Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMI DU PEUPLE L'

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Marat fonde, le 12 septembre 1789, Le Publiciste parisien qui prend très vite le titre plus significatif de L'Ami du peuple et la devise Vitam impendere vero (« Consacrer sa vie à la vérité »). C'est une publication de huit à seize pages de petit format, rédigée tout entière par le seul Marat, et qui a plus la forme d'un pamphlet périodique que d'un quotidien d'information. Aussi bien, du fait des nombreuses poursuites qui accablent Marat et qui le forcent à se cacher et même à se réfugier à deux reprises pendant plusieurs mois en Angleterre, L'Ami du peuple a une parution assez irrégulière marquée par de longues interruptions (janv.-mai 1790 ; 1791-avr. 1792) pendant lesquelles des concurrents déloyaux ou des ennemis publient des imitations du journal. Élu député à la Convention, Marat, qui s'illustre très peu à l'Assemblée, change le titre de sa feuille qui s'appelle Le Journal [puis Le Publiciste]de la République française ; le dernier numéro paraît le 14 juillet 1793, le lendemain même de l'assassinat de Marat par Charlotte Corday.

Les tirages sont irréguliers ; ils dépassent parfois 5 000 exemplaires. Le journal de Marat a une importance considérable : le radicalisme de ses positions, la lucidité aussi de ses jugements sur les forces contre-révolutionnaires, mais surtout la violence de ses appels à l'action directe et à l'élimination des modérés servent souvent de guide aux revendications et aux manifestations des masses populaires. L'Ami du peuple est un excellent exemple de la puissance de la propagande extrémiste en période de crise : il est, en plus d'un sens, l'organe des minorités agissantes qui font les grandes journées révolutionnaires des 5 et 6 octobre 1789, du 17 juillet 1791, du 10 août 1792, les massacres de septembre 1792 et la chute des Girondins au printemps de 1793.

Mais Marat est plus qu'un agitateur : au milieu de la violence et des troubles, et par-delà même les excès et les désordres de son caractère, il sait, grâce à son journal, exprimer les aspirations des sans-culottes à une remise en cause radicale de l'ordre social.

— Pierre ALBERT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification

Pour citer cet article

Pierre ALBERT. AMI DU PEUPLE L' [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CORDELIERS CLUB DES

    • Écrit par
    • 1 558 mots

    C'est le 27 avril 1790 que naît la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen tenant ses séances en l'église des Cordeliers. Avant d'abriter un club, l'église avait donné son nom à l'un des soixante districts parisiens créés en avril 1789. Le district des Cordeliers,...

  • MARAT JEAN-PAUL (1743-1793)

    • Écrit par
    • 1 876 mots
    • 2 médias
    Les conditions créées par la réunion des États généraux et la libéralisation au moins relative du régime de la presse devaient faire de Marat un journaliste engagé et un des théoriciens les plus écoutés de la population parisienne. Les idées politiques qu'il diffusait dans son journal, ...