CARDAN JÉRÔME (1501-1576)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médecin, mathématicien, astrologue, physicien, « inventeur », philosophe, Gerolamo Cardano, esprit génial, mais personnalité chaotique, pouvait faire preuve de l'esprit critique le plus aigu et de la crédulité la plus enfantine ; attentif à l'enchaînement des causes et des effets, il était néanmoins persuadé de l'intervention irrationnelle des démons. Né le 24 septembre 1501, à Pavie, il était le fils illégitime de Fazio Cardano (1445-1524), juriste doué d'une culture encyclopédique et bon mathématicien. Sa mère, Chiara Micheri, une veuve qui avait perdu ses trois enfants de la peste, avait tenté de se faire avorter, ainsi que Cardan lui-même le rapporte dans ses extraordinaires confessions (Liber de propria vita) rédigées peu de temps avant sa mort (à Rome, en 1576) et publiées (par Guillaume Naudé) seulement en 1643.

Le « médecin milanais »

Bien qu'on ne puisse prendre à la lettre tout ce qu'il a écrit sur lui-même et sur les autres – avec un mélange de sincérité quasi exhibitionniste ou masochiste et d'orgueil extrême –, on aurait tort de négliger ce que, chez Cardan, les constructions du rêve et de l'imaginaire nous apprennent, non seulement sur son existence « réelle », mais aussi sur une bonne part de son œuvre. C'est son père qui s'occupa de lui dans les premières années de sa vie, l'emmenant dans ses tournées d'affaires, lui apprenant les mathématiques, l'astrologie, le grec et le latin. L'enfant était chétif, quelque peu difforme, souvent malade et, par la suite – jusque vers la trentaine –, souffrit d'une impuissance sexuelle dont il parle sans vergogne. Il poursuit ses études aux universités de Pavie, puis de Padoue, y révélant des dons exceptionnels dans tous les domaines. Docteur en médecine en 1526, il pratique son art presque aussitôt à Saccolongo, près de Padoue, où il reste près de six ans. Il épouse en 1531 Lucia Bandareni, dont il aura deux fils et une fille. En 1529 puis en 1532, il essaie de se faire admettre comme professeur à l'université de Milan, mais le Collège des médecins s'y oppose, arguant de sa bâtardise, et surtout jaloux de sa réputation. En 1534, des difficultés économiques l'amènent à enseigner dans les écoles « Piattine » de Milan, puis il est admis comme médecin auprès du chapitre de Saint-Ambroise. Sa renommée ne fait que croître, surtout quand des familles importantes – comme celle du cardinal Borromée – ont pu apprécier ses services. En 1536, on lui offre une chaire de médecine à l'université de Padoue, mais il la refuse pour raison financière. Il refuse aussi d'entrer au service du pape Paul III et du lieutenant général de François Ier, Charles de Cossé. Ce n'est qu'en 1539 qu'il obtient, grâce à de puissantes amitiés, la licence d'enseigner de plein droit à Milan. En 1543, il accepte une chaire à l'université de Pavie, puis enseigne à celle de Padoue, mais par intermittence, jusqu'en 1551. Il refuse de nouvelles offres du pape et du roi de Danemark, mais accepte en 1552 de se rendre en Écosse, où il guérit de l'asthme le puissant archevêque d'Édimbourg, John Hamilton, et où il soigne des personnages importants. De retour à Milan, avec une réputation encore accrue et la bourse bien garnie, il décline les offres les plus flatteuses pour se consacrer à son enseignement. On le retrouve en 1559 à Pavie, où il demeure jusqu'en 1562. Mais en 1560, il connaît la pire détresse de sa vie : Giovanni Battista, son fils aîné, son préféré, est exécuté à la suite du meurtre de son épouse, une femme de mauvaise réputation. Outre un poème funèbre, ce drame inspire à Cardan un essai d'anthropologie criminelle, le De utilitate ex adversis capienda (Bâle, 1561). Il va quitter définitivement Milan, où il s'était réinstallé, fuyant les persécutions de ses ennemis et les calomnies les plus diverses. Grâce à la protection du cardinal Borromée, il se fixe à Bologne, où il enseigne la médecine à partir de novembre 1562. Mais la conduite dissolue de son second fils, Aldo, lui cause les pires ennuis ; en 1566, il est même contraint de le dénoncer au tribunal, provoquant ainsi son expulsion du territoire bolonais.

Accusé lui-même d'hérésie par le légat pontifical, le cardinal Giovanni Morrone, à la suite de certains écrits – tels un horoscope du Christ et un éloge de Néron –, il doit démissionner. En octobre 1570, il est traduit devant l'Inquisition et, malgré les témoignages de ses disciples, il est condamné à verser une caution de mille huit cents écus d'or ; il séjourne quelques mois en prison et est consigné quatre-vingt-six jours à son domicile. Mis en demeure d'abjurer, le 28 février 1571, il se soumet sans réticence aux exigences de la Sagra Congregazione, qui lui interdit de publier désormais quoi que ce soit. Sur les conseils de Morrone, il part pour Rome en septembre 1571, accompagné de son plus fidèle disciple, Rodolfo Silvestri, pour se placer sous la protection immédiate du pape. Il obtient en 1573 du nouveau pontife, Grégoire XIII, une pension qu'il avait réclamée en vain jusque-là, détruit (paraît-il) cent vingt de ses œuvres, est reçu en septembre 1575 par le Collège des médecins de Rome et commence à rédiger sa fameuse autobiographie. Il meurt à Rome le 20 septembre 1576, laissant en manuscrits une partie importante de son œuvre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Tours, directeur du département de philosophie et histoire de l'humanisme au Centre d'études supérieures de la Renaissance, Tours

Classification

Autres références

«  CARDAN JÉRÔME (1501-1576)  » est également traité dans :

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Techniques et traités au Moyen Âge »  : […] L'introduction des tons de bleu en Occident et les premières indications techniques sur leur fabrication se trouvent dans un recueil de recettes artisanales, les Compositiones ad tingenda musiva ..., manuscrit probablement rédigé à l'époque de Charlemagne, découvert à Lucques et publié seulement au xviii e  siècle à Milan par Ludovico Antonio Muratori. Il s'agit là du texte résumant le mieux le d […] Lire la suite

DEL FERRO SCIPIONE (1465-1526)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 614 mots

Le mathématicien italien Scipione Del Ferro (orthographié parfois Ferreo) est né à Bologne le 6 février 1465. On sait que son père travaillait dans un atelier de fabrication du papier. Del Ferro étudia probablement à l’université de Bologne, fameuse institution fondée en 1088 et protégée par une charte signée de l’empereur Frédéric Barberousse en 1158. Del Ferro y devient professeur d’arithmétiq […] Lire la suite

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 789 mots

Dans le chapitre « Les équations cubiques »  : […] Quelques exemples d'équations cubiques apparaissent chez les Babyloniens, mais sans rien de systématique. Archimède discute ( De la sphère et du cylindre , livre second) les problèmes qui, pour nous, conduisent à l'équation cubique générale. Mais sa démarche est purement géométrique et ne peut pas se traduire en algèbre. Le xv e  siècle connaît quelques tentatives malheureuses de résolution algébr […] Lire la suite

FERRARI LUDOVICO (1522-1565)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 124 mots

Algébriste italien, né et mort à Bologne. Entré au service de Jérôme Cardan dès l'âge de quinze ans comme garçon de courses, avant de devenir son assistant, Ludovico Ferrari commença ainsi une carrière de mathématicien qui devait faire de lui le plus célèbre des disciples de Cardan. Il ne publia aucun ouvrage, mais Cardan incorpora toutes les recherches qu'il fit dans son Ars magna (1545). En tra […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art, technique et nature, ou le jeu indéfini des symboles »  : […] La fluidité des notions et les divers modes de fonctionnement des symboles dans la pensée de la Renaissance interdisent à l'historien des idées l'application de catégories intellectuelles ou de concepts épistémologiques qui seraient efficaces dans un autre type de culture. Le « rationalisme » de Cardan, qui lui fait rechercher l'enchaînement des causes et des effets et dresser minutieusement le s […] Lire la suite

JEUX DE PIONS

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 4 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Essais de classification »  : […] Ces éléments d'analyse formelle joints à un inventaire aussi complet que possible des jeux de pions anciens et existants ont stimulé la veine classificatoire de certains spécialistes. La classification sans doute la plus répandue, particulièrement dans le monde anglophone, est celle qui a été proposée par Harold Murray en 1952 et ensuite réaménagée par Robert Charles Bell en 1960 et 1969. Murray d […] Lire la suite

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage critique »  : […] Qu'ils fussent athées ou déistes, les libertins étaient amenés à faire la critique des religions positives. Il leur fallait discuter les arguments que les écrivains religieux leur opposaient. Le miracle était une des pièces maîtresses de l'apologétique catholique. Déjà les Italiens du xvi e siècle avaient repris les objections du De divinatione et du De natura deorum de Cicéron. Pomponazzi l'av […] Lire la suite

MÉCANIQUE - Mécanismes

  • Écrit par 
  • Robert LE BORZEC
  •  • 1 836 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les principaux mécanismes »  : […] Tous les mécanismes ne pourront pas figurer ici, car ils sont innombrables. On citera seulement les grandes familles. Les éléments de base intervenant dans les transformations de mouvement sont les leviers ou barres, pièces rigides reliant les couples rotoïdes ou prismatiques ; les cames constituant un appui simple ; l'engrenage, came à profils semblables multiples ; les liens déformables, qui […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 542 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nombres « impossibles » »  : […] Alors que de nombreux mathématiciens (dont Viète) hésitaient encore à utiliser les nombres négatifs, les algébristes italiens du xvi e  siècle, Cardan et ses élèves, s'enhardirent à introduire dans les calculs des symboles purement formels −  a ,  a  >  0, représentant le résultat de l'extraction « impossible » de la racine carrée du nombre négatif −  a  ; ils décrivent en détail des règles de cal […] Lire la suite

RISQUE ET INCERTITUDE

  • Écrit par 
  • Christian GOLLIER
  •  • 1 778 mots

Dans le chapitre « Genèse des notions de risque et d'incertitude »  : […] On définit un risque par l'ensemble des événements possibles qui peuvent en résulter, ainsi que par la probabilité associée à chacun de ces événements. C'est à Jérôme Cardan que l'on doit une première définition de la notion de probabilité dans son Liber de ludo aleae (Livre sur les jeux de chance) en 1563. La probabilité d'un événement s'exprime comme le rapport du nombre d'événements « favora […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGOLIN, « CARDAN JÉRÔME - (1501-1576) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-cardan/