Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JÉRICHO

Israël : carte administrative

Israël : carte administrative

Ville de la vallée du Jourdain, située à 7 kilomètres au nord de la mer Morte et à 37 kilomètres à l'est de Jérusalem. Jéricho, une des plus anciennes villes connues à ce jour, fut fondée vers ~ 7000, tout près d'une source pérenne très abondante qui transforme cette région desséchée en une magnifique oasis au climat tropical. Son nom signifie probablement que la ville s'est développée autour d'un sanctuaire du dieu Lune.

D'après les traditions bibliques, cette ville fut conquise par les tribus israélites sous la conduite de Josué (Jos., vi), grâce à la trahison de Rahab (Jos., ii) ; elle est rattachée à la tribu de Benjamin (Jos., xviii, 21). Contrôlée un moment par Églon, roi des Moabites, elle réussit à s'en affranchir grâce à l'intervention du juge Éhud, un Benjaminite (Jug., iii). Sous David, Jéricho est mentionnée comme une étape habituelle sur la route qui va de Rabba, la capitale des Ammonites, à Jérusalem (II Sam., x, 5). Sous Achab (~ 874-~ 853), Hiel de Béthel rebâtit cette ville au prix de son premier-né Abiram et de son dernier-né Ségub (I Rois, xvi, 34). C'est dans cette région que s'installe un groupe de « fils de prophètes » se rattachant à Élie et à Élisée (II Rois, ii), et que Sédécias, fuyant lors de la prise de Jérusalem (~ 587), est arrêté par les troupes chaldéennes (II Rois, xxv, 5).

Au retour de l'Exil, un certain nombre d'immigrants viennent s'y installer et, à l'époque maccabéenne, le gouverneur syrien Bacchidès y bâtit une forteresse pour mieux résister aux attaques de Jonathan et de Simon (I Macc., ix, 50). C'est probablement dans cette forteresse que, un peu plus tard, le gouverneur de la ville, Ptolémée fils d'Aboubos, fit massacrer Simon et ses fils, Mattathias et Judas (I Macc., xvi, 11-16). Après avoir été un moment donnée à Cléopâtre (en ~ 34) par Antoine, la ville fut ensuite rattachée au royaume d'Hérode le Grand, qui y bâtit une résidence d'hiver pour profiter de la douceur du climat de cette oasis. Lorsqu'il se sentit très malade, c'est là qu'il se fit transporter et qu'il mourut, non sans avoir ordonné un certain nombre de massacres.

Les Évangiles mentionnent plusieurs fois cette oasis, qui représente la dernière étape des pèlerins arrivant par la vallée du Jourdain et montant à Jérusalem. C'est là que se situe la rencontre de Jésus avec l'aveugle Bartimée (Marc, x, 46) et le publicain Zachée (Luc, xix, 1-10) ; la parabole du bon Samaritain commence ainsi : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. »

Le site antique de Jéricho est identifié avec Tell Es-Sultan, juste à côté de la source Ein Es-Sultan. D'importantes fouilles archéologiques y ont été conduites de 1907 à 1909 par une expédition allemande sous la direction de E. Sellin et C. Watzinger ; de 1930 à 1936 par une expédition anglaise sous la direction de J. Garstang ; de 1951 à 1958 par une expédition anglo-américaine dirigée par K. M. Kenyon. Les résultats des fouilles de la ville la plus basse du monde (près de 300 m au-dessous du niveau de la mer) ont révélé que ce site avait été habité dès le ~ VIIIe millénaire, la découverte la plus importante étant une enceinte et une tour en pierre datant de l'époque mésolithique. L'occupation, plus ou moins importante suivant les époques, continua jusqu'à l'époque hellénistique.

Le site de la Jéricho hérodienne est identifié avec Tūlūl Abū al-Alayik, un peu au sud-ouest de la ville antique, au débouché du Wādī Qālt. Les fouilles archéologiques dirigées, en 1950-1951, par J. L. Kelso et J. B. Pritchard y ont dégagé une forteresse de l'époque hellénistique et les restes du palais d'Hérode restauré par Archélaüs. De 1973 à 1978, les fouilles d'Ehud Netzer ont dégagé plusieurs[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Israël : carte administrative

Israël : carte administrative

Autres références

  • ENCEINTES

    • Écrit par Philippe LEVEAU
    • 5 790 mots
    • 5 médias
    ...remonter très haut dans le temps la construction d'enceintes et à en faire le critère par excellence de l'urbanisation. En 1955, une archéologue découvrait à Jéricho, sous des vestiges de l'âge du bronze (IIIe millénaire), un mur et une tour de pierre qu'elle datait de la phase la plus ancienne du ...
  • JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

    • Écrit par Gérard NAHON
    • 11 045 mots
    • 4 médias
    ...maturité à l'époque du bronze récent ; des cités-États, places fortes entourées de puissantes murailles, s'opposent à l'entrée des Hébreux. Les fouilles de Jéricho et de Hazor restituent les structures de ces cités qui possèdent des quartiers riches et des habitations misérables, des canalisations souterraines,...
  • KENYON KATHLEEN (1906-1978)

    • Écrit par Universalis
    • 388 mots

    L' archéologue britannique Kathleen Kenyon mit au jour les fondations préhistoriques de Jéricho et démontra qu'il s'agissait là de l'un des plus anciens lieux de peuplement humain continu connu à ce jour.

    Née le 5 janvier 1906 à Londres, Kathleen Mary Kenyon travaille en 1929...

  • NÉOLITHISATION - Proche-Orient et Turquie orientale

    • Écrit par Jacques CAUVIN, Marie-Claire CAUVIN
    • 3 356 mots
    • 11 médias
    On trouve alors à Jéricho, au Prepottery Neolithic A (P.P.N.A.), comme à Tell Aswad, en Damascène, du blé amidonnier domestique. C'est à la même époque, à partir de 7700 environ, que la palynologie détecte à Mureybet l'existence des premiers « champs », c'est-à-dire de concentrations artificielles...
  • Afficher les 7 références

Voir aussi