TINGUELY JEAN (1925-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « Cyclop »

Instruments de protestation contre notre époque, machines imparfaites qui réfutent le culte de l'objet neuf produit par la société de consommation, les œuvres de Tinguely se font de plus en plus volumineuses. En témoigne une œuvre géante, entreprise à la fin des années 1960 avec son ami le sculpteur suisse Bernhard Luginbühl et conçue comme une « station culturelle » située dans une immense structure métallique en forme de tête et comportant une « entrée par l'œil » et une sortie « toboggan ». Commencée en 1968 dans la forêt de Fontainebleau, à Milly, la réalisation du Cyclop s'est poursuivie jusqu'en 1991, année de la mort de l'artiste : cette tête de 22,50 mètres de hauteur est formée de 600 tonnes de ferraille environ et peut se visiter depuis 1994. Le Cyclop est une œuvre collective, puisque Tinguely y a progressivement associé d'autres artistes : Niki de Saint Phalle, Arman, Spoerri, Soto, César... Le Cyclop accueille d'ailleurs les œuvres des amis de Tinguely : Pénétrable de Jesús Rafael Soto, installée en 1993 et composée de tiges métalliques suspendues qui émettent un son de cloche lors de leur mise en mouvement ; l'Accumulation d'Arman faite des gants de travail utilisés pour la construction de la sculpture monumentale ; l'installation conçue par Eva Aeppli en mémoire des Juifs déportés pendant la Seconde Guerre mondiale ; la grande oreille articulée au mouvement lent de Bernhard Luginbühl. Dans ce monument, Tinguely rend également hommage à ses amis artistes, comme Yves Klein ou Daniel Spoerri.

Peintes en noir – « le noir est une manière de faire disparaître l'objet trouvé » –, animées parfois d'un merveilleux humour, ces machines promènent, tel Hannibal (1967-1968, Verkehrsverein, Bâle), leur absurde et incessant va-et-vient dans lequel le sculpteur retrouve l'« éternel esprit de Sisyphe ». Mais il se renouvelle aussi dans une machine comme Méta-harmonie II (1979, Kunstmuseum, Bâle), partiellement colorée, qui met en jeu le son. C'est encore de la musique, mais de la musique aléatoire, que « produit » Lola T. 180 - Mémorial pour Joakim B. (1988, musée Jean Tinguely, Bâle, don de Niki de Saint Phalle). L'idée de la mort y affleure comme dans toutes les œuvres créées depuis 1981. Le Musée national d'art moderne de Paris a présenté, en 1989, ses sculptures philosophantes, grimaçantes, exécutant une danse macabre ou un morceau de musique. Réalisée en collaboration avec Niki de Saint Phalle, la Fontaine Stravinsky est inaugurée à Paris en 1983.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TINGUELY JEAN (1925-1991)  » est également traité dans :

BÂLE

  • Écrit par 
  • Bernard DEGEN
  •  • 1 544 mots
  •  • 3 médias

Au contact avec la France et l'Allemagne, Bâle (en allemand Basel) est la porte d'entrée de la Suisse vers l'Europe du Nord . La ville, qui forme avec les communes de Riehen et Bettingen, le canton de Bâle-Ville, le plus petit de Suisse en termes de superficie (37 km 2 ), est également le cœur d’une agglomération trinationale. Située à l'extrémité sud du couloir qui sépare les Vosges de la Forêt […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 246 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La commande publique revisitée »  : […] Parallèlement à ces avancées, les années 1960-1970 sont marquées par l'émergence de courants artistiques novateurs qui échappent au seul domaine des musées. Le Land Art , le Earth Art , l'art minimal et conceptuel qui revendiquent l'inscription de l'œuvre dans un site élargi (paysage, désert, espace urbain) rendent alors inévitable et urgent le renforcement de la commande publique. En France, des […] Lire la suite

KLÜVER BILLY (1927-2004)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE
  •  • 974 mots

Il y a un cas Billy Klüver. Cherchez son nom dans quelque nomenclature ou catalogue d'exposition sur l'art du xx e  siècle : vous ne le trouverez pas. Pourtant, Johan Wilhelm dit Billy Klüver, ingénieur suédois né à Monaco en 1927, a prêté la main à quelques-unes des créations les plus fortes de l'art moderne et contemporain, comme l' Hommage à New York (1960) de Jean Tinguely, œuvre éphémère, ou […] Lire la suite

NON-ART

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 4 020 mots

Dans le chapitre « Aberrant catalogue d'un musée contradictoire »  : […] Dans Un autre monde (1844), le dessinateur Jean Isidore Grandville imagine (entre autres choses) un art différent. Il montre, dans un musée, un gigantesque pouce ; des plantes réelles que viennent manger les oiseaux ; des bras armés qui se meuvent, sortent de la toile et menacent la vie des spectateurs ; des objets non identifiables dont peut-être certains sont des dos de toiles et d'autres des c […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les prémices d'une appropriation concertée »  : […] L'histoire des groupes commence souvent par une rencontre élective. En 1955, Yves Klein, qui travaille sur la monochromie, a vingt-sept ans ; il cherche à « individualiser la couleur », à en exprimer le « monde vivant ». Sa toile orange Expression du monde de la couleur mine orange vient d'être refusée au Salon des réalités nouvelles à Paris : le pigment industriel appliqué au rouleau sur la toil […] Lire la suite

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 642 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « Le Mouvement » »  : […] Placée sous l'autorité de deux précurseurs, Marcel Duchamp et Alexander Calder, une exposition qui se tient à la galerie Denise René à Paris en avril 1955 réunit, sous l'étiquette Le Mouvement , des œuvres de Victor Vasarely, Robert Jacobsen, Jean Tinguely, Jesús Rafael Soto, Pol Bury et Yaacov Agam : c'est le coup d'envoi de l'art cinétique. Publié à cette occasion, le Manifeste jaune , ain […] Lire la suite

RESTAURATION (art contemporain)

  • Écrit par 
  • Marie-Hélène BREUIL, 
  • Cécile DAZORD
  •  • 2 348 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réévaluation des principes de la discipline »  : […] Le déplacement de l'authenticité de l'œuvre vers l'intention de l'artiste, le concept ou le processus d'élaboration constitue un apport significatif de l'art contemporain. Dans ce contexte, l'originalité ne réside plus dans la trace du geste, ce qui permet la répétition, voire la réédition. Depuis les années 1960, dans le sillage notamment de l'art conceptuel ou de Fluxus, l'œuvre peut exister sa […] Lire la suite

SAINT PHALLE NIKI DE (1930-2002)

  • Écrit par 
  • Thierry DUFRÊNE, 
  • Universalis
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Les « Tirs » »  : […] Développer l'imaginaire à partir de la vie, en autodidacte, parfois à des fins quasi thérapeutiques, c'est ce que fait d'emblée Niki de Saint Phalle dans ses premières toiles des années 1950, hautes pâtes brutes à la manière d'un Dubuffet, monde de l'enfance, de la fête ou de la peur où les châteaux se détachent toujours sur un fond noir de violence rentrée. Découvert lors d'un séjour en France, l […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du ready-made à la critique de la société de consommation »  : […] Dans un esprit radicalement différent, à la suite du ready-made inventé par Marcel Duchamp dès 1914 avec le Porte-bouteilles , Jean Tinguely (1925-1991), en compagnie entre autres de Daniel Spoerri, de César (1921-1998) et d’Arman (1928-2005), crée en 1960, sous la houlette du critique d’art Pierre Restany, le groupe des Nouveaux Réalistes qui rassemble aussi de nombreux peintres. C’est l’objet, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, Daniel HARTMANN, « TINGUELY JEAN - (1925-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-tinguely/