique de Cardan : le De subtilitate, commencé en 1536 et publié en 1550 à Nuremberg, et le De rerum varietate, publié à Bâle en 1557. Le premier, qui comporte vingt et un livres, est une sorte d'encyclopédie universelle des sciences naturelles et des inventions, qui traite de presque tous les sujets possibles (de la cosmologie à la construction des machines, des lois de la mécanique à la cryptologie, de l'utilité des sciences de la nature à l'influence des démons) et qui fait de l'Univers un immense corps vivant. L'immortalité de l'âme y est envisagée selon une conception très générale – et peu chrétienne – des rapports entre l'âme et le corps, où se trouvent mêlés confusément des courants très divers [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification


Autres références

«  CARDAN JÉRÔME (1501-1576)  » est également traité dans :

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_2595

DEL FERRO SCIPIONE (1465-1526)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 614 mots

Le mathématicien italien Scipione Del Ferro (orthographié parfois Ferreo) est né à Bologne le 6 février 1465. On sait que son père travaillait dans un atelier de fabrication du papier. Del Ferro étudia probablement à l’université de Bologne, fameuse institution fondée en 1088 et protégée par une charte signée de l’empereur Frédéric Barberousse en 1158. Del Ferro y devient professeur d’arithmétiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scipione-del-ferro/#i_2595

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 789 mots

Dans le chapitre « Les équations cubiques »  : […] Quelques exemples d'équations cubiques apparaissent chez les Babyloniens, mais sans rien de systématique. Archimède discute ( De la sphère et du cylindre , livre second) les problèmes qui, pour nous, conduisent à l'équation cubique générale. Mais sa démarche est purement géométrique et ne peut pas se traduire en algèbre. Le xv e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-algebriques/#i_2595

FERRARI LUDOVICO (1522-1565)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 124 mots

Algébriste italien, né et mort à Bologne. Entré au service de Jérôme Cardan dès l'âge de quinze ans comme garçon de courses, avant de devenir son assistant, Ludovico Ferrari commença ainsi une carrière de mathématicien qui devait faire de lui le plus célèbre des disciples de Cardan. Il ne publia aucun ouvrage, mais Cardan incorpora toutes les recherches qu'il fit dans son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovico-ferrari/#i_2595

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 089 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Essais de classification »  : […] Ces éléments d'analyse formelle joints à un inventaire aussi complet que possible des jeux de pions anciens et existants ont stimulé la veine classificatoire de certains spécialistes. La classification sans doute la plus répandue, particulièrement dans le monde anglophone, est celle qui a été proposée par Harold Murray en 1952 et ensuite réaménagée par Robert Charles Bell en 1960 et 1969. Murray d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-de-pions/#i_2595

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage critique »  : […] Qu'ils fussent athées ou déistes, les libertins étaient amenés à faire la critique des religions positives. Il leur fallait discuter les arguments que les écrivains religieux leur opposaient. Le miracle était une des pièces maîtresses de l'apologétique catholique. Déjà les Italiens du xvi e siècle avaient repris les objections du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_2595

MÉCANIQUE - Mécanismes

  • Écrit par 
  • Robert LE BORZEC
  •  • 1 832 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les principaux mécanismes »  : […] Tous les mécanismes ne pourront pas figurer ici, car ils sont innombrables. On citera seulement les grandes familles. Les éléments de base intervenant dans les transformations de mouvement sont les leviers ou barres, pièces rigides reliant les couples rotoïdes ou prismatiques ; les cames constituant un appui simple ; l'engrenage, came à profils semblables multiples ; les liens déformables, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-mecanismes/#i_2595

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nombres « impossibles » »  : […] Alors que de nombreux mathématiciens (dont Viète) hésitaient encore à utiliser les nombres négatifs, les algébristes italiens du xvi e  siècle, Cardan et ses élèves, s'enhardirent à introduire dans les calculs des symboles purement formels −  a >  0, représentant le résultat de l'extraction « impos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-complexes/#i_2595

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art, technique et nature, ou le jeu indéfini des symboles »  : […] La fluidité des notions et les divers modes de fonctionnement des symboles dans la pensée de la Renaissance interdisent à l'historien des idées l'application de catégories intellectuelles ou de concepts épistémologiques qui seraient efficaces dans un autre type de culture. Le « rationalisme » de Cardan, qui lui fait rechercher l'enchaînement des causes et des effets et dresser minutieusement le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_2595

RISQUE ET INCERTITUDE

  • Écrit par 
  • Christian GOLLIER
  •  • 1 778 mots

Dans le chapitre « Genèse des notions de risque et d'incertitude »  : […] On définit un risque par l'ensemble des événements possibles qui peuvent en résulter, ainsi que par la probabilité associée à chacun de ces événements. C'est à Jérôme Cardan que l'on doit une première définition de la notion de probabilité dans son Liber de ludo aleae (Livre sur les jeux de chance) en 1563. La probabilité d'un événement s'exprime comme le rapport du nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/risque-et-incertitude/#i_2595

TARTAGLIA NICCOLO FONTANA dit (1499-1557)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 319 mots

Mathématicien italien auquel on doit une méthode de résolution de l'équation du troisième degré et un des premiers traités de balistique. Niccolo Fontana est né à Brescia. Lors du sac de cette ville par les Français (1512), il eut la mâchoire fendue par un sabre ; il en résulta une difficulté de parole qui lui valut le surnom de Tartaglia (bègue). En 1534, il s'établit à Venise comme professeur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tartaglia/#i_2595

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGOLIN, « CARDAN JÉRÔME - (1501-1576) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-cardan/