GRUMBERG JEAN-CLAUDE (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean-Claude Grumberg est né à Paris le 26 juillet 1939 dans le Xe arrondissement, au 34 de la rue Chabrol. Sa famille vivait là, et c’est en en enfonçant la porte que la police française est venue chercher son père en 1942. Il ne parviendra à en parler que plus de soixante ans plus tard, dans Mon père. Inventaire, récit paru en 2003 : « C’est par cette fente, par cette cicatrice que je suis né au monde, c’est par là que j’ai été arraché à l’enfance protégée, et jeté dans ce monde où la violence, l’injustice, la folie règnent, c’est par cette fente aussi que mon père fut extrait de la vie et projeté nu et hagard dans une froide salle de douche. »

Sa mère, « femme de déporté politique », élèvera seule Maxime, le frère aîné, et Jean-Claude. Elle sera au cœur de Pleurnichard (2010), autre récit à teneur autobiographique de l’auteur. Au cinéma, elle aimait « voir un film où il ne se passe rien » ; ce sera pour partie l’esthétique de son fils.

Jean-Claude Grumberg fait des débuts manqués dans divers ateliers et boutiques de confection. Il devient vite comédien, « pour fuir le métier de ses pères, tous tailleurs, apiéceurs, rapiéceurs ». Faute de rôles, il commence à écrire des pièces de théâtre. Le succès est immédiat, dès 1968. Parmi ses pièces les plus fameuses, primées aux Molières ou par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), on citera Dreyfus (1974), L’Atelier (197), Zone libre (1990), Vers toi Terre promise (2006), Moi je crois pas ! (2010). En tout, une quarantaine de pièces. Grumberg a également adapté Arthur Miller, Tchekhov ou Tom Kempinski. Scénariste, il a collaboré avec Marcel Bluwal pour la télévision, contribuant à Thérèse Humbert (1983) et Music-Hall (1985). Scénariste au cinéma pour Costa-Gavras, notamment pour Amen (2002) et Le Couperet (2004), on lui doit aussi les dialogues du Dernier Métro (1980), en collaboration avec François Truffaut.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :


Autres références

«  GRUMBERG JEAN-CLAUDE (1939- )  » est également traité dans :

L'ATELIER et RÊVER PEUT-ÊTRE (mises en scène G. Bourdet, J.-M. Ribes)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 973 mots

Juif et orphelin, orphelin parce que juif – son père est mort en déportation –, Jean-Claude Grumberg, né en 1939, n'a jamais surmonté le traumatisme de cette disparition. « Si je pouvais être heureux, je le serais aujourd'hui », déclara-t-il en mai 1999, alors que pour L'Atelier un molière lui était décerné, qu'il dédiait à sa mère. Que s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atelier-rever-peut-etre/#i_2296

BOURDET GILDAS (1947- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 793 mots

au Havre.D'abord attiré par la peinture et la scénographie (il signe ou cosigne le plus souvent les décors de ses spectacles), Gildas Bourdet se tourne rapidement vers la mise en scène. Les premières réalisations de sa troupe, le théâtre de la Salamandre, fondée en 1974, se font sur le mode de l'adaptation et de l'écriture collective ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gildas-bourdet/#i_2296

Pour citer l’article

Norbert CZARNY, « GRUMBERG JEAN-CLAUDE (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-claude-grumberg/