MARAT JEAN-PAUL (1743-1793)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un journaliste révolutionnaire

Les conditions créées par la réunion des États généraux et la libéralisation au moins relative du régime de la presse devaient faire de Marat un journaliste engagé et un des théoriciens les plus écoutés de la population parisienne. Les idées politiques qu'il diffusait dans son journal, L'Ami du peuple, évoluèrent d'ailleurs à mesure que se précisaient les attaques des aristocrates, contre lesquelles il ne cessa jamais de mettre en garde, au point d'être surnommé Cassandre-Marat par son rival Camille Desmoulins. Les thèmes les plus constants dans l'œuvre de Marat journaliste ou pamphlétaire étaient un amour exclusif des masses populaires, dans lesquelles il voyait aussi bien les éléments les plus efficaces de la Révolution que ceux qui devaient en bénéficier le plus, la dénonciation constante des tendances des riches du tiers état à se réserver les profits des changements politiques et sociaux, les critiques contre les fausses idoles de l'opinion publique, en particulier Necker, puis Mirabeau et surtout peut-être La Fayette. Les idées de Marat, dispersées au jour le jour dans des articles de circonstance ou de polémique, témoignaient de la familiarité de l'auteur avec les institutions britanniques. Il était, de ce fait, un juge plus documenté et plus critique que la plupart des contemporains, les souvenirs de sa formation intellectuelle lui faisant, en outre, considérer comme un idéal possible une cité inspirée de la Sparte antique. Les appels à la vigilance de Marat contre les complots liberticides des éléments modérés contribuèrent incontestablement à faire grandir, sinon naître, cette psychose obsidionale qui allait marquer tant d'épisodes de la Révolution. Même quand il rappelait les grands événements qui avaient marqué les premières années de la crise, la nuit du 4 août ou la fête de la Fédération, Marat, tout en affirmant les aspects positifs des fa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MARAT JEAN-PAUL (1743-1793)  » est également traité dans :

AMI DU PEUPLE L'

  • Écrit par 
  • Pierre ALBERT
  •  • 381 mots

Marat fonde, le 12 septembre 1789, Le Publiciste parisien qui prend très vite le titre plus significatif de L'Ami du peuple et la devise Vitam impendere vero (« Consacrer sa vie à la vérité »). C'est une publication de huit à seize pages de petit format, rédigée tout entière par le seul Marat, et qui a plus la forme d'un pamphlet périodique que d'un quotidien d'information. Aussi bien, du fait […] Lire la suite

CORDAY MARIE ANNE CHARLOTTE CORDAY D'ARMONT dite CHARLOTTE (1768-1793)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LÉVY
  •  • 377 mots

Arrière-petite-nièce de Corneille, sœur d'un officier au régiment de Normandie, Charlotte Corday quitte à vingt-trois ans le domicile paternel d'Argentan, se fixe à Caen chez une vieille parente, veuve du trésorier de France, Coutellier de Bretteville ; elle s'intéresse à la politique, s'abonne au journal de Perlet, lit Le Courrier des départements , édité par Gorsas, et des libelles. Indignée des […] Lire la suite

CORDELIERS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 555 mots

C'est le 27 avril 1790 que naît la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen tenant ses séances en l'église des Cordeliers. Avant d'abriter un club, l'église avait donné son nom à l'un des soixante districts parisiens créés en avril 1789. Le district des Cordeliers, correspondant à peu près au quartier de l'actuel Odéon, était habité par de nombreux journalistes et intellectuels patriot […] Lire la suite

ENRAGÉS

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 912 mots

Pour Michelet, « les Enragés étaient des fanatiques d'une portée inconnue, d'un fanatisme redoutable, emportés par un souffle vague encore, mais qui allait se fixer peut-être, prendre forme, et pour une révolution en face de la Révolution ». Lyrisme un peu creux, qui fut longtemps de rigueur, inspiré à la bourgeoisie du xix e  siècle par l'effroi et par le mépris à une historiographie qui, à la mê […] Lire la suite

GIRONDINS ET MONTAGNARDS

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 2 553 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] Quelques mots sur les termes, d'abord. L'usage d'appeler Montagne (dans un sens d'origine maçonnique, selon Ferdinand Brunot : allusion au mont Sinaï où Israël reçut ses lois) le rassemblement des patriotes les plus « prononcés » est attesté depuis le printemps de 1792. L'appellation antagoniste apparaît plus tardivement ; les contemporains parlent d'abord des « brissotins » au temps de la Législa […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les éliminations internes (printemps-été de 1793) »  : […] Les Girondins, qui détiennent les ministères, voient la réalité du pouvoir leur échapper, les nouvelles institutions (Tribunal révolutionnaire, Comité de salut public, le 5 avril) étant contrôlées par les Montagnards. Ils sont en outre menacés de mort le 5 avril, lorsque est mise au vote une motion contre les députés ayant proposé, en décembre 1792, l'appel au peuple pour tenter d'éviter la mort d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VIDALENC, « MARAT JEAN-PAUL - (1743-1793) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-paul-marat/