VINCENT JEAN-PIERRE (1942-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant plus de cinquante ans, Jean-Pierre Vincent, metteur en scène, directeur de théâtre et exceptionnel pédagogue, a œuvré pour un théâtre vivant, où les valeurs civiques et politiques qu’il défendait iraient de pair avec des choix esthétiques d’une grande rigueur.

Jean-Pierre Vincent

Photographie : Jean-Pierre Vincent

Placer le théâtre au cœur de la cité, cette exigence anime tout le travail de Jean-Pierre Vincent qui, loin de céder à un engagement facile, s'est efforcé de dégager les grandes implications politiques et esthétiques des œuvres qu'il mettait en scène. Ici, Jean-Pierre Vincent en... 

Crédits : Pascal Victor/ ArtComPress/ Leemage/ Bridgeman Images

Afficher

Né le 26 août 1942 à Juvisy-sur-Orge (Essone), Jean-Pierre Vincent fait ses débuts avec Patrice Chéreau en participant au groupe théâtral du lycée Louis-le-Grand. Ces années sont marquées par la découverte de Bertolt Brecht, qui demeurera pour le metteur en scène une référence prépondérante. Dès 1966 éclate à Gennevilliers L'Affaire de la rue de Lourcine, un Labiche iconoclaste mis en scène par Patrice Chéreau et dans lequel joue Vincent. Lorsque la municipalité de Sartrouville souhaite s'attacher une troupe permanente, elle fait appel à Chéreau. Jean-Pierre Vincent va l’accompagner. L'expérience dure un an et se solde par des dettes considérables ; 1968 attise les conflits, Chéreau doit partir, la troupe se disloque.

À Grenoble, alors que Jean-Pierre Vincent assiste à un colloque sur Brecht, il rencontre un jeune universitaire cinglant et contestataire, Jean Jourdheuil. Leur humour et leurs interrogations s'accordent, ils s'associent. En 1968, ils montent en Bourgogne La Noce chez les petits-bourgeois de Brecht, chef-d'œuvre méchant qui retrouve le délire dévastateur des grands burlesques américains. On commence ainsi à parler des « Vincent-Jourdheuil », metteurs en scène et dramaturges au sens allemand du terme, c'est-à-dire dégageant les implications historiques, politiques et philosophiques d'un texte. C'est la première association de ce genre en France. Elle durera sept ans. Vincent-Jourdheuil montent notamment Tambour et trompettes de Brecht, Le Marquis de Montefosco de Goldoni, une première version de La Cagnotte de Labiche. Leur style se caractérise par un jeu démonstratif, appuyé sur le comique de rupture et la critique sociale, et opéré à travers le démontage de textes mineurs. Avec leur première œuvre contemporaine, Capitaine Chelle, capitaine Eçço de Rezvani (1971), le burlesque fait place à un jeu plus concentré. Une deuxième version de La Cagnotte, plus noire et d'ailleurs mal équilibrée, amorce un tournant, et avec Dans la Jungle des villes (1972) commence l'approche de textes complexes comme l'intrusion d'un onirisme révélateur.

Vincent-Jourdheuil fondent un collectif. Cette compagnie, dont chaque membre doit assumer, selon sa fonction, l'ensemble du travail, s'associe à la compagnie de ballets du théâtre du Silence et à l'Ensemble de musique vivante pour prendre en main le théâtre Le Palace, à Paris. Ils y présentent Dom Juan et Faust de Grabbe (1973), et de Büchner un Woyzeck (1973) enveloppé des brumes tragiques de la folie. Mais l'argent manque pour supporter les frais d'exploitation d'une salle privée. La compagnie redevient errante. La mécanique du comique agressif est oubliée. En 1974, une deuxième version de La Noce chez les petits-bourgeois revendique l'héritage de Karl Valentin, son comique pincé et critique. Cette même année, La Tragédie optimiste de Vsevolod Vichnevski fait vivre dans la lumière bleue du souvenir les tableaux allégoriques de la révolution russe. Pour le Jeune Théâtre national de l’Odéon, Vincent met en scène En r'venant d' l'expo (1975) de Jean-Claude Grumberg.

En 1975, il est nommé directeur du Théâtre national de Strasbourg (TNS). Jean Jourdheuil se sépare de lui car sa conception du théâtre lui semble incompatible avec les contraintes de l'institution. Avec le dramaturge Bernard Chartreux, qui l’accompagnera désormais tout au long de sa carrière, Jean-Pierre Vincent va reconstituer un collectif permanent. Les décisions concernant la programmation et le travail sur les pièces doivent être prises en commun, critiquées en commun avec l'équipe technique et administrative, mais c'est Vincent qui est l'interlocuteur du ministère de tutelle. Il dirige également l'école attachée au théâtre, et son enseignement suit de près les recherches de la troupe, à l'œuvre déjà dans sa première mise en scène en tant que responsable du TNS : Germinal, projet sur un roman, de Michel Deutsch d'après Zola (1975) se caractérise, en de longs tableaux silencieux, par le jeu hyperréaliste des acteurs qui ne tournent plus autour de la notion de « personnage » mais se mettent en jeu dans la représen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VINCENT JEAN-PIERRE (1942-2020)  » est également traité dans :

CLÉVENOT PHILIPPE (1942-2001)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 772 mots

L'acteur Philippe Clévenot fut l'une des figures les plus représentatives du théâtre contestataire des années 1960-1970, politique et civique, marqué au double sceau de la création collective et de la conquête d'un nouveau public. C'est en applaudissant Jean Vilar et Gérard Philipe que Philippe Clévenot se prend de passion pour le théâtre. Sa mère l'entraîne au cours de Béatrix Dussane, grande fig […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - L'interprétation des classiques

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 7 282 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les plaisirs de l'exigence »  : […] Durant tout ce temps on joue et l'on rejoue Molière. Peut-être par confort, ou par pédagogie, mais peu importe, il passe encore la rampe. Molière est donc sans cesse revisité depuis Vilar, Planchon et Vitez. Chaque saison apporte son lot de « lectures », sans qu'on puisse déterminer une unité, ou même des écoles. Il y a donc des manières, spécifiques aux metteurs en scène. Molière- commedia dell'a […] Lire la suite

T.N.S. (Théâtre national de Strasbourg)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 082 mots

C'est le bâtiment construit entre 1888 et 1892 par les architectes Hartel et Neckelman, pour accueillir les sessions de la Délégation régionale, puis du Parlement d'Alsace-Lorraine en 1911, qui abrite aujourd'hui le seul théâtre national implanté en province. Après la Première Guerre mondiale, le Conservatoire s'installe dans le bâtiment et la salle du Parlement est transformée en salle de concert […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colette GODARD, « VINCENT JEAN-PIERRE - (1942-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-vincent/